Principal
Tératome

Adénocarcinome intestinal: types, stades, diagnostic, traitement

La nutrition a toujours occupé une des places centrales de la vie humaine. La perturbation du processus digestif entraîne une foule de problèmes, à la fois physiques et psychologiques. Pas étonnant qu'ils disent que nous sommes ce que nous mangeons. En raison de l'influence de divers facteurs agressifs de l'environnement interne et externe, il existe une masse de maladies du tractus gastro-intestinal: des caries dentaires aux maladies inflammatoires ulcéreuses du tube digestif. L'adénocarcinome intestinal est l'une des maladies les plus dangereuses. Plus de détails sur cette pathologie seront discutés ci-dessous..

Définition

L'adénocarcinome intestinal ou le cancer glandulaire est un néoplasme néoplasique malin qui affecte n'importe quelle partie de l'intestin et provient des cellules épithélio-glandulaires de la membrane muqueuse (interne). Une telle tumeur est assez dangereuse et courante. En raison du fait qu'elle se caractérise par une longue évolution asymptomatique, il arrive souvent que la présence de la maladie soit déjà détectée à un stade avancé, lorsque le traitement n'a pas de sens.

Anatomie intestinale

L'intestin remplit de nombreuses fonctions qui soutiennent une vie normale. Il se consacre à hacher les aliments, à les digérer, à absorber les nutriments et à éliminer les déchets humains. Il se compose de plusieurs sections - minces et épaisses.

Sur la photo: anatomie de l'intestin

En général, le tube digestif mesure environ sept à huit mètres de long chez la personne vivante moyenne et environ 10 à 12 mètres chez les morts. Il est alimenté en sang par les artères mésentériques - les artères supérieures et inférieures sont isolées. L'écoulement du sang est effectué dans les veines du même nom, qui s'écoulent ensuite dans le système de la veine porte, sont filtrées par le foie et retournent au cœur.

La paroi de n'importe quelle partie de l'intestin a trois couches - la couche muqueuse interne et la sous-muqueuse, la couche musculaire qui fournit le péristaltisme, la couche séreuse externe, qui est représentée par le péritoine viscéral.

L'intestin grêle comprend les sections suivantes:

  • Duodénum.
  • Jéjunum.
  • Iléon.

Le gros intestin se compose de:

  • Le caecum avec l'appendice.
  • Côlon ascendant, transversal et descendant.
  • Colon sigmoïde.
  • Rectum.

Intestin grêle

Le plus souvent, la localisation du cancer de l'intestin grêle est le début du duodénum ou de l'iléon. Cette tumeur se développe à la suite de la dégénérescence des cellules de l'épithélium glandulaire due à l'influence de divers facteurs provoquants. Avec l'adénocarcinome de l'intestin grêle, les symptômes ne sont pas détectés pendant une longue période, ce n'est que lorsque la taille de la tumeur atteint une taille significative qu'une clinique d'obstruction intestinale est possible. Avec ce diagnostic, les patients se rendent à la table d'opération, après quoi la véritable cause des problèmes de selle est révélée..

Anatomie de l'intestin grêle

Côlon

L'adénocarcinome dans le gros intestin est de même nature - il provient des cellules épithéliales muqueuses situées à l'intérieur de l'intestin. De plus, avec la croissance de la tumeur, des symptômes similaires à une tumeur de l'intestin grêle se joindront. Des problèmes digestifs se développent, des ballonnements fréquents, la constipation est remplacée par de la diarrhée, le passage des aliments fibreux grossiers est difficile.

En même temps, il a des lieux de localisation préférés. Ceux-ci incluent le sigmoïde, l'aveugle et le rectum..

Représentation schématique du gros intestin

Tumeur sigmoïde du côlon

La maladie de l'adénocarcinome du type intestinal de ce département est le plus souvent affectée par des catégories de personnes présentant les facteurs prédisposants suivants:

  • Âge avancé.
  • Mode de vie sédentaire.
  • Constipation fréquente, qui endommage la muqueuse intestinale lors de l'effort.
  • La présence de polypes dans la lumière intestinale, iléite terminale, diverticules.
  • Maladie de colite ulcéreuse.

Le développement de ce type de maladie suit le scénario suivant. Il existe une zone chroniquement traumatisée de la membrane muqueuse par des matières fécales grossières. De plus, en raison d'un traumatisme constant, les cellules épithéliales renaissent et acquièrent les caractéristiques de la croissance d'une tumeur cancéreuse - elles commencent à se diviser activement, à perdre le contact avec les cellules environnantes, à perdre leur fonction et à se développer activement dans les tissus environnants. Tant que la tumeur mesure moins d'un centimètre et demi de diamètre, les métastases ne se propagent pas dans la circulation sanguine.

Tumeur sigmoïde du côlon

Lorsque la tumeur occupe la moitié de la lumière du tube, des métastases uniques apparaissent dans les ganglions lymphatiques régionaux, qui agissent comme des collecteurs et ne permettent pas aux cellules tumorales d'aller plus loin. Après la fermeture complète de l'intestin, les métastases se propagent dans tout le corps et se développent activement dans les tissus environnants.

Tumeur Cecum

Le mécanisme d'apparition de la tumeur est approximativement le même que celui décrit ci-dessus. En règle générale, l'adénocarcinome du caecum survient chez deux catégories de patients - chez les enfants ou les personnes âgées. La croissance est précédée de la condition dite de «cancer en place» ou de la croissance de polypes.

Sur la photo: tumeur Caecum mobilisée pendant l'opération

Tumeur rectale

Adénocarcinome localisé dans le rectum - survient le plus souvent et généralement chez les personnes âgées. Les experts associent la survenue de ce type de maladie à des facteurs tels qu'une alimentation déséquilibrée, trop de fibres grossières dans les aliments, un manque de fibres. Il existe également une possibilité de tomber malade par contact chronique avec des cancérogènes chimiques, une infection par le papillomavirus humain. La localisation de la tumeur peut être la suivante:

Causes d'occurrence

Il n'y a pas de consensus sur la cause exacte du développement de l'adénocarcinome intestinal. Mais les médecins identifient des facteurs qui, à leur avis, peuvent causer un traumatisme avec une tumeur maligne ultérieure des cellules de la couche muqueuse intestinale:

Manger souvent des aliments gras.

Apport insuffisant de fibres végétales.

Consommation excessive de produits carnés.

Une histoire de colite et d'autres maladies inflammatoires de l'intestin.

Antécédents familiaux prédisposants. Si la famille a eu des cas d'adénocarcinome intestinal, le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.

Risques professionnels - travail avec de l'amiante, des métaux lourds.

Infection par une souche oncogénique de papillomavirus humain.

Lésion de la membrane muqueuse pendant les relations sexuelles anales.

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

L'un des cancers gastro-intestinaux les plus courants est l'adénocarcinome du gros intestin. La maladie n'a aucune préférence de sexe, affectant les hommes et les femmes en nombre égal. Selon les recherches modernes, l'âge des patients varie généralement autour de 60 ans. Mais ces dernières années, l'oncologie touche de plus en plus la jeune génération. Parmi eux, il existe plusieurs formes de la maladie - adénocacinome du côlon mal différencié, modérément différencié et hautement différencié..

Symptômes et tableau clinique

Les stades cancéreux hautement différenciés sont souvent mal diagnostiqués avec des examens de suivi de routine. Cette forme de la maladie ne métastase généralement pas et a une agressivité plutôt faible. Avec une attitude prudente envers votre santé, il est possible de remarquer des symptômes alarmants à temps et de consulter un médecin.

Fondamentalement, les symptômes sont assez similaires à ceux des autres tumeurs cancéreuses du côlon, mais il existe certaines différences en fonction de la localisation de la maladie.

Colon sigmoïde

Les principaux facteurs possibles de l'apparition d'une tumeur maligne de la région sigmoïde sont les processus inflammatoires de l'intestin et un manque d'apport en fibres..

La structure du côlon sigmoïde présente des courbes caractéristiques, ce qui complique grandement le diagnostic d'une tumeur. En conséquence, il est possible de sauter le stade initial de l'adénocarcinome. Le cancer du côlon sigmoïde au stade initial ne se manifeste pas par des symptômes prononcés. Le patient commence tout d'abord à ressentir une fatigue sévère, une faiblesse et des nausées. De tels signes sont très souvent présents dans de nombreuses autres maladies..

Afin de ne pas manquer l'apparition du cancer, il est nécessaire de subir des examens réguliers avec un oncologue.

La propagation de la maladie provoque chez le patient une pâleur de la peau, une lourdeur dans le bas de l'abdomen, des douleurs et un épuisement général du corps. Avec la croissance de l'adénocarcinome, des problèmes de défécation commencent, la présence d'écoulement purulent et de sang dans les selles.

Rectum

Le développement d'un cancer rectal est assez courant. Le développement de la tumeur se produit dans la couche cellulaire de la muqueuse intestinale. Les symptômes de la maladie commencent à apparaître à des stades assez tardifs. Ceux-ci inclus:

  • douleur pendant l'acte de défécation;
  • perte de poids brutale;
  • pâleur de la peau;
  • douleur prolongée dans l'abdomen;
  • la présence de mucus et de sang dans les selles;
  • processus de vidange difficile;
  • ballonnements.

Les raisons du développement du cancer rectal sont l'influence de l'environnement et la prédisposition génétique. Leur combinaison est considérée comme un facteur de provocation assez puissant. Les facteurs suspects incluent également les mutations génétiques.

Caecum

L'adénocarcinome du caecum est associé à des symptômes similaires à d'autres cancers. Ceux-ci comprennent: une forte diminution de l'hémoglobine dans le sang, une perte de poids corporel, une faiblesse constante, une fatigue rapide, des selles altérées, des douleurs dans l'abdomen. L'emplacement du caecum à proximité des ganglions lymphatiques de la région de l'aine présente le risque que des cellules cancéreuses y pénètrent. Les facteurs de développement de l'oncologie sont la prédisposition génétique, le contact constant avec des substances dangereuses et de mauvaises conditions environnementales.

Diagnostic et traitement

Si des symptômes d'adénocarcinome hautement différencié du côlon sont détectés, vous devez immédiatement consulter un spécialiste. Avec le diagnostic rapide de la maladie, les chances de guérison sont considérablement augmentées. Un médecin qualifié prescrira des tests appropriés pour un diagnostic précis.

Pour commencer, le médecin recueillera une anamnèse prolongée, en précisant l'âge du patient, les infections antérieures, les maladies chroniques et héréditaires concomitantes et si les parents les plus proches ont des patients cancéreux. Des analyses de sang et de matières fécales en laboratoire aideront à identifier diverses anomalies.

Après les études réalisées, des diagnostics instrumentaux sont prescrits. Ces procédures comprennent:

  • coloscopie;
  • l'irrigoscopie;
  • sigmoïdoscopie.

Le type de manipulation est choisi par le médecin traitant sur la base des résultats préliminaires. Si nécessaire, en cours de recherche, un petit échantillon du tissu affecté est prélevé pour une analyse plus détaillée. L'échographie, l'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie permettent de connaître la présence de métastases et le stade du cancer.

Le traitement de l'adénocarcinome du côlon hautement différencié réussit dans la plupart des cas. En thérapie, une méthode médicamenteuse et une chirurgie sont utilisées. Pour le meilleur effet, le traitement combiné est souvent effectué en utilisant les deux méthodes..

En présence d'une petite tumeur, la laparoscopie est souvent utilisée. L'opération est réalisée en milieu hospitalier. Au cours de la laparoscopie, trois petites incisions sont pratiquées dans l'abdomen, à travers lesquelles toutes les manipulations sont effectuées. La période de récupération est plutôt courte et quelques heures après l'intervention, le patient pourra se déplacer de manière autonome. Le séjour à l'hôpital varie de 5 à 7 jours. L'utilisation de médicaments spéciaux a un bon effet sur la réduction des cellules cancéreuses. Les médicaments sont sélectionnés en fonction de la taille de la tumeur et de son emplacement.

Prévention et pronostic

La médecine moderne n'a pas encore complètement étudié les facteurs exacts qui causent le cancer chez l'homme. Mais certaines mesures préventives peuvent aider à maintenir la santé ou réduire le risque de récidive de la maladie. Une alimentation saine est au cœur de la prévention. Les aliments doivent être riches en fibres. Ne pas abuser ni même refuser d'utiliser des boissons grasses, épicées, épicées, ainsi que des boissons alcoolisées et des cigarettes. Essayez d'éviter les aliments qui produisent du gaz. Il est préférable de manger des aliments chauds et en petites portions..

Le pronostic de l'adénocarcinome du côlon hautement différencié avec un traitement rapide est assez favorable. Le taux de survie sous la forme initiale de la maladie est d'environ 90% des cas. Avec l'aggravation de la maladie, le pourcentage de guérison est d'au moins la moitié des cas. Après cinq ans, après le traitement de la maladie, le risque de récidive tumorale est assez faible. L'essentiel est de suivre toutes les recommandations du spécialiste traitant.

Adénocarcinome intestinal: causes et symptômes, classification, diagnostic et traitement

L'adénocarcinome, ou cancer glandulaire, est une tumeur progressive et potentiellement mortelle qui se forme à partir de cellules glandulaires épithéliales. Il affecte les organes externes et internes d'une personne. Le danger de l'adénocarcinome est qu'un tel néoplasme est diagnostiqué le plus souvent dans les derniers stades. Dans une telle situation, le taux de mortalité de cette maladie augmente fortement..

L'adénocarcinome intestinal est la tumeur la plus courante qui peut se former dans n'importe quelle partie du tractus gastro-intestinal. Dans la plupart des cas, le cancer glandulaire est diagnostiqué après 50 ans. La maladie peut se développer chez une personne en bonne santé. Un diagnostic tardif et un manque de traitement entraînent la mort en peu de temps.

Causes de la pathologie

Le cancer de la glande peut se développer dans différentes parties de l'intestin. Rarement, une tumeur apparaît en raison de mutations génétiques. Dans la plupart des cas, les facteurs influençant le développement de la maladie sont l'hérédité et l'influence externe..

Causes courantes de développement et conditions contribuant à la formation d'un adénocarcinome intestinal:

  • facteur héréditaire;
  • dommages et maladies chroniques du tractus gastro-intestinal inférieur;
  • inflammation du gros intestin (y compris la maladie de Crohn);
  • plus de 50 ans;
  • mode de vie stressant;
  • constipation chronique;
  • HPV;
  • la présence de polypes ou de tumeurs bénignes dans les intestins;
  • consommation excessive d'aliments gras, frits, fumés et de pâtisseries;
  • tabagisme et abus d'alcool;
  • prendre certains médicaments;
  • travailler dans une entreprise nuisible;
  • vivre dans une zone écologiquement défavorable;
  • être en surpoids et sédentaire.

Attention! L'un de ces facteurs peut conduire au développement d'un adénocarcinome. Il est important de subir régulièrement des examens médicaux et des procédures de diagnostic après 50 ans!

Où se forme

Le cancer de la glande affecte les parties suivantes de l'intestin:

  1. Adénocarcinome de l'intestin grêle. Formé dans les parties supérieures du duodénum ou dans la partie inférieure de l'intestin grêle. En conséquence, la tumeur remplit la lumière de l'intestin, elle devient infranchissable. Il existe un risque de développer d'autres néoplasmes, le plus souvent des sarcomes.
  2. Cancer de la grande papille du duodénum. L'adénocarcinome se forme dans le canal biliaire et se développe dans le duodénum. La tumeur est petite, à croissance lente, mais il existe un risque de métastase.
  3. Néoplasme du côlon. Le cancer affecte la muqueuse du gros intestin et modifie ses cellules. Souvent, l'adénocarcinome envahit les parois abdominales. Il existe un risque de tumeurs multiples.
  4. Tumeur du côlon sigmoïde. L'adénocarcinome est précédé d'une prolifération tissulaire non naturelle. S'infiltre rarement à travers la muqueuse intestinale, les métastases se propagent aux organes voisins.
  5. Adénocarcinome du caecum. Le plus souvent formé à partir de formations bénignes. Diagnostiqué chez les enfants et les personnes âgées.
  6. Cancer rectal. Le développement de la tumeur est précédé par l'inflammation, les polypes et le VPH. L'adénocarcinome se forme principalement entre le caecum et le rectum. La tumeur est dangereuse par l'apparition précoce de métastases.

Mise en garde! Patients présentant des hémorroïdes et des relations sexuelles anales à risque d'adénocarcinome du rectum.

Typologie

Les adénocarcinomes diffèrent par les caractéristiques morphologiques, cytochimiques et fonctionnelles des cellules cancéreuses, qui sont déterminées par les résultats de l'examen histologique.

Classification de l'adénocarcinome intestinal:

  1. Très différencié. Dans les cellules pathologiquement modifiées, il y a une légère augmentation des noyaux. Une thérapie appropriée a un effet positif et une guérison complète est possible. Les jeunes risquent de rechuter d'ici un an. Chez les patients âgés, le risque de formation de tumeurs récurrentes après élimination d'un adénocarcinome du côlon hautement différencié est de 50%. Le pronostic pour la vie est favorable.
  2. Modérément différencié. Les cellules cancéreuses sont sujettes à la croissance, ce qui est dangereux en raison de l'obstruction et de la rupture des membranes intestinales. Il existe une forte probabilité de développer une inflammation du péritoine. Avec un traitement rapide et une résection tumorale, le pronostic de survie à 5 ans est positif.
  3. Faible différencié. Multiplication rapide des cellules cancéreuses, métastase précoce se produit. Les limites de la tumeur ne sont pas visualisées lors des mesures diagnostiques. Mal traitable.
  4. Indifférencié. À la suite de l'examen histologique, des cellules pathologiques atypiques pour le cancer sont découvertes. Il se développe dans le péritoine et se métastase au système lymphatique tôt. Si un adénocarcinome intestinal indifférencié est détecté, le pronostic pour la vie est négatif.

Types de cancer glandulaire par type de cellule:

  • adénocarcinome mucineux - rare, se compose de nodules entrecoupés de mucus (mucine), qui constitue la majeure partie du néoplasme;
  • adénocarcinome en anneau de chevalière - les cellules cancéreuses sont sujettes à une division rapide, l'accumulation de mucus intracellulaire entraîne leur déformation;
  • adénocarcinome épidermoïde - récidive souvent, se développe dans les organes adjacents;
  • adénocarcinome tubulaire - la forme la plus courante, caractérisée par une prolifération structurelle et une structure cellulaire atypique.

Référence! Les adénocarcinomes se forment à l'intérieur et à l'extérieur de l'intestin (endophytes et exophytes). Une tumeur endophyte est parfois détectée en sondant le péritoine. Le néoplasme interne conduit à une obstruction intestinale.

Les étapes de développement

Selon la classification internationale, il existe plusieurs stades de cancer glandulaire:

  • 0 - tumeur de petite taille, sans infiltration ni métastases;
  • 1 - la taille de la formation peut atteindre 20 mm, il n'y a pas de métastases;
  • 2 - tumeur jusqu'à 5 cm sans foyers secondaires (métastases);
  • 3A - formation de toute taille avec invasion des organes environnants et / ou métastases aux ganglions lymphatiques;
  • 3B - tumeur de différents volumes avec infiltration dans les organes voisins et / ou formation de foyers secondaires dans les ganglions lymphatiques du rectum et de l'aine;
  • 4 - Formation métastatique de toute taille avec des foyers dans le système lymphatique et des organes distants.

Attention! Aux stades 1 et 2, les symptômes spécifiques du cancer sont souvent absents. Soyez attentif à vous-même et consultez votre médecin pour tout trouble digestif, douleur abdominale!

Symptomatologie

Quels symptômes doivent être vigilants pour ne pas manquer le développement du cancer:

  • maux d'estomac;
  • indigestion, nausée, vomissements occasionnels, diarrhée;
  • ballonnements et coliques;
  • perte d'appétit, perte de poids dramatique;
  • augmentation persistante de la température à des niveaux subfébriles (pas plus de 38 ° C);
  • présence de sang et de mucus dans les selles.

Avec le cancer glandulaire de la grande papille du duodénum, ​​des signes de jaunisse apparaissent, la douleur est localisée dans la partie supérieure de l'abdomen et dans les derniers stades - dans le dos. L'adénocarcinome du côlon au début de la maladie est similaire à la polypose. Sa croissance entraîne l'apparition de pus, de mucus et de sang dans les selles, des symptômes d'intoxication sont observés.

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde hautement différencié est traité avec succès et facilement identifié. La difficulté réside dans le fait que parmi les symptômes, il n'y a que des troubles digestifs, une gêne dans la région iliaque et une production accrue de gaz, que les patients attribuent à une exacerbation des pathologies chroniques..

Avec une tumeur dans le rectum, une douleur et une gêne dans l'anus sont présentes, une pression peut être ressentie. Une fausse envie douloureuse de déféquer se produit, des taches de sang peuvent être vues dans les selles.

L'adénocarcinome du caecum est rarement diagnostiqué à un stade précoce. L'apparition tardive des symptômes est associée à l'éloignement du caecum de l'anus.

Dans les étapes ultérieures, des signes spécifiques apparaissent:

  • obstruction intestinale (incapacité à libérer des matières fécales);
  • vomir avec une odeur et des matières fécales;
  • sensation d'oppression dans les intestins;
  • saignement interne et faible taux d'hémoglobine;
  • détérioration de l'état général;
  • douleur intense, symptômes d'intoxication, fièvre.

Attention! Une occlusion intestinale nécessite une intervention chirurgicale urgente! Si une assistance rapide n'est pas fournie dans 90% des cas, le patient décède.

Diagnostic médical

Si un cancer glandulaire est suspecté, le patient se voit attribuer une longue liste d'études de laboratoire et instrumentales.

La liste des tests nécessaires pour établir un diagnostic:

  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • biochimie du sang (permettra d'évaluer l'état des organes internes du patient);
  • analyse biochimique de l'urine (déterminera la teneur en composants chimiques et leurs produits de désintégration);
  • analyse des matières fécales pour la présence de sang occulte;
  • analyse des marqueurs tumoraux.

Méthodes instrumentales et autres pour diagnostiquer l'adénocarcinome intestinal:

  • endoscopie - en proctologie, cette méthode de diagnostic vous permet de détecter le cancer aux stades initiaux; au cours de l'étude, il est possible de prélever des tissus pathologiques pour l'histologie;
  • Radiographie avec contraste - aide à détecter tout changement dans les muqueuses;
  • Échographie - il est nécessaire d'établir l'emplacement de la tumeur et d'identifier les foyers secondaires;
  • coloscopie - une méthode de diagnostic précoce, vous permet de trouver des tissus modifiés et de prélever du matériel pour un examen histologique et cytologique;
  • CT - évalue l'état de l'intestin et détecte les néoplasmes;
  • IRM - détermine la localisation, la structure de la tumeur et la présence de métastases.

Référence! La tumeur enlevée est toujours envoyée pour examen des cellules et des tissus pour établir un diagnostic précis et déterminer d'autres tactiques de traitement.

Vidéo

Traitement

Sur la base des résultats de la recherche, l'oncologue détermine un certain nombre de mesures thérapeutiques. Quelles méthodes sont utilisées pour traiter l'adénocarcinome intestinal:

  1. Ablation chirurgicale de la tumeur. Les petits adénocarcinomes sont complètement éliminés, tandis que la fonctionnalité de l'intestin n'est pas perturbée. En cas de néoplasme volumineux avec croissance dans des coupes adjacentes et métastases, on montre au patient l'ablation d'une partie du gros intestin et le retrait de la colostomie (le sigmoïde ou le côlon est retiré du péritoine pour évacuer les matières fécales). Dans l'adénocarcinome du rectum avec métastases aux organes environnants, tous les organes de la région pelvienne sont retirés au patient.
  2. Irradiation. Il peut être prescrit à la fois avant la chirurgie et en période postopératoire. La dose de rayonnement est déterminée individuellement, de sorte que, avec une efficacité possible, le risque de complications est minime..
  3. Chimiothérapie. Elle est réalisée après la chirurgie pour réduire le risque de récidive et arrêter la prolifération des cellules anormales. Monothérapie utilisée (5-fluorouracile, flutorafur) ou chimiothérapie complexe utilisant plusieurs types de médicaments.

Référence! S'il est impossible d'effectuer une opération pour enlever l'adénocarcinome, une radiothérapie ou une chimie est prescrite pour soulager l'état du patient.

Le pronostic pour la vie après le diagnostic d'adénocarcinome intestinal est déterminé dépend d'un certain nombre de conditions:

  • stade de la maladie;
  • type de néoplasme et sa structure;
  • présence de lésions secondaires.

Le plus souvent, lorsqu'un cancer est détecté au premier stade et après une opération réussie, les oncologues donnent un pronostic positif pendant 5 ans. Les patients après le retrait de l'adénocarcinome sont soumis à un examen systématique par un médecin.

Pour éviter le développement d'une tumeur, il est nécessaire de se nourrir correctement et de manière équilibrée, d'être régulièrement examiné par un proctologue et de traiter les maladies gastro-intestinales à temps.

Les premiers symptômes du cancer du caecum: caractéristiques du traitement, chirurgie, pronostic de survie

Le caecum fait référence anatomiquement au côlon, ou plutôt au tout début du gros intestin, c'est pourquoi les statistiques oncologiques ne distinguent pas sa transformation maligne du groupe général du cancer colorectal (CCR). La partie altérée du caecum - l'appendice est considéré comme une structure anatomique distincte avec ses propres processus malins, morphologiquement différents des néoplasmes intestinaux.

  • Raisons de la formation du cancer
  • Types de cancer du caecum
  • Signes de la maladie
  • Stades et pronostic du cancer
  • Maladies avec lesquelles le cancer du caecum est confondu
  • Diagnostic du cancer du caecum
  • Méthodes de traitement

Les principales caractéristiques de la maladie

Un néoplasme dans le caecum se développe, pratiquement sans présenter de symptômes, il est difficile à diagnostiquer et est donc détecté dès les derniers stades de formation. Aux stades initiaux, la tumeur est rarement diagnostiquée, principalement dans les études sur une maladie tierce. Les hommes et les femmes sont également exposés à cette maladie après 45 ans.

Dans la classification des maladies, le cancer du caecum reçoit le code CIM-10 - C18.0.

Une tumeur dans le caecum est formée à partir de cellules muqueuses. Une telle oncologie se caractérise par: une croissance lente, une faible malignité, des métastases tardives vers des organes distants, l'intestin grêle.

Manifestations externes et internes de la maladie

La symptomatologie d'un néoplasme est directement proportionnelle à son diamètre et aux maladies chroniques du tractus gastro-intestinal du patient..

Manifestations généralisées de l'oncologie dans le caecum:

  • traces de sang et caillots de mucus dans les selles - conséquence d'une hémorragie interne;
  • étourdissements systématiques, faiblesse musculaire;
  • blancheur de la peau;
  • douleur douloureuse, augmentant progressivement dans la cavité abdominale inférieure droite;
  • augmentation de la production de gaz (flatulences);
  • lourdeur dans l'estomac;
  • diminuer jusqu'à un manque complet d'appétit;
  • la nausée;
  • ballonnements;
  • dans les cas avancés, lorsque la tumeur progresse avec des métastases au foie, la peau du patient devient jaune;
  • apathie;
  • déséquilibre;
  • maigreur douloureuse.

Le patient n'a pas de difficultés avec la selle à ce stade. En raison de la grande lumière dans le caecum, les matières fécales ne sont pas complètement formées.

Les signes énumérés peuvent ne pas apparaître au début, mais lorsqu'ils se produisent, les médecins tirent des conclusions sur la propagation rapide de l'oncologie.

Le cancer du caecum qui a atteint le dernier stade conduit à un trouble complet du fonctionnement du tube digestif. La tumeur, qui a atteint une grande taille, contraint les organes voisins, ce qui provoque le développement de gonflements et de douleurs aiguës. Avec une augmentation du néoplasme et de ses dommages par les matières fécales, les saignements augmentent.

L'écoulement systématique de sang écarlate pendant l'acte de défécation est une manifestation typique des cancers colorectaux, quel que soit leur emplacement. Avec le développement de la maladie, des symptômes apparaissent:

  • douleur aiguë associée à la pénétration de la formation dans les tissus des organes voisins et pression sur eux;
  • obstruction intestinale partielle jusqu'au blocage de la lumière intestinale;
  • insuffisance hépatique, jaunisse, causée par la pénétration de métastases dans les organes hépatiques.

Les premiers symptômes du processus oncologique sont difficiles à reconnaître en raison du fait qu'un certain nombre de manifestations du cancer du caecum sont similaires aux signes de maladies tierces, par exemple, une inflammation intestinale.

La manifestation des symptômes peut différer en fonction de l'emplacement et du diamètre du néoplasme. En parallèle, une maladie tierce peut survenir, aggravant la situation.

Étapes

Considérez dans le tableau suivant les stades de développement de l'adénocarcinome du caecum.

ÉtapesLa description
0L'atypisation des cellules glandulaires saines commence sur la membrane muqueuse de l'organe, car une telle tumeur n'est pas encore présente. Si un foyer oncologique est trouvé et retiré, les experts promettent un rétablissement à 100% du patient.
jeLe néoplasme mesure jusqu'à 2 cm, il est mobile, mais clairement délimité des cellules saines. Le processus pathologique affecte la couche muqueuse et sous-muqueuse de l'organe. Les métastases sont cependant absentes, tout comme les symptômes de la maladie sous-jacente.
IILa tumeur mesure jusqu'à 5 cm, mais se développe déjà dans tous les tissus du caecum, atteignant la membrane séreuse, sans dépasser ses limites. Les premiers signes cliniques du processus oncologique apparaissent. Pas de métastases.
IIILa tumeur se développe rapidement, quitte les frontières de l'organe affecté et se propage aux tissus et ganglions lymphatiques adjacents. Le pronostic du 3ème stade de l'adénocarcinome du caecum s'aggrave significativement en raison de l'implantation et des métastases régionales.
IVLa taille du néoplasme peut être quelconque, à ce stade, il y a des signes de dommages au processus oncologique d'organes distants. La maladie est incurable, généralement les patients à ce stade ne vivent pas même six mois.

Causes d'occurrence

Les mutations cellulaires, leur dégénérescence, non détectées à temps et non détruites par le système immunitaire, se divisant à l'infini avec la progression de la maladie - la véritable cause de l'apparition d'une tumeur dans le caecum.

Les experts de l'OMS suggèrent par les facteurs provoquant le développement d'une telle oncologie:

  • viande rouge;
  • vieillissement des tissus et péristaltisme intestinal;
  • prédisposition génétique;
  • états anormaux et chroniques du tractus gastro-intestinal: inflammation, ulcère, processus bénin;
  • situation écologique défavorable;
  • virus oncogènes dans le sang (VPH, virus de l'herpès);
  • fumeur;
  • l'abus d'alcool;
  • consommation illimitée d'aliments gras et riches en glucides;
  • âge de plus de 45 ans - la maladie est diagnostiquée chez les adultes;
  • troubles digestifs chroniques;
  • régimes trop stricts;
  • Diabète;
  • travail dans la production dangereuse;
  • activité physique insuffisante (inactivité physique);
  • conditions précancéreuses du rectum (polypes adénomateux et villeux);
  • utilisation à long terme de médicaments;
  • situations stressantes systématiques;
  • surpoids;
  • constipation chronique.

Les causes exactes du développement d'une tumeur dans le caecum sont encore inconnues des chercheurs.

La prévention

Les mesures préventives pour prévenir les maladies du tractus gastro-intestinal, y compris le caecum, sont une alimentation saine, de haute qualité et régulière, pas de mauvaises habitudes, un mode de vie sain et actif, une eau de haute qualité, pas de stress. La vie moderne avec son rythme offre rarement à une personne la possibilité de suivre facilement de telles recommandations. Par conséquent, il est très important de ne pas ignorer les examens médicaux préventifs, mais dès les premiers symptômes désagréables et malaise, contactez immédiatement un spécialiste pour ne pas perdre de temps.

Nous recommandons: Caractéristiques de l'entérite chronique et méthodes de traitement efficaces

Types d'oncologie du caecum

En fonction de la structure cellulaire au niveau histologique, du degré de progression, de la formation oncologique dans le caecum, ils sont divisés en types:

  • adénocarcinome - la prolifération des cellules cancéreuses provient de la membrane muqueuse du gros intestin;
  • type squameux glandulaire;
  • carcinome à cellules cricoïdes - les cellules sont visuellement similaires à des bulles;
  • squameux - les tissus de l'épithélium squameux sont affectés;
  • indifférencié - a une tumeur maligne élevée, un mauvais pronostic après la chirurgie, difficile à guérir;
  • non classifié - composé de tacni et de cellules n'appartenant pas aux formes étudiées d'histologie.

Par leur apparence et leurs frontières, les tumeurs sont divisées en:

  • endophytique - il n'y a pas de contours clairs, il pousse dans les profondeurs des parois du caecum;
  • exophytique - forme elliptique ou ronde, se développe dans la lumière intestinale;
  • soucoupe - combine les signes des deux ci-dessus sous la forme d'un ulcère.

Diagnostic du cancer du caecum

La principale méthode de diagnostic est l'examen endoscopique ou la coloscopie et toujours avec une biopsie de la pathologie trouvée.

Si l'endoscopie est impossible, un examen aux rayons X est effectué avec remplissage de l'intestin avec un contraste de baryum - irrigoscopie, mais il est préférable de faire une colonographie CT.

La tomodensitométrie ou l'IRM de la cavité abdominale permet d'identifier les métastases et de déterminer l'implication des organes adjacents dans le conglomérat cancéreux. L'imagerie de haute technologie n'est pas toujours capable de détecter l'ensemencement métastatique du péritoine, mais la carcinomatose ne se cachera pas de la laparoscopie diagnostique.

Pour choisir le traitement médicamenteux optimal, il sera nécessaire de déterminer les mutations génétiques à l'intérieur des cellules cancéreuses et l'instabilité des microsatellites, qui est réalisée en parallèle de l'examen histologique d'un morceau de tumeur obtenu lors d'une biopsie ou d'une chirurgie.

Les marqueurs du cancer PEA et Ca 19,9 dans le plasma sanguin à l'avenir aideront à contrôler l'évolution du processus malin et à évaluer les résultats du traitement. Lors de l'examen initial, la probabilité de leur détection n'est pas élevée, ce qui n'exclut pas leur apparition au cours de la progression de la maladie.

Pour planifier une intervention chirurgicale, un examen supplémentaire sera nécessaire pour identifier les limites de l'anesthésie générale..

Étapes de développement, prévisions

Les médecins subdivisent le processus malin en développement dans le caecum en étapes suivantes:

  • 0 degré - une tumeur précancéreuse, de petit diamètre, affectant le haut de la muqueuse intestinale. Le système lymphatique n'est pas affecté, aucune métastase ne se produit. Avec un diagnostic rapide, le taux de survie est de 100%.
  • Stade 1 - une tumeur de 2 centimètres de diamètre, se développe dans les couches éloignées de l'intestin. Après résection, le pronostic de la vie sur cinq ans est de 95%.
  • Étape 2 - le diamètre de l'oncologie augmente, il pénètre dans les parois extérieures du caecum. Le système lymphatique n'est pas affecté, les métastases ne sont pas développées. L'espérance de vie après la chirurgie dépend du degré de lésion des organes; en moyenne, 85% des patients restent en vie après cinq ans.
  • Stade 3 - la tumeur affecte le système lymphatique, les organes voisins, mais ne métastase pas vers des systèmes distants. Selon la lésion des ganglions lymphatiques, le taux de survie à cinq ans après excision chirurgicale varie: 2-3 ganglions lymphatiques - 65%, 4 ou plus - 45%.
  • Stade 4 - le néoplasme est grand, systèmes proches, le système lymphatique est endommagé, les métastases se développent dans des organes distants. Si les poumons ou le foie sont touchés, il n'y a pratiquement aucune chance de survie: ils vivent avec un tel diagnostic pendant moins de cinq ans.

Les prix de la thérapie ne peuvent être calculés que s'il existe des données complètes sur la maladie d'une personne en particulier.

Prévoir

Si le traitement a été effectué au stade zéro et a réussi, le taux de survie prédit par les médecins est de 95%. En raison de symptômes bénins, la maladie ne peut pas être diagnostiquée immédiatement..

Lorsque le traitement est effectué dans la première étape, le pronostic est de 91%. Cela est dû au fait que les cellules cancéreuses infectent les deuxième et troisième couches de l'intestin..

Si le traitement a été effectué dans la deuxième étape, le taux de survie varie de 70 à 82%. Cela dépend de la profondeur de croissance de la tumeur dans les tissus adjacents.

Le traitement au troisième stade garantit la survie des patients dans seulement 42 à 63%. Ces indicateurs dépendent de la gravité de l'endommagement des organes proches de la tumeur et de l'affectation des ganglions lymphatiques.

La thérapie au dernier (quatrième) stade garantit une survie de seulement 6 à 10% pendant 6 à 7 ans après la thérapie.

Les chiffres donnés ont été obtenus lors de l'étude.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de ce type de maladies est effectué de manière globale:

  • Étude des antécédents médicaux, prise d'anamnèse, établissant la période de manifestation des premiers symptômes.
  • Examen physique - palpation de la paroi antérieure du péritoine, détermination de l'emplacement du néoplasme.
  • Tapping - détermination de l'obstruction intestinale.
  • Manipulations des doigts pour examiner le rectum pour diagnostiquer les métastases.

De plus, des méthodes instrumentales et de laboratoire de collecte de données sont appliquées:

  • Sigmoïdoscopie - examen du rectum pour déterminer avec précision l'emplacement du processus tumoral, la méthode la plus informative.
  • Irrigoscopie.
  • Radiographie du côlon avec élément de contraste.
  • CT et IRM des organes abdominaux - pour déterminer le degré de métastase dans les tissus distants.
  • La coloscopie est une définition spécifique de la localisation d'un néoplasme malin, sa taille. Une étude de la déformation du dôme du caecum est réalisée, dans le processus, il est possible de procéder à une biopsie - en prenant une partie des cellules cancéreuses pour un examen au niveau histologique.
  • Échographie du péritoine.
  • Cystoscopie.
  • Biochimie et UAC.
  • Sigmoïdoscopie - examen jusqu'à 25 centimètres de la partie distale du gros intestin.
  • L'utilisation d'un sigmoïdoscope et d'un coloscope - pour le diagnostic préopératoire du cancer du caecum.
  • La radiographie avec un lavement de contraste - aide à détecter les tumeurs de petit diamètre: les formations correspondantes ressemblent à la nature du rétrécissement, du compactage, visible dans la zone de contraste. En cas de doute, une coloscopie supplémentaire est réalisée.
  • La tomodensitométrie à balayage avec contraste aérien est une méthode largement répandue. Il est utilisé pour poser un diagnostic définitif et décider de la nécessité d'une excision chirurgicale. Certaines études cliniques suggèrent une tomodensitométrie en mini-coupe appelée coloscopie virtuelle.

Le carcinome à travers les cellules produit des antigènes embryonnaires cancéreux - CEA, ils sont considérés comme des marqueurs tumoraux d'un cancer, mais leurs qualités spécifiques ne sont pas suffisantes pour identifier spécifiquement la présence d'un processus malin.

Les antigènes embryonnaires cancéreux peuvent se manifester par des processus inflammatoires du tractus intestinal, la pancréatite, chez les personnes qui abusent du tabac et des boissons alcoolisées. Le test CEA est utilisé pour les patients qui présentent un niveau initialement élevé de ce type de marqueur tumoral après une excision chirurgicale. Après une résection réussie, sa concentration doit diminuer, une augmentation pendant la période de rééducation est le premier symptôme d'un processus récurrent.

Maladies avec lesquelles le cancer du caecum est confondu

Le premier point du diagnostic différentiel concerne les grands polypes et les lésions spécifiques locales de la paroi intestinale dans la tuberculose et la syphilis, ainsi que les formes rares de pathologie fongique - actinomycose.

Dans la paroi intestinale, des tumeurs bénignes du tissu adipeux et musculaire peuvent se développer, atteignant parfois des tailles impressionnantes.

Pour le cancer primaire lors de l'examen endoscopique, les excroissances encapsulées dans le tissu conjonctif autour des corps étrangers - os de poisson, graines et autres substances avalées accidentellement.

Les lésions tumorales de l'appendice, les complications inflammatoires à long terme après l'ablation de l'appendicite peuvent être confondues avec le carcinome du caecum.

Dans les processus malins de la cavité abdominale, le côlon peut être impliqué dans le conglomérat, en particulier dans le cancer de l'ovaire et du pancréas.

Dans toutes les situations, le diagnostic correct ne peut être posé qu'en examinant un morceau de tissu pathologique au microscope, le traitement est également basé sur les résultats de l'histologie.

Complexe thérapeutique

Le traitement du cancer est également réalisé selon des méthodes complexes:

  • intervention chirurgicale;
  • chimiothérapie;
  • radiothérapie.

La gravité de l'excision chirurgicale dépendra de la localisation du processus malin, du degré de sa progression et du stade de développement. Sur la base d'une étude complète des données obtenues, le chirurgien décide d'une résection complète de la tumeur ou uniquement de la partie affectée du caecum..

En cas d'excision partielle, à la fin de l'opération, des parties séparées du gros intestin sont suturées - une anastomose est appliquée, les bords excisés sont connectés. Au cours des mesures chirurgicales, les ganglions lymphatiques et, si possible, les organes, contenant des métastases qui s'y sont développées, sont excisés avec la tumeur - c'est ce qu'on appelle la lymphadénectomie.

Si un néoplasme oncologique n'est pas soumis à une intervention chirurgicale, une anastomose artificielle est appliquée pour restaurer la fonctionnalité de l'intestin, éliminer l'obstruction intestinale dans la partie touchée. En fait, la zone avec un processus tumoral est éliminée du processus de formation de masses fécales, ce qui évite à une personne de créer une colostomie et de créer un anus artificiel..

Lorsque le tractus intestinal est perforé, une colostomie est créée - ce besoin se fait sentir pour éviter les complications possibles: péritonite, saignement interne, médiastinite, coprostase (obstruction intestinale).

La radiothérapie est une technique utilisée avant la chirurgie pour réduire le diamètre de la tumeur, et après celle-ci - pour détruire le reste des cellules cancéreuses et prévenir la récidive de la maladie.

La chimiothérapie est utilisée avec un seul produit chimique - fluorouracile, fluoroafur ou en association avec d'autres médicaments - par exemple, fluorouracile + folinate de calcium. Les mesures de chimiothérapie sont effectuées en conjonction avec la radiothérapie.

Lorsque le néoplasme est inopérable ou que la maladie est accompagnée d'un certain nombre de processus concomitants, la chimiothérapie est la seule méthode de traitement possible. En outre, dans de telles situations et en cas de mauvaise santé et de faible immunité du patient, les médecins pratiquent des méthodes de traitement symptomatique, en d'autres termes, le patient se voit prescrire des pilules:

  • Analgésique non opioïde pour la douleur légère - ibuprofène, paracétamol, métamizole sodique, diclofénac.
  • Analgésiques non puissants contenant de l'opium pour des sensations de douleur modérées - Nalbuphin, Tramadol, Butorphanol, Codéine.
  • En cas de syndrome douloureux sévère, des médicaments puissants contenant des composants d'opium sont prescrits - Omnopon, Fentanyl, morphine.

Période de rééducation

Après l'excision chirurgicale du processus tumoral, les mesures de rééducation et les recommandations suivantes sont effectuées:

  • Pansements fréquents - en particulier, lorsque le patient est introduit dans une fistule spéciale, nécessaire pour restaurer les fonctions de perméabilité intestinale. Le pansement stérile doit être fixé de telle manière qu'en aucun cas il ne puisse glisser, exposant les coutures. Après le nettoyage naturel des intestins à travers l'anus artificiel, une serviette propre imbibée de vaseline est appliquée sur la partie saillante de l'intestin, fixée en plusieurs couches avec un bandage de gaze et une couche de coton. Pour la fixation, des bandages stériles et des bandages spéciaux sont utilisés. Le plâtre n'est pas appliqué pour éviter de blesser la peau, les points de suture.
  • La zone opérée doit être soigneusement entretenue avec des onguents médicaux, de la pâte d'acide lactique. Les zones enflammées sont lubrifiées avec une solution de tanin, des solutions antibactériennes, des poudres qui stimulent la formation de croûtes (talc, kaolin, tanin sec).
  • En cas de retard du transit intestinal, le patient reçoit un lavement avec de l'huile de vaseline dans la composition et une poche de colostomie est également utilisée.
  • La nécessité d'adhérer à un régime postopératoire spécial.

Menu pour une tumeur du caecum

Après la résection, la personne opérée boit autant de liquide que possible pendant les six premiers jours - les bouillons faibles en gras, les jus naturels, les décoctions d'herbes, la gelée sont autorisés. Petit à petit, il est permis de manger des céréales liquides et des purées de légumes. Tous les produits utilisés pour la nourriture doivent être soigneusement essuyés. Vous devez manger par petites portions toutes les trois à quatre heures..

Une semaine après l'opération, il est permis d'introduire progressivement des aliments solides dans le menu: poisson et viande maigres, fruits frais, légumes. L'excision de champ alimentaire de l'oncologie intestinale doit être suivie par le patient à vie.

Un exemple de liste d'aliments incontournables:

  • légumes, fruits, baies - pour restaurer le péristaltisme intestinal;
  • jeune veau, poisson d'espèces marines - pour améliorer la vitalité des tissus de tous les organes;
  • céréales, huiles végétales.

Un point important: le cancer du caecum est un processus dangereux et insidieux, par conséquent, les éléments suivants sont strictement exclus de l'utilisation:

  • tous les produits laitiers;
  • de l'alcool;
  • nourriture animale crue.

Les épices et les assaisonnements doivent être limités. Le poisson, la viande sont cuits à la vapeur ou bouillis, après quoi ils sont écrasés.

Produits alimentaires qui contribuent à la désactivation de la propagation des cellules cancéreuses, à la prévention des processus inflammatoires, contenant du sélénium dans la composition:

  • chou: brocoli, chou-fleur, chou blanc;
  • fruits de mer: poissons, moules, calamars;
  • foie de boeuf;
  • œufs: poulet, caille;
  • légumes, orange, fruits rouges: les tomates contiennent du lycopène, qui protège les organes de la propagation des cellules cancéreuses;
  • fruits secs;
  • agrumes: mandarines, pamplemousses, citrons;
  • Grenat;
  • baies aux propriétés anticancéreuses: fraises, fraises des bois, framboises, mûres, myrtilles, myrtilles, groseilles noires et rouges;
  • verts: persil, aneth, céleri, coriandre;
  • lait aigre: yaourts pasteurisés, sans additifs, kéfir;
  • céréales, grains entiers, son;
  • graines de citrouille, graines de tournesol;
  • noix: amandes, pistaches, noisettes, pignons de pin;
  • thé vert;
  • condiments qui préviennent les nausées: curcuma, gingembre;
  • le poivron rouge est autorisé en petites quantités - il inhibe la croissance des cellules tumorales;
  • Huile d'olive extra vierge: une cuillère à soupe par jour;
  • légumineuses: soja, produits à base de soja;
  • pour assaisonner les salades: menthe, marjolaine, thym, basilic, romarin;
  • champignons: pleurotes, cèpes, chanterelles;
  • chocolat noir amer: 20 g par jour.

Environ un mois après l'opération, sous réserve du régime alimentaire prescrit, le patient est autorisé à intégrer progressivement dans son régime alimentaire une alimentation régulière. Cependant, les portions doivent également être réduites et vous devez manger souvent et petit à petit. Les plats chauds sont exclus, ainsi que les plats froids: les aliments doivent être à température ambiante et fraîchement cuits à la vapeur ou cuits.

Chimiothérapie

Aux stades initiaux de la maladie (stade 0, carcinome de stade 2 hautement différencié sans dépistage des ganglions lymphatiques), la chimiothérapie n'est pas réalisée.

Une chimiothérapie adjuvante (postopératoire) est prescrite aux patients présentant 2-3 stades de cancer lorsque des métastases aux ganglions lymphatiques régionaux sont détectées, la germination de la tumeur de la membrane séreuse et dans un certain nombre d'autres cas. La chimiothérapie doit commencer le plus tôt possible, dans un délai d'un mois après la chirurgie. Il est conduit par des cours selon des schémas standards, la durée totale est d'au moins 6 mois. Les médicaments peuvent être administrés par perfusion ou par administration orale.

Prédictions médicales

L'espérance de vie du patient dépend des facteurs suivants: détection précoce, stade de développement de la tumeur, thérapie complexe appropriée. Un bon pronostic et une durée de vie de plus de cinq ans attendent les patients qui ont commencé le traitement aux stades précoces, précancéreux de la maladie. Plus le cancer du caecum est diagnostiqué tardivement, plus le traitement est difficile et plus le pronostic est mauvais: une personne meurt dans les 1 à 5 ans.

Avec un degré élevé de différenciation de l'adénocarcinome, qui survient le plus souvent dans les tissus muqueux du caecum, le taux de survie atteint 90% s'il est détecté aux stades 1 et 2 du développement, 60% - avec 3 degrés de progression tumorale.

Le pronostic généralisé de la survie à cinq ans est le suivant:

  • Stade 0 - 95-100%;
  • Stade 1, n'affectant pas le système lymphatique, procédant sans métastases - 96%;
  • Stade 2, qui s'est développé à travers toutes les couches de l'intestin, mais non métastatique - 85%;
  • Stade 3, sans germination dans le système lymphatique et les organes voisins - 45 à 60%;
  • Étape 4, la finale et la plus dangereuse - 15-40%.

Le traitement d'une maladie qui commence avant le quatrième stade n'est pas toujours possible. La thérapie palliative et symptomatique est principalement utilisée pour soulager la douleur, stabiliser l'état du patient et prolonger sa vie.

Caractéristiques du traitement

Le traitement du cancer du caecum est effectué uniquement par chirurgie: excision du néoplasme malin et de tous les tissus endommagés par les cellules cancéreuses. Avant et après l'opération, le patient doit subir un traitement de radiothérapie et de chimiothérapie.

Opération

Pendant l'opération, le chirurgien enlève la tumeur elle-même et les tissus endommagés par celle-ci. Le volume de l'intervention chirurgicale est déterminé par la localisation du cancer et le degré de sa propagation aux ganglions lymphatiques et aux organes voisins. Avec une grande quantité de tissu excisé, une anostomose est faite au patient (connecter le petit et le gros intestin en les cousant pour restaurer les fonctions naturelles de l'intestin).

Radiothérapie

La radiothérapie est une méthode de traitement du cancer utilisant des rayonnements ionisants. Il est utilisé avant la chirurgie pour réduire la taille du néoplasme et après la chirurgie afin de réduire le risque de récidive de la pathologie..

Chimiothérapie

La chimiothérapie est utilisée pour traiter les cancers malins. La méthode est basée sur l'utilisation de poisons et de toxines, qui désactivent les processus actifs dans les cellules cancéreuses (éliminent leur capacité aux processus métaboliques et à la division), ainsi que pour empêcher l'émigration des cellules cancéreuses secondaires vers les organes et ganglions lymphatiques voisins et éloignés (formation de métastases). Un cours de chimiothérapie peut être prescrit avant et après la chirurgie..

En cas de cancer inopérable ou lorsqu'une intervention chirurgicale est impossible en raison de l'âge du patient, des anomalies graves du système cardiovasculaire, un cours de chimiothérapie est prescrit pour soulager l'état du patient et maximiser sa durée de vie. Mais une issue favorable est impossible sans traitement chirurgical du cancer du caecum..

Lors de l'utilisation de radiothérapie et de chimiothérapie, le patient doit être préparé aux effets secondaires: nausées constantes, vomissements, faiblesse, perte de cheveux sévère, amincissement des selles.