Principal
Angiome

Adénome utérin. Adénome ovarien. Adénome du sein

Le plus souvent, les femmes considèrent la reprise des menstruations après un avortement comme le principal signe de guérison après un avortement. En partie, ils auront raison. Après tout, un cycle rétabli signifie que la santé reproductive est normale. Cependant, l'état de tous les organes de la région pelvienne, l'état mental d'une femme, devrait également être normal. Mais, avant de parler d'une correction complète du corps après...

Quel est l'avortement le plus sûr avant quelle heure? L'avortement est la seule opération effectuée pour arrêter le fonctionnement normal du corps. Bien sûr, il y a des cas où l'interruption de grossesse est nécessaire pour des raisons médicales, mais dans la plupart des cas, selon les statistiques, les femmes décident de mettre fin à une grossesse absolument saine. Indépendamment des raisons personnelles d'une femme, si déjà...

La grossesse à la fin du deuxième trimestre est caractérisée par un enfant déjà complètement formé, qui n'a besoin que de devenir plus fort pour naître. L'avortement à une date ultérieure à la demande de la femme, ainsi que la prise de médicaments, sont hors de question. Depuis février 2012, une loi est en vigueur en Russie, selon laquelle il n'y a qu'une seule raison sociale à l'avortement...

Adénome chez la femme traitement des symptômes

Localisation, causes et traitement de l'adénome chez la femme

À l'âge de la procréation, une maladie telle que l'adénome chez la femme, un néoplasme bénin, peut se former. La cause du trouble réside dans un déséquilibre hormonal..

Une pathologie similaire désigne un groupe de maladies - tumeurs de l'utérus, de la glande mammaire ou des ovaires. La taille du foyer pathologique, ainsi que sa localisation, déterminent la tactique de traitement. Le spécialiste sélectionne individuellement le schéma thérapeutique optimal.

Caractéristiques de l'adénome et son danger pour les femmes

En règle générale, un adénome est un foyer local dans lequel les cellules d'un organe se divisent de manière chaotique, ce qui entraîne une perturbation de son fonctionnement. Le corps féminin étant trop dépendant des hormones sexuelles, les moindres écarts de concentration peuvent devenir la principale cause de formation de tumeurs.

Le risque de formation d'un tel néoplasme est beaucoup plus élevé en âge de procréer - les irrégularités menstruelles, la grossesse et l'accouchement ultérieur entraînent des fluctuations hormonales importantes. En l'absence de traitement opportun et correct, le processus est aggravé par l'apparition d'atypie - cellules cancéreuses au centre.

Classification et localisation des adénomes

Dans la pratique des oncologues, jusqu'à 2/3 des cas d'adénome sont dus à une maladie telle qu'un adénome de l'utérus - un foyer de tumeur dans la cavité de l'organe ou à proximité. Il est également appelé myome. Pas moins souvent, la pathologie affecte les structures voisines. Par exemple, appendices - adénome ovarien.

Le foyer de la néoplasie peut être unique ou multiple. En taille - du minimum, 1–2 mm, au grand - 1,5–5 cm, ainsi que géant - occupe tout l'espace de l'organe.

Une autre forme d'adénome féminin est la maladie du sein. Les options pour son parcours sont différentes:

Séparément, l'adénome de l'aréole et la zone du mamelon sont distingués. Le néoplasme au stade initial de développement ne provoque pas de sensations désagréables, il peut être visuellement invisible. Souvent, son diagnostic est le résultat d'un examen médical préventif..

Adénome utérin

Tumeur bénigne de la couche musculaire - adénome utérin. Dans la plupart des cas, il se forme entre 30 et 45 ans. Avec une diminution de la production d'hormones sexuelles, sa taille a tendance à diminuer.

Les experts indiquent les facteurs provoquants de son apparition:

  • irrégularité des contacts sexuels;
  • activité physique excessive;
  • en surpoids;
  • habitudes individuelles nuisibles;
  • prédisposition héréditaire négative;
  • prise incontrôlée de contraceptifs oraux;
  • infections gynécologiques chroniques.

Soupçonner la formation d'un adénome de l'utérus chez la femme permet un échec du cycle menstruel - flux menstruel long et abondant et douleur dans la région pelvienne.

La tactique du traitement consiste à éliminer les facteurs provoquants, le choix d'un traitement médicamenteux et, dans le cas de néoplasmes importants, l'excision chirurgicale du foyer.

Adénome ovarien

Un processus tumoral dans les cellules ovariennes de nature bénigne est un adénome. Le foyer est une cavité contenant un tissu fluide - un kyste. L'âge des femmes malades est différent - de 25-30 à 40-45 ans. Si plusieurs de ces défauts sont détectés, il s'agit d'un cystome.

  • adénome fonctionnel - kystes folliculaires ou formations lutéales;
  • adénome endométrioïde - formé à partir de caillots tissulaires de l'endométriose;
  • adénome kystique - cystadénomes ou tératomes.

Avec une petite taille de tumeurs dans les ovaires, les femmes peuvent même ne pas être conscientes de leur existence dans leur corps. Cependant, à mesure que le kyste se développe, il y a un dysfonctionnement du cycle menstruel, des douleurs pendant les rapports sexuels et parfois une augmentation de l'abdomen. La tactique de traitement dans la plupart des cas est l'excision du néoplasme pendant la laparoscopie.

Adénome du sein

Si une tumeur à croissance bénigne lente est localisée dans la couche glandulaire du sein, il s'agit d'un adénome. Lors d'un examen médical préventif, le médecin palpe l'organe et trouve un petit sceau. La maladie est inhérente aux femmes en âge de procréer, surtout en l'absence de grossesse et d'allaitement.

Les symptômes dépendent directement de la taille du foyer pathologique. Avec de petits kystes, les sensations douloureuses sont absentes, visuellement la forme du sein n'est pas modifiée.

Avec de grosses tumeurs, une femme ressent un certain inconfort, un écoulement de liquide jaunâtre peut apparaître des mamelons, en particulier avant la menstruation.

Le traitement consiste en un examen dynamique par un spécialiste, une cure de médicaments hormonaux, ainsi que des recettes de médecine traditionnelle. Parfois, l'adénome se résout tout seul.

Adénome du mamelon

Enfin, les causes profondes de la formation de ganglions d'hyperplasie - adénomes à l'intérieur des canaux de l'aréole - n'ont pas été établies. Les experts voient une relation avec l'échec de la formation des hormones sexuelles. Dans ce contexte, un foyer de tumeur à croissance proliférative est formé à partir de cellules épithéliales..

La femme commence à remarquer que du liquide est libéré du mamelon. Il se dessèche avec une croûte qui, après élimination, laisse une plaie. Le défaut provoque un certain inconfort, provoque une infection. En raison de l'œdème tissulaire et de l'hyperémie, la forme du mamelon change. Le nœud peut se développer rapidement.

L'adénome doit être retiré - il est excisé localement pendant la chirurgie. À l'avenir, la femme est observée par l'oncologue-gynécologue. Le néoplasme se reproduit rarement.

Symptômes

Étant donné que les adénomes du système reproducteur sont des tumeurs d'évolution bénigne et d'étiologie hormonale, le plus souvent les femmes au stade initial de leur formation ne remarquent pas de changement particulier dans leur bien-être.

Les kystes ne provoquent aucune manifestation clinique particulière à leur petite taille. Une attitude attentive à la santé vous permet d'identifier une violation du cycle menstruel - son allongement, son écoulement accru, l'apparition de gouttelettes de liquide transparent du mamelon.

Le bien-être général d'une femme ne souffre pas, sa capacité à travailler reste.

Avec la croissance d'un adénome ovarien chez la femme ou d'une tumeur dans l'utérus, la glande mammaire, il commence à serrer les structures adjacentes, ce qui provoque une violation de leur fonctionnement. Dans ce cas, des sensations désagréables, des douleurs sont déjà observées.

Le symptôme prédominant des adénomes est l'infertilité d'une femme mariée - la fonction reproductrice en souffre. Jusqu'à 1/3 des cas, c'est lors des procédures de diagnostic en raison de l'absence de conception depuis plus de deux ans avec des rapports sexuels réguliers que les tumeurs des ovaires / utérus sont détectées.

Diagnostique

Avant de choisir les médicaments optimaux pour éliminer l'adénome, le spécialiste prescrira un certain nombre de procédures de diagnostic qui confirmeront la bonne qualité du néoplasme.

  • tests sanguins - généraux et biochimiques, ainsi que l'analyse des marqueurs tumoraux;
  • étude de la concentration d'hormones sexuelles dans le sang;
  • analyse d'urine générale.

Méthodes d'examen instrumental:

  • examen échographique des organes internes - en particulier des structures du petit bassin pour détecter les tumeurs des ovaires et de l'utérus;
  • radiographie pulmonaire;
  • mammographie - évaluation de l'état du tissu mammaire;
  • selon les indications individuelles - imagerie par résonance magnétique / calculée;
  • balayage radio-isotopique - pour exclure / confirmer les métastases néoplasiques;
  • biopsie - prélever du biomatériau pour un examen cytologique, pour exclure le cancer.

Après avoir comparé et analysé en profondeur les informations issues des procédures de diagnostic, le spécialiste sélectionnera le schéma thérapeutique optimal pour l'adénome.

Traitement de l'adénome chez la femme

Malgré la qualité bénigne avérée des adénomes dans le corps féminin, lorsqu'un foyer tumoral est détecté, il est nécessaire de commencer immédiatement à le combattre. Un traitement complet est nécessaire - de la sélection de la thérapie diététique optimale à l'excision chirurgicale du néoplasme.

La thérapie conservatrice consiste à suivre des traitements médicamenteux. En règle générale, les médicaments sont sélectionnés dans un sous-groupe de médicaments hormonaux. Avec leur aide, il est possible d'ajuster la concentration d'hormones sexuelles dans le corps, ce qui contribue à la résorption de l'adénome. De plus, le médecin recommande des complexes de vitamines et de minéraux pour augmenter leurs propres barrières protectrices. Avec l'apparition de douleur et des signes d'un processus inflammatoire - avec des traitements courts d'analgésiques et d'anti-inflammatoires.

Indications de la chirurgie:

  • croissance rapide du foyer tumoral;
  • signes de malignité du néoplasme;
  • dysfonctionnement grave des organes dû à un adénome.

L'intervention chirurgicale peut être réalisée de plusieurs manières: avec la préservation de la structure reproductrice - si une femme envisage de poursuivre la maternité, ou l'ablation complète de l'organe - si le foyer occupe tout son espace et qu'il n'est pas possible d'exciser le kyste séparément.

Après l'ablation de l'adénome, la femme doit être sous la supervision d'un spécialiste, qui lui recommande à plusieurs reprises de subir des procédures de diagnostic afin d'identifier en temps opportun une éventuelle rechute du néoplasme. L'évolution de la période postopératoire est généralement favorable.

Prévision et prévention

Le développement d'un adénome dans le corps de la femme est le signe d'un dysfonctionnement du fonctionnement des systèmes de production d'hormones. Dans la plupart des cas, le processus se déroule favorablement, la maladie peut être détectée et éliminée en temps opportun sans complications. La dégénérescence d'une tumeur en foyer cancéreux est extrêmement rare..

La prévention de la formation d'adénome réside dans le respect scrupuleux par la femme d'un mode de vie sain - refus des habitudes individuelles néfastes, alimentation appropriée, prise de médicaments exclusivement prescrits par un médecin, traitement rapide des maladies somatiques. Aucune méthode de prévention spécifique n'a été développée.

Nous vous serons très reconnaissants si vous le notez et le partagez sur les réseaux sociaux.

Adénome chez la femme: utérus, ovaire et sein

Chez la femme, l'adénome est représenté par des néoplasmes dans le domaine de la production de masse d'hormones (dans la glande mammaire et les organes génitaux). Souvent, à l'âge de la reproduction, vous pouvez trouver un adénome des ovaires, de l'utérus et du sein. Cela est dû à une modification des niveaux hormonaux, du volume d'œstrogène dans le sang.

Ensuite, nous examinerons ce qui caractérise l'adénome tubulaire, l'adénome de l'utérus, du sein et de l'ovaire.

L'adénome tubulaire est représenté par des structures régulières similaires aux passages alvéolaires de la glande mammaire.

Symptômes et traitement de l'adénome utérin

L'adénome de l'utérus chez la femme peut être appelé myome, qui est une masse bénigne trouvée dans le tissu musculaire. Il contient des fibres. La tumeur peut être localisée dans l'utérus ou le col de l'utérus. La pathologie féminine apparaît après 30 ans.

Après la fin du cycle menstruel, les femmes peuvent subir une diminution des paramètres de l'adénome utérin ou sa disparition. L'adénome utérin est causé par le surpoids, l'hérédité, certains contraceptifs, une faible activité physique, des saignements abondants pendant la menstruation et une vie sexuelle irrégulière.

Les principaux symptômes de la pathologie sont associés à des douleurs dans le bas-ventre, à l'infertilité, aux saignements après la fin des règles.

Le traitement de l'adénome de l'utérus chez la femme vise à le retirer. Dans ce cas, la phytothérapie, l'hormonothérapie et la chirurgie peuvent être utilisées. Avec une taille d'adénome ne dépassant pas 20 mm, avec des fonctions corporelles inchangées, un traitement hormonal est utilisé sous forme d'injections avec les médicaments Zopadex et Decapetil. Cela permet des nœuds plus petits..

De meilleurs résultats peuvent être obtenus en combinant l'hormonothérapie et la phytothérapie. De plus, les patients doivent consommer des décoctions de plantes toxiques à petites doses..

Symptômes et traitement de l'adénome ovarien

L'adénome ovarien est un néoplasme kystique de type bénin, qui se caractérise par l'apparition de tumeurs dans les cellules. Les formations sont représentées par des cavités avec un fluide interne. Distinguer les kystes endométriosiques fonctionnels et les adénomes kystiques. Ces dernières formations comprennent les thermomes et les cystadénomes..

Avec l'adénome ovarien chez la femme, des symptômes non exprimés sont notés, de sorte que la patiente peut ne pas être consciente de sa maladie. Mais les symptômes généraux comprennent des douleurs dans le bas de l'abdomen, augmentant pendant les rapports sexuels, des vomissements et des nausées (avec un kyste endommagé ou tordu), des irrégularités menstruelles. Avec un gros adénome, l'abdomen augmente.

Le traitement de la pathologie peut être effectué à l'aide de médicaments hormonaux pour la résorption des tumeurs ou d'une intervention chirurgicale pour éliminer l'adénome. Après la chirurgie, le médecin prescrit des médicaments pour restaurer la fonctionnalité.

Symptômes et traitement de l'adénome du sein

L'adénome du sein est une tumeur bénigne de la glande mammaire située dans l'épithélium glandulaire du sein. Les femmes peuvent identifier indépendamment la maladie par palpation. Le groupe à risque comprend les femmes de plus de 30 ans qui accouchent après cet âge ou qui se font avorter.

L'adénome des glandes mammaires chez la femme a la forme d'une boule et peut se développer rapidement, vous devez donc surveiller en permanence l'état du sein et subir un examen régulier par un mammologue.

Les symptômes de l'adénome mammaire comprennent la présence d'un nodule arrondi avec une surface lisse. Dans ce cas, les patients ne ressentent pas de douleur. Une résorption indépendante de la pathologie est possible.

Le traitement de la pathologie est prescrit après une observation détaillée, révélant la dynamique du développement de la tumeur et sa possibilité de résorption. L'opération est réalisée lorsqu'il existe un risque de croissance de la formation en formation maligne, de grande taille et de défaut visible. En outre, une intervention chirurgicale (résection sectorielle) est nécessaire avec une forte augmentation de la taille de la tumeur.

Symptômes et traitement de l'adénome du mamelon

L'adénome du mamelon est une formation épithéliale bénigne qui se manifeste dans les canaux papillaires et est déterminée par la prolifération intraductale. Les signes de pathologie comprennent des plaintes de décharge, après quoi des ulcères et des croûtes apparaissent sur les mamelons. Lors du sondage dans l'épaisseur du mamelon, vous pouvez déterminer le nœud élastique souple.

L'examen diagnostique de la pathologie comprend la cytologie pour la détermination et la ductographie (utilisation d'agents de contraste pour une méthode radio-opaque pour la détection de la perméabilité des canaux). Jusqu'à présent, les raisons exactes de l'apparition de l'éducation n'ont pas été identifiées, mais la principale est l'hyperplasie dyshormonale.

Les autres signes de pathologie incluent l'inflammation et le gonflement du mamelon, l'apparition de plaies à la surface, la présence de pertes sanglantes ou séreuses. En termes de caractéristiques principales, l'adénome du mamelon est similaire à l'eczéma ou à la maladie de Paget. Le traitement est effectué par excision locale de la tumeur.

Vidéo utile

Adénome chez la femme traitement des symptômes

Adénome surrénalien chez la femme - néoplasme pathologique dans le cortex d'un organe

Qu'est-ce que l'adénome surrénalien?

Des tumeurs adénomateuses se développent dans le cortex surrénalien. Un néoplasme commence à l'intérieur d'une cellule, perturbe la régénération, conduit à sa division chaotique et à des changements tissulaires. Les cellules altérées sont remplacées par du tissu fibreux de structure homogène et de haute densité, leur division atypique se poursuit. Ainsi, le tissu fibreux est une sorte de capsule remplie d'une masse homogène de cellules atypiques.

Le développement d'un adénome surrénalien chez la femme est intense, en particulier avec une tumeur hormonalement active. Plus la taille est grande, plus l'influence du néoplasme sur la fonctionnalité de l'organe est grande..

Il existe un autre type de tumeur surrénalienne - le phéochromocytome, qui est localisé et provient des cellules de la moelle épinière. La tumeur est constituée de cellules chromaffines qui sécrètent un grand volume de catécholamines. Le phéochromocytome est caractérisé par une augmentation de la pression artérielle et des crises causées par une libération excessive de catécholamines.

Les vraies causes de la tumeur ne sont pas claires. Certains travaux décrivent le rôle stimulant de l'organe principal du système endocrinien - la glande pituitaire, qui synthétise l'hormone adrénocorticotrope.

Dans certaines circonstances, par exemple, dans un contexte de stress, de chirurgie, de traumatisme, l'hormone adrénocorticotrope augmente la libération d'hormones du cortex surrénalien, contribue à l'apparition de l'atypie cellulaire. D'autres facteurs dans le développement d'une tumeur adénomateuse sont:

  • prédisposition génétique;
  • âgé de plus de 35 à 40 ans;
  • surpoids, obésité, dépôt de graisse viscérale;
  • hypertension de toute nature;
  • Troubles métaboliques;
  • pathologie de la glande thyroïde;
  • antécédents de diabète sucré;
  • maladie des ovaires polykystiques.

Les femmes à risque sont atteintes d'une maladie rénale de toute nature, une insuffisance rénale. Habituellement, l'adénome est unilatéral, mais plus fréquent dans la glande surrénale gauche.

En apparence, le néoplasme a une forme arrondie de teinte jaunâtre. Avec l'hétérogénéité de la structure de l'adénome, ils parlent de la qualité bénigne du processus pathologique.

Types principaux

La principale classification divise les adénomes en fonction de l'activité hormonale, du type et de la teinte, avec une localisation dans la glande surrénale droite ou à gauche. La classification permet aux cliniciens de déterminer la nature de la tumeur et les tactiques de prise en charge ultérieure des patients..

Par activité hormonale

Les symptômes dépendent de la taille et du volume de la croissance

Les cliniciens distinguent les types suivants de tumeurs hormonales.

  1. Une tumeur inactive ou passive est un incidentalome. Les adénomes ne produisent aucune hormone, ne participent pas au processus hormonal général.
  2. Actif. Les adénomes sécrètent divers types d'hormones, se caractérisent par une croissance rapide et une tendance à la malignité. Les tumeurs hormonalement actives sont classées:
  • pour l'aldostérome - la tumeur assure la production d'hormones minérales;
  • corticoestroma - le néoplasme est responsable de la production d'œstrogènes - hormones sexuelles féminines;
  • corticostérome - l'adénome produit des glucocorticoïdes;
  • androstérome - le foyer adénomateux produit des androgènes - hormones sexuelles mâles.

Dans la glande surrénale gauche ou à droite, une tumeur combinée peut survenir, qui produit plusieurs types d'hormones à la fois. Une glande surrénale peut contenir plusieurs adénomes hormonalement actifs..

En apparence

Les adénomes surrénaliens sont classés en plusieurs formes principales..

  1. Pigment. Il se développe chez les patients ayant des antécédents de syndrome d'Itsenko-Cushing diagnostiqué. La taille de la tumeur atteint à peine 2,5 à 3 cm. La teinte varie du marron au marron.
  2. Oncocytaire. Un type rare de tumeur caractérisé par la formation d'unités multicellulaires. La capsule de l'adénome est hétérogène, les tailles varient de quelques millimètres à 1–2 cm.
  3. Adrénocorticale. L'un des types de néoplasme les plus courants, caractérisé par la formation d'un petit nodule avec une membrane dense. A initialement une évolution bénigne, le risque de malignité dépend de nombreux facteurs différents.

Par type histologique et nuance, on distingue les types de tumeurs adénomateuses à cellules sombres, à cellules claires et combinées. En pratique clinique, le corticostérome est le plus souvent diagnostiqué dans le contexte de la maladie d'Itsenko-Cushing. Adénomes moins courants qui produisent des hormones sexuelles.

Est-ce dangereux?

Lorsque la tumeur est localisée dans la glande surrénale droite ou à gauche, ainsi que dans un processus bilatéral, il existe un risque de développer des maladies secondaires. Le danger de l'adénome réside dans le développement d'une tumeur oncologique et de complications:

  • violation du flux sanguin dans les reins en raison de la croissance impressionnante du néoplasme;
  • hypertension, crises;
  • changements dans les vaisseaux du fond;
  • AVC et hémorragies cérébrales.

Avec la malignité des cellules d'adénome et sa croissance pathologique, les métastases au tissu osseux, aux structures hépatiques, aux poumons sont une conséquence naturelle.

Manifestations symptomatiques

La maladie s'accompagne des symptômes suivants:

  • une augmentation du poids corporel avec le même appétit, le respect d'un régime alimentaire approprié;
  • un changement dans le timbre de la voix: chez les femmes, la voix devient rugueuse, chez les hommes - nasillarde;
  • violation du rythme cardiaque;
  • douleurs dans l'abdomen irradiant vers la poitrine, les poumons;
  • violation de la transpiration, augmentation de la transpiration;
  • croissance des poils masculins chez les femmes;
  • faiblesse musculaire;
  • essoufflement à l'effort.

Les manifestations symptomatiques peuvent être le signe d'un adénome de la glande surrénale gauche ou droite, ainsi que d'autres maladies néphro-urologiques. Pour clarifier le diagnostic, un diagnostic différentiel est nécessaire. Les tumeurs productrices d'hormones ont une image symptomatique active, contrairement aux foyers adénomateux passifs.

Diagnostique

Le diagnostic des adénomes surrénaliens chez la femme est rarement difficile pour les cliniciens. Le diagnostic final est établi selon les études suivantes:

  • Échographie des reins;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • CT scan;
  • radiographie, y compris avec un agent de contraste.

Assurez-vous d'effectuer des tests de laboratoire: tests sanguins, tests d'urine. Selon les indicateurs, la fonctionnalité des reins est déterminée. Les patients subissent un test sanguin pour la fonction thyroïdienne (TSH, T4 libre), l'hormone parathyroïdienne, les hormones sexuelles.

L'imagerie par résonance magnétique est l'étalon-or pour détecter l'adénome surrénalien. L'IRM aide à identifier un néoplasme à ses débuts. L'échographie n'est pas toujours informative, car les petites tumeurs peuvent simplement ne pas être visualisées. Une tumeur se différencie d'une maladie telle que le lipome - un néoplasme graisseux.

La possibilité de palpation à travers le péritoine ne plaide pas en faveur de la qualité bénigne de la tumeur adénomateuse. Il est important d'étudier l'histoire clinique et biologique d'une femme.

L'adénome surrénalien gauche est beaucoup plus fréquent

Le processus de traitement est déterminé par le type et la nature de l'évolution de la maladie des glandes surrénales. Les tumeurs inactives sont diagnostiquées par hasard, mais n'ont pas toujours recours à des méthodes radicales. Les médecins utilisent une attente vigilante. Une tumeur stable ne nécessite aucun traitement. Une tactique complètement différente pour une tumeur hormonale active, caractérisée par une croissance intensive, a une forte tendance à la malignité.

Traitement médical

Le traitement médicamenteux implique la correction des niveaux hormonaux. Lorsque le niveau d'hormones se stabilise, la tumeur diminue sa croissance et s'élimine complètement. Les principaux remèdes sont des préparations basées sur l'hormone thyroïdienne, les hormones sexuelles. Si nécessaire, des médicaments du groupe des cytostatiques sont prescrits. Après un certain temps, tous les symptômes disparaissent.

Les médicaments sont pris par voie orale ou par injection intraveineuse. Le manque d'hormones est reconstitué jusqu'à ce qu'elles soient complètement stabilisées, leur taux dans le sang est constamment surveillé.

Une méthode radicale est prometteuse dans le traitement des tumeurs adénomateuses surrénaliennes de grande taille, avec des risques oncologiques élevés. Les principales méthodes de manipulation chirurgicale sont les suivantes.

  1. Laparoscopie. La tumeur est retirée par de petites incisions dans la projection des glandes surrénales. Des instruments chirurgicaux sont introduits à travers ces incisions, des manipulations appropriées sont effectuées, puis la plaie est suturée.
  2. Méthode abdominale ou chirurgie abdominale. Le principal avantage est la possibilité d'éliminer les tumeurs immédiatement de la glande surrénale gauche et de la droite, ainsi que d'évaluer l'état des organes voisins.
  3. Chimiothérapie, exposition aux rayonnements. Il n'est utilisé qu'en cas de dégénérescence maligne des cellules tumorales, avec métastases.

Les techniques endoscopiques ne sont pas utilisées. L'adénome surrénalien chez la femme n'est supprimé que pour des raisons médicales: dynamique de croissance, risque de malignité et apparition de métastases, apparition de symptômes désagréables. Le respect de toutes les directives cliniques améliore le pronostic favorable.

Recettes folkloriques

Les remèdes populaires de la «poitrine de la grand-mère» sont utilisés, malgré le manque de faits prouvés sur l'auto-élimination de l'adénome. Il existe un certain nombre de remèdes populaires qui pourraient améliorer l'effet thérapeutique de la prise de médicaments, ainsi que réduire les symptômes négatifs..

  1. Infusion de fleurs de perce-neige. Fleurs cueillies (environ 80 unités) ou plusieurs st. 0,5 litre de vodka sont versés dans des cuillères de matières premières sèches, a insisté pendant un mois. La composition finie est filtrée et bu 15 gouttes plusieurs fois par jour. Vous pouvez ajouter un peu de géranium aux perce-neige - ces plantes activent la fonction des glandes surrénales, réduisent les symptômes désagréables.
  2. Infusion de prêle. 1 cuillère à soupe. une cuillerée de la plante est versée avec 1 litre d'eau bouillante, infusée pendant une heure, après quoi elle est filtrée et bu en petites portions plusieurs fois par jour.

Il existe de nombreux remèdes populaires à base d'herbes et de plantes pour améliorer le fonctionnement des reins et des glandes surrénales, soulager les symptômes. L'utilisation de recettes folkloriques doit être basée sur le bon sens. Il est préférable que leur utilisation soit convenue avec le médecin traitant.

Avec un adénome de la glande surrénale droite ou une tumeur à gauche, il est important d'ajuster la nutrition, de changer de mode de vie, de faire tout son possible pour éviter les complications et la poursuite de la croissance des néoplasmes.

Le pronostic des tumeurs surrénales varie considérablement en fonction de la nature et de la structure de la tumeur. Le pronostic est favorable pour les petites néoplasmes non fonctionnels à croissance lente, faible taux de malignité, s'il n'y a pas d'hyperplasie du tissu cortical. Le résultat le plus favorable après l'élimination des foyers adénomateux.

Adénome surrénalien chez la femme: symptômes, traitement, pronostic

L'adénome surrénalien est le nom général des tumeurs surrénales hormonalement actives. Les tumeurs surrénaliennes hormonalement actives, contrairement aux tumeurs qui n'ont pas d'activité hormonale (accessoire), présentent des symptômes plus prononcés. Les adénomes surrénaliens, selon le type de tumeur, peuvent synthétiser des quantités accrues de cortisol, d'androgènes ou d'aldostérone. On trouve des adénomes oncocytaires, pigmentaires et corticosurrénaux. Dans le service d'oncologie de l'hôpital Yusupov, diagnostic des maladies surrénales, y compris les adénomes surrénaliens.

Les études qui aident à diagnostiquer l'adénome surrénalien sont la tomodensitométrie, l'échographie. Après avoir détecté un néoplasme des glandes surrénales, une biopsie du tissu tumoral est réalisée (prescrite dans certains cas, caractérisée par un traumatisme élevé), ce qui permet de déterminer le type de formation. Les gros adénomes surrénaliens présentent un plus grand risque de tumeur maligne. Les néoplasmes malins des glandes surrénales se trouvent parmi les petites tumeurs. Le traitement principal de la maladie est la chirurgie. Si la tumeur est grosse, maligne, un rayonnement supplémentaire est effectué.

Adénome surrénalien chez la femme: traitement

Le plus souvent, les tumeurs surrénales sont diagnostiquées chez les femmes. Les glandes jouent un rôle important dans les processus métaboliques, protègent une personne du stress et maintiennent une pression artérielle normale. L'adénome, qui produit de grandes quantités d'hormones, provoque le développement de divers troubles. La tumeur est un néoplasme similaire à une capsule, la cavité est remplie d'un contenu homogène, le plus souvent elle affecte une glande surrénale. Selon le type d'adénome, ils diffèrent:

  • L'adénome oncocytaire a une structure granulaire. Très rare.
  • L'adénome corticosurrénalien est une formation nodulaire dans une capsule à faible teneur en liquide. Maladie commune.
  • L'adénome pigmenté est caractérisé par la présence d'un liquide sombre. Rare.

Le développement d'une tumeur surrénalienne qui produit activement des hormones se fait sentir avec certains symptômes:

  • Obésité.
  • Dyspnée.
  • Hypertension artérielle persistante.
  • Douleur dans la poitrine et l'abdomen.
  • Transpiration excessive.
  • Amincissement de la peau, apparition de vergetures sur la poitrine, l'abdomen, les cuisses.
  • L'ostéoporose se développe.
  • Perturbation de l'équilibre hormonal du corps.
  • Grossissement de la voix.
  • Infertilité.
  • Cessation de la menstruation.
  • Pilosité du visage, du corps - le développement de l'hirsutisme.

Si de tels symptômes apparaissent, une femme devrait demander l'aide d'un endocrinologue. Après un examen complet, consultation avec un oncologue-endocrinologue, une décision sera prise sur le traitement de la tumeur. Dans chaque cas individuel, il est décidé si une opération sera effectuée pour enlever la tumeur ou si la tumeur sera surveillée. Il existe certaines indications pour la chirurgie surrénalienne. Les opérations sont effectuées de plusieurs manières:

  • Adénomectomie classique.
  • Laparoscopie.
  • Chirurgie abdominale pour lésions des deux glandes.

L'adénome de la glande surrénale droite chez la femme et l'homme est plus difficile à retirer, l'accès au lobe droit est plus difficile pour le chirurgien. Dans le même temps, l'adénome de la glande surrénale gauche est plus facilement diagnostiqué et plus facile à opérer. Après l'opération, une période de rééducation et de restauration de la fonction normale de la glande opérée commence..

Adénome surrénalien chez l'homme: symptômes, traitement

L'adénome chez l'homme provoque des symptômes différents selon le type de tumeur. Le développement d'un déséquilibre hormonal conduit à une augmentation des glandes mammaires, la silhouette d'un homme devient féminine. Avec une production accrue d'aldostérone, le syndrome de Cohn se développe, une hypertension persistante, une faiblesse musculaire apparaît en raison d'une importante perte de potassium, des convulsions peuvent commencer, une dépression se développe et une léthargie apparaît. Une augmentation des niveaux de cortisol conduit au développement du syndrome de Cushing, l'ostéoporose se développe.

Chez les hommes, l'adénome surrénalien se développe en raison des effets de divers facteurs dommageables, avec une prédisposition génétique. Les facteurs dommageables comprennent: le tabagisme, un stress prolongé, la malnutrition, une immunité altérée. Le traitement de l'adénome surrénalien chez l'homme est effectué selon les indications sous la forme d'une opération chirurgicale, à condition que le patient se sente normal. Si le patient a une pression artérielle élevée, un traitement médicamenteux est d'abord effectué pour stabiliser la maladie. Un traitement hormonal peut être prescrit. Après l'opération, le médecin peut prescrire un traitement hormonal de soutien, en cas de tumeur maligne de la tumeur, une radiothérapie est effectuée. Les contre-indications au traitement chirurgical sont:

  • Maladie du rein.
  • Diabète.
  • Pathologie du système génito-urinaire.

Pronostic d'adénome surrénalien

Le pronostic de l'adénome surrénalien bénin est favorable, la tumeur ne constitue pas une menace pour la vie du patient lors de la prescription d'un traitement opportun ou d'une surveillance constante de la tumeur. Un adénome hormonalement actif peut entraîner une perturbation de l'équilibre hormonal du corps, entraînant le développement de diverses maladies. Le pronostic d'une tumeur maligne dépend du degré de développement de la tumeur, de la présence de métastases. Vous pouvez obtenir un diagnostic, obtenir un traitement qualifié dans le service d'oncologie de l'hôpital Yusupov.

Adénome

L'adénome est une tumeur bénigne provenant de l'épithélium glandulaire, à l'exception de l'adénome de la glande thyroïde, qui provient de l'épithélium folliculaire. Par structure, on distingue les adénomes kystiques, papillaires, polypoïdes, solides et tubulaires.

Causes d'occurrence

Le développement des adénomes, en général, est influencé par les mêmes facteurs prédisposants que les autres tumeurs bénignes. Les tumeurs hormonodépendantes présentent certaines caractéristiques, par exemple:

• L'adénome de la prostate est caractérisé par un déséquilibre de la testostérone, ce qui provoque la prolifération des tissus prostatiques. Il se développe souvent après 50 ans.

• L'adénome du sein est caractérisé par un déséquilibre des œstrogènes. Chez les femmes, il se développe souvent à un âge relativement jeune..

Morphologie

Morphologiquement, un adénome est une tumeur de structure glandulaire, dont le point de départ est un organe glandulaire. Il en découle déjà que la forme de l'adénome doit être aussi diverse que les glandes diffèrent entre elles. Mais en fait, la variété des adénomes est encore plus grande, car des adénomes de structures différentes peuvent provenir de la même glande..

Actuellement, seuls ces néoplasmes sont classés comme des adénomes, qui sont en particulier généralement désignés comme «réels», par opposition aux néoplasmes inflammatoires, aux hyperplasies compensatoires et régénératrices..

Les adénomes sont des tumeurs organoïdes, c'est-à-dire qu'ils se composent de divers tissus, entre lesquels le parenchyme et le stroma du tissu conjonctif dépassent le plus; en outre, dans les adénomes, il existe bien sûr des vaisseaux, des nerfs et parfois des fibres musculaires lisses. Le tissu conjonctif peut parfois atteindre un développement très important et le parenchyme glandulaire réel de la tumeur recule à l'arrière-plan, de sorte que dans certains cas, il peut être douteux que ce néoplasme soit épithélial ou conjonctif.

Adénomes d'organes individuels

Ci-dessous ne seront considérés que les organes dans lesquels le développement d'adénomes présente certaines caractéristiques..

• Adénomes du tube digestif

Dans les parties supérieures du tube digestif, tapissées d'épithélium squameux, les adénomes de la membrane muqueuse elle-même ne sont pas trouvés et les tumeurs dans cette zone, correspondant aux adénomes, appartiennent à des formations papillomateuses; au contraire, dans la bouche, dans le pharynx et dans l'œsophage, dans de rares cas, on trouve des formations adénomateuses émanant des glandes muqueuses. Des formations similaires ont été observées en particulier dans l'œsophage, bien que les glandes muqueuses y soient réparties individuellement très différemment et soient parfois assez rares.

Les adénomes gastriques sont extrêmement courants et il n'est pas toujours possible de tracer une ligne nette entre les vrais adénomes et les hyperplasies inflammatoires. En général, cependant, on peut dire que les polypes adénomateux gastriques atteignent des tailles beaucoup plus grandes que les hyperplasies inflammatoires, qui dépassent rarement la taille d'un haricot ou d'une noisette. Les adénomes de l'estomac seulement au tout début de leur développement se situent dans l'épaisseur de la membrane muqueuse, plus tard ils dépassent au-dessus de sa surface et reposent dessus soit sur une large base, soit, comme des polypes, sur un pédicule. La surface de ces tumeurs est soit plus lisse et légèrement grumeleuse, soit elles forment de véritables excroissances papillaires sous forme de chou-fleur, souvent avec une pilosité fine prononcée. Ce dernier se produit toujours lorsque, en raison du développement abondant des vaisseaux sanguins et du tissu conjonctif délicat, des excroissances en forme de doigts se forment à la surface de la tumeur. Ces néoplasmes sont beaucoup plus souvent situés dans le pylore de l'estomac que dans le fond de celui-ci. La forme externe des adénomes de l'estomac peut être considérablement modifiée en fonction du développement des kystes, qui se forment exclusivement en raison du retard de sécrétion dans les passages glandulaires adhérents inflammatoires. De telles inflammations surviennent très souvent dans les polypes gastriques et conduisent souvent à une infiltration même significative de petites cellules; mais ce n'est que dans des cas exceptionnels qu'il se produit une ulcération, et donc des saignements de tels polypes ne sont pas souvent observés.

L'inflammation peut se propager de la tumeur à de grandes parties de l'estomac et ce n'est que dans ce cas que les polypes de l'estomac provoquent des troubles. En général, ils procèdent complètement secrètement, et même une taille de tumeur importante, jusqu'à la taille d'une noix ou plus, peut ne donner aucun symptôme, malgré le fait qu'ils existent parfois dans le nombre de plusieurs spécimens et, fusionnant les uns avec les autres, occupent un espace dans l'estomac de la taille de paume.

Photo d'adénome du côlon

À bien des égards, les adénomes intestinaux sont similaires. Ils se trouvent le plus souvent dans le côlon et en particulier dans le rectum et le côlon sigmoïde. Dans le sens ascendant, ils deviennent moins fréquents, puis surviennent un peu plus souvent au-dessus de la valve de Bauginia, tandis que dans le jéjunum et le duodénum ils appartiennent à de grandes raretés. Pour la plupart, on observe un développement multiple de ces adénomes et, dans l'intestin, ils sont équipés d'une longue jambe, qui se forme généralement sous l'influence du péristaltisme. La jambe est parfois tordue et peut même se détacher complètement, de sorte que les polypes se détachent d'eux-mêmes. En général, les polypes intestinaux sont beaucoup plus petits que les polypes de l'estomac et atteindre la taille d'une noisette parmi eux est déjà une rareté.

Comme les polypes de l'estomac, les adénomes intestinaux peuvent, du fait de la stagnation séquentielle des sécrétions, se transformer en tumeurs kystiques plus ou moins claires, sans présenter en même temps de vrais kystes.

Une forme particulière de la maladie est formée par de multiples adénomes, qui surviennent parfois en grand nombre, jusqu'à 100 ou plus, dans l'intestin inférieur, de sorte que dans de tels cas, nous pouvons directement parler de polypose intestinale. Le plus souvent, cette maladie survient chez les jeunes et les jeunes enfants. Dans le même temps, des polypes adénomateux, d'une taille allant d'un grain de chanvre à une noisette, parfois plus, mais le plus souvent moins, reposent soit sur une large base, soit sont équipés d'une jambe, et entre eux une membrane muqueuse très enflammée est remarquée. Dans de tels cas, seuls les phénomènes de catarrhe chronique sont observés cliniquement. Dans d'autres cas, cette maladie se développe à un âge avancé et représente alors une relation particulière avec les carcinomes, car les néoplasmes malins se développent à partir d'adénomes similaires initialement typiques.

• Adénomes des voies respiratoires

Dans les voies respiratoires, les adénomes sont beaucoup moins courants qu'on ne le prétend généralement. Bien sûr, ils peuvent se développer partout à partir des glandes muqueuses, mais ce qui est le plus souvent désigné, par exemple, comme un adénome nasal, à proprement parler, ne s'applique pas du tout ici. Ces tumeurs, en revanche, sont des polypes du tissu conjonctif, dans lesquels les glandes muqueuses ont subi une hyperplasie très forte. Mais ce dernier n'atteint jamais un degré aussi fort dans de tels polypes qu'ils peuvent être reconnus comme de vrais adénomes. Néanmoins, de vrais adénomes du nez, du larynx et du pharynx se produisent encore. Dans ce cas, des kystes peuvent également survenir, en raison d'un retard de sécrétion. Dans les poumons, des excroissances adénomateuses se développent sur un sol inflammatoire, lors de processus induratifs chroniques. Les vrais adénomes dans les poumons sont rares.

• Adénomes utérins

Les adénomes de la membrane muqueuse de l'utérus dans leur forme et leur mode de développement sont très proches de ceux du tractus gastro-intestinal. Leur développement se produit à partir des soi-disant glandes utérines..

Dans ce cas, les polypes font également rapidement saillie au-dessus de la surface de la membrane muqueuse puis se développent, assis sur une base large ou sur une jambe. Comme ceux qui se développent dans le canal gastro-intestinal, les adénomes utérins sont en relation étroite avec les changements inflammatoires, et il est parfois difficile de décider s'il s'agit de tumeurs indépendantes, ou ils doivent être considérés comme des hyperplasies inflammatoires ou des élargissements très sévères dus à une endométrite proliférante. Les adénomes qui se développent dans la cavité utérine elle-même remplissent très rapidement la cavité, puis l'étirent, augmentant progressivement de taille, et prennent eux-mêmes la forme de la cavité qu'ils effectuent. Lorsque les adénomes se forment sous forme de polypes pédonculés, ils peuvent faire saillie dans le col de l'utérus, parfois même faire saillie à travers le pharynx utérin externe et pendre dans le vagin. Ce dernier est observé beaucoup plus souvent avec de tels adénomes qui se développent dès le début dans le col de l'utérus, mais il existe également des formes telles que, assis sur une large base, étirent le canal cervical, le transformant en une cavité plus ou moins importante. Presque toujours, ces polypes sont assis avec des kystes formés à la suite de la rétention de sécrétion, et sur cette base, ils peuvent généralement déjà être distingués macroscopiquement des polypes myomateux lisses. Cliniquement, les polypes utérins donnent le phénomène d'endométrite proliférante, c'est-à-dire qu'ils provoquent des menstruations et des saignements irréguliers, ainsi qu'une augmentation de la production de mucus. Avec le développement d'adénomes dans le corps de l'utérus, les phénomènes d'élargissement de l'utérus peuvent également se joindre à ce.

Parfois, il arrive que dans la circonférence des adénomes utérins, il y ait un développement très fort des muscles, ou que les adénomes, sans devenir malins, se développent dans les muscles. Dans de telles conditions, des formations myomateuses se produisent, dans lesquelles se trouvent les tubes glandulaires. Des formations similaires ont été observées dans les tuyaux..

• Adénomes cutanés

Les adénomes cutanés sont formés à partir de glandes sudoripares ou sébacées. Les premiers dans leur structure s'écartent très significativement des glandes sudoripares tubulaires et prennent une structure lobulaire (acineuse). Bien qu'ils puissent être trouvés à divers endroits du corps, ils sont principalement localisés sur le cuir chevelu, où ils se trouvent parfois en grand nombre. Les poils disparaissent à la surface des tumeurs, la peau devient lisse et atrophique, mais il ne se produit pas de perforation ou d'ulcération cutanée si les tumeurs ne sont pas mécaniquement endommagées. Les tumeurs lobulaires des glandes sudoripares ont la structure de glandes ramifiées d'arbres, dont les cellules sont sujettes à la dégénérescence muqueuse et prennent une forme presque cylindrique. Les adénomes des glandes sébacées se développent principalement sur le nez et forment ici des tumeurs volumineuses, appelées rhinophyma. Dans ces tumeurs, il y a souvent des kystes de rétention qui forment des cavités avec un contenu pâteux ou aqueux. Ces tumeurs des glandes sébacées ne doivent pas être confondues avec les athéromes qui, comme les vrais kystes, n'ont rien à voir avec les adénomes proprement dits.

• Adénomes des glandes salivaires

Dans les glandes salivaires, l'attention est attirée sur une circonstance qui n'est pas toujours rencontrée dans la formation d'adénomes, à savoir le développement diffus de tumeurs. Il arrive, bien que rarement, qu'une glande salivaire se développe comme une tumeur dans toute sa masse, et qu'elle conserve sa structure essentielle, mais, comme une vraie tumeur, se développe au-delà des limites physiologiques, en restant cependant nettement délimitée. Mais, en outre, dans les glandes salivaires, il existe également des tumeurs limitées de la structure glandulaire, qui peuvent également être similaires aux glandes normales, mais en diffèrent généralement par le développement plus fort du stroma et la désolation des canaux excréteurs. Dans le premier cas, des tumeurs caractéristiques avec un stroma du tissu conjonctif parfois abondant sont observées, dans le second, une formation kystique se développe, similaire aux kystes de rétention des adénomes. Ici, il est nécessaire de distinguer les vrais cystomes des adénomes, de sorte que la soi-disant rannule (une tumeur ressemblant au sac du menton (gorge) d'une grenouille), caractéristique en particulier du sublingual et du pancréas, n'appartienne pas au groupe des adénomes.

• Adénomes thyroïdiens

Comme les glandes salivaires, le développement d'adénomes diffus est observé dans la glande thyroïde, et, de plus, beaucoup plus souvent que dans les glandes salivaires. Ce sont les formes connues sous le nom de goitre renversé. Mais seule une partie de ce goitre renversé appartient aux formations adénomateuses. Ils doivent être strictement distingués du goitre dit parenchymateux, qui survient avec la maladie de Basedow, car il s'agit d'une prolifération parenchymateuse renversée de la glande avec une augmentation de la surface de sécrétion, qui ne prend jamais la nature d'une vraie tumeur.

• Adénomes hépatiques

On les trouve assez souvent et, de plus, sous deux formes: certaines se développent à partir du tissu hépatique lui-même, d'autres à partir des voies biliaires. Les premiers sont donc désignés comme adénomes du foie au sens propre, les seconds comme adénomes des voies biliaires.

Les adénomes hépatiques sont des tumeurs de taille allant d'un pois à une pomme, qui sont macroscopiquement assez nettement délimitées de la substance hépatique. Lors de l'examen microscopique, la bordure s'avère cependant moins nette, car la matière se réduit uniquement à la pression du tissu hépatique entourant l'adénome, et non à la formation d'un sac de tissu conjonctif spécial. Ces adénomes hépatiques effectuent tous les changements dans le foie lui-même, c'est-à-dire que si, par exemple, une induration cyanotique se développe dans le foie, l'adénome présente également une congestion, de la même manière si le foie est ictérique, l'adénome présente également une couleur ictérique. Seulement en termes de teneur en graisse, les adénomes diffèrent parfois du reste du foie, à savoir qu'ils contiennent soit beaucoup plus, soit au contraire beaucoup moins de graisse que le reste du foie. Si l'on examine au microscope un tel adénome, nettement délimité à l'œil nu, alors, étonnamment, ils trouvent la similitude complète de sa structure avec le tissu hépatique normal, de sorte qu'au premier moment, la pensée peut apparaître que non pas un morceau d'adénome n'a été pris pour la recherche, mais un morceau d'un foie normal. Ce n'est qu'après un examen attentif qu'il s'avère que les cellules et en particulier les noyaux de l'adénome sont en moyenne légèrement plus gros que dans le foie lui-même. Lors de l'examen des parties marginales, on retrouve les phénomènes de pressage du tissu hépatique. Les voies biliaires de ces adénomes, évidemment, communiquent librement avec les voies biliaires du foie lui-même, puisqu'elles ne remarquent pas une stagnation indépendante de la bile. Ces adénomes, comme les adénomes du tractus gastro-intestinal, peuvent évoluer en carcinomes; ils prennent alors une structure complètement différente, se développent de manière destructrice dans le tissu qui les entoure et se séparent des autres voies biliaires, ce qui entraîne déjà une stagnation de la bile et, dans certains cas, un fluide biliaire n'est même plus produit. Dans ce cas, ils n'appartiennent plus à des adénomes, mais à des carcinomes. De ces adénomes, il convient de distinguer strictement les formations tumorales qui sont très fréquentes dans la cirrhose hypertrophique du foie. Ces derniers représentent la régénération du tissu hépatique, au lieu de celui qui est mort sous l'influence d'une inflammation interstitielle. Ces formations peuvent également subir une dégénérescence cancéreuse et, de plus, en même temps dans de nombreux endroits du foie.

Photo d'adénome hépatique

Les adénomes des voies biliaires, contrairement aux adénomes hépatiques, forment, à de très rares exceptions près, de très petites tumeurs qui se détachent parmi le reste du tissu hépatique sous la forme de taches plus claires, de la taille d'une tête d'épingle ou de graines de chanvre. Ils se trouvent parfois à la surface du foie, mais ils peuvent également être trouvés dans l'épaisseur de celui-ci. Ils existent généralement en grand nombre, parfois par centaines. Les adénomes des voies biliaires consistent en un plexus dense des plus petits canaux biliaires, entre lesquels se trouve un abondant stroma de tissu conjonctif ne contenant que des vaisseaux minces.

• Adénomes rénaux

Avant, ils parlaient beaucoup d'adénomes rénaux, mais il s'est avéré que les vrais adénomes rénaux sont très rares. La plupart des tumeurs, initialement considérées comme des adénomes, appartiennent à d'autres formations, en partie à des hypernéphromes, en partie à des kystes papillaires. Les deux doivent être strictement différenciés des adénomes, de sorte qu'en réalité, il existe peu de cas dans lesquels nous pouvons parler d'un véritable adénome rénal. Dans ce cas, nous avons toujours affaire à de petites tumeurs, pas plus grosses qu'un pois ou un haricot, mais le plus souvent de la taille d'une graine de chanvre, qui se retrouvent parfois en grand nombre dans le rein et présentent une grande similitude1 de structure avec les tubules urinaires alambiqués. Le protoplasme de leur épithélium est cependant moins granuleux et les espaces glandulaires, en l'absence d'expansion, sont plus grands que dans un rein normal. Les cellules épithéliales n'ont pas de cils et ne font pas saillie en forme de dôme dans la lumière, mais ont une forme cubique. Il n'y a pas de glomérules dans ces tumeurs; ils n'ont rien à voir avec le cancer.

• Adénomes des glandes surrénales

La structure histologique des adénomes surrénaliens est extrêmement diversifiée. Certains ressemblent complètement à la structure du cortex surrénalien. À la suite d'un ramollissement secondaire dans les nids et les rangées de cellules individuelles, des cavités de type glandulaire peuvent se former, qui ne sont toutefois pas remplies d'un secret, mais uniquement des produits de la décomposition cellulaire. Un développement plus ou moins important du stroma, quant à lui, peut altérer considérablement le tableau microscopique. Dans certains cas, le stroma est très sensible, de sorte que les tubes parenchymateux sont étroitement adjacents les uns aux autres; dans d'autres cas, au contraire, il y a un tissu conjonctif très abondant et les éléments parenchymateux individuels sont très éloignés les uns des autres. Les cellules ont de petits noyaux riches en chromatine, tandis que le protoplasme est très différent; parfois, comme le protoplasme du cortex surrénalien, il contient beaucoup de graisse, parfois il a une structure vésiculaire très délicate ou est très rare et très granuleux, ce qui fait qu'il est intensément teinté d'éosine.

Diagnostic des adénomes

Le diagnostic est basé sur les données de biopsie ou sur une tumeur entière enlevée. L'adénome se prête bien à l'imagerie échographique. Cependant, en raison de l'absence (avant le développement de complications) de manifestations cliniques, les adénomes sont souvent retrouvés par accident lors d'une échographie et d'un scanner des organes internes pour d'autres raisons. Un diagnostic différentiel ultérieur est souvent nécessaire pour exclure d'autres types de lésions.

Traitement

Le traitement des adénomes est généralement chirurgical. Le plus souvent, cela conduit à une guérison complète..