Principal
La prévention

Adénocarcinome de l'endomètre modérément différencié

Très souvent, les femmes sont confrontées à des maladies de la région génitale. Au cours des dernières décennies, il y a eu une augmentation de la tendance à la dégénérescence en oncologie des problèmes affectant ce domaine particulier. L'un d'eux est un adénocarcinome de l'endomètre hautement différencié.

Ce que c'est

Cette tumeur envahit la muqueuse à l'intérieur de l'utérus. Le plus souvent, il est diagnostiqué chez les patientes ménopausées (après 45 ans).

Les raisons

Les oncologues pensent qu'une telle lésion est due à une perturbation hormonale. Le risque de développer un processus pathologique chez une femme augmente dans le contexte de la concentration d'œstrogènes, qui affectent l'état de l'utérus tout au long de sa vie.

Les facteurs suivants peuvent provoquer un tel diagnostic:

  • manque d'accouchement;
  • maladies endocriniennes;
  • menstruation précoce;
  • début retardé de la ménopause;
  • obésité;
  • hyperplasie de l'endomètre;
  • stress nerveux;
  • infertilité;
  • rayonnement ionisant.

Selon les recherches, le risque d'un tel problème découle d'une mauvaise alimentation avec une prédominance d'aliments riches en protéines et en graisses animales dans l'alimentation..

Symptômes

L'adénocarcinome de l'utérus se développe progressivement sans manifestations particulièrement prononcées. Au fur et à mesure que le processus inflammatoire progresse, la clinique acquiert des symptômes plus spécifiques. Les gynécologues recommandent d'écouter votre corps et de prêter attention à tout changement négatif. Les symptômes du problème sont:

  • douleur à la ceinture dans le péritoine inférieur avec une nature différente de manifestation;
  • inconfort pendant les rapports sexuels;
  • perte de poids spectaculaire;
  • ballonnements du péritoine;
  • ascite;
  • malaise constant;
  • température subfébrile.

Au cours de la période de métastase, les manifestations peuvent prendre une grande variété de formes et dépendent de la localisation des foyers secondaires de lésion maligne..

Types et formes

Les médecins distinguent plusieurs types d'enseignement:

  • Papillaire - une tumeur qui apparaît à partir d'un grand nombre de papillomes. Extérieurement, ces formations ressemblent au chou-fleur..
  • L'endométrioïde est une lésion courante. La croissance se développe superficiellement dans la couche myométriale, c'est pourquoi, lorsqu'elle est détectée, elle a initialement un bon pronostic.
  • Squamous - formé à partir de cellules plates. La pathologie est extrêmement rare. Apparaît en oncologie cervicale.

Les étapes de développement

Le processus oncologique du moment de la création à l'arrivée passe par 4 étapes de développement. Les caractéristiques de chaque étape de progression dépendent de divers facteurs. Leur particularité dans les prévisions est la suivante:

  • au stade I, il se caractérise par une légère diffusion de formations dans l'utérus;
  • au stade II, la destruction pathologique peut affecter le col de l'utérus;
  • au stade III, les ganglions lymphatiques et tous les organes adjacents sont impliqués dans le processus;
  • au stade IV, le stade de métastase rapide commence.

La thérapie est choisie en fonction de la phase, de la forme et du type de lésion maligne. L'oncologie de l'endomètre de l'utérus est également classée selon certaines formes morphologiques:

  • adénocarcinome à cellules claires;
  • adénocarcinome typique;
  • type mucineux;
  • type squameux glandulaire.

On trouve également des types d'oncologie squameuse et séreuse, ainsi que des types indifférenciés et glandulaires..

Adénocarcinome à cellules claires

C'est la forme la plus courante de pathologie. Ce type de lésion maligne est caractérisé par la présence de grosses cellules épithéliales polyédriques dans la zone tissulaire enflammée. La présence de cellules typiques, alternant avec des adénocarcinomes à cellules claires, est souvent notée. Parfois, des cellules mésonéphroïdes spéciales sont renvoyées à cette catégorie de pathologie. Ils ressemblent à un clou de botte avec un capuchon..

Adénocarcinome du corps de l'utérus

L'oncologie du corps utérin est le développement d'un endomètre malin qui tapisse toute la cavité utérine. Parmi les signes du problème, il convient de souligner l'apparition d'un écoulement sanguin des organes génitaux, une leucorrhée aqueuse, le développement de douleurs, des saignements utérins atypiques ou acycliques.

Adénocarcinome du col de l'utérus

Avec cette variante de l'oncologie, le col utérin contient des cellules glandulaires qui sont dispersées le long de l'intérieur de la membrane muqueuse dans le canal entre l'utérus et le col de l'utérus. Pour cette raison, un adénocarcinome de ces tissus se développe. La pathologie est classée comme une maladie bien différenciée, car elle commence par une phase précancéreuse, qui est facilement détectée lors de l'examen.

Adénocarcinome hautement différencié

La maladie est caractérisée par des changements cellulaires atypiques mineurs. De petites anomalies non naturelles dans les noyaux cellulaires sont observées, qui contribuent à leur allongement et à leur augmentation. Cette forme de cancer glandulaire est l'une des plus favorables parmi tous les autres types de pathologie..

Adénocarcinome modérément différencié

Cette forme d'oncologie a ses propres caractéristiques cliniques: la structure et la forme de la cellule sont complètement modifiées, ce qui provoque une violation de son activité.

Cancer mal différencié

Le processus oncologique est très agressif. Le patient peut subir les changements suivants: les excroissances pénètrent rapidement dans les couches de la paroi utérine.

Diagnostique

Pour déterminer le type de lésion oncologique, les spécialistes utilisent un certain nombre d'activités de recherche. Le patient est prescrit:

  • biopsie de l'utérus;
  • examen gynécologique;
  • hystéroscopie;
  • Échographie des organes génitaux féminins et de la cavité abdominale;
  • test sanguin.

De plus, la TDM et l'IRM sont utilisées pour détecter la présence de métastases et pour clarifier le tableau général du processus inflammatoire. Le but de ces activités est de déterminer les indicateurs suivants:

  • type d'éducation;
  • le degré de sa différenciation;
  • étapes de progression d'une réaction pathologique.

Après avoir déterminé le diagnostic correct, il sera possible de proposer le schéma thérapeutique le plus efficace et de donner une prévision précise pour l'avenir..

Biopsie de l'endomètre

Cette méthode de diagnostic est une étape importante dans la détermination du type de néoplasme. Avec son aide, il est possible d'identifier le type de tumeur par sa structure morphologique. Une biopsie est le prélèvement d'un morceau de tissu pour examen. Une telle manipulation est complétée par la suite par un grattage séparé du canal cervical et des viscères de l'utérus.

Échographie transvaginale

Grâce à l'utilisation de cette technique d'examen, il sera possible de connaître plus précisément l'état des organes à l'intérieur du petit bassin. Pour les patients, cette méthode de diagnostic permet de détecter la pathologie uniquement dans la phase de démarrage..

Traitement

Le traitement complexe de cette pathologie comprend:

Adénocarcinome du corps de l'utérus (cancer de l'endomètre)

Le cancer du corps utérin fait référence au développement d'une lésion maligne de l'endomètre, qui tapisse la cavité utérine. Les manifestations de l'adénocarcinome du corps de l'utérus comprennent l'apparition dans le tractus génital d'écoulement sanglant, de leucorrhée aqueuse, de douleur, de saignement utérin acyclique ou atypique. Cliniquement, le cancer de l'utérus est reconnu sur la base des données d'examen gynécologique, de l'analyse cytologique des aspirats, de l'examen échographique, de l'hystéroscopie avec curetage diagnostique séparé et des résultats histologiques. Le cancer de l'endomètre doit être traité en association, y compris des composants chirurgicaux, hormonaux, radiologiques et de chimiothérapie.

Classification de l'adénocarcinome de l'utérus

L'oncologie clinique utilise un système de classification des stades (FIGO) et TNM, avec lequel il est possible d'évaluer la prévalence de la tumeur primaire (T), l'atteinte ganglionnaire (N) et la présence de métastases à distance (M).

La classification de l'adénocarcinome utérin comprend:

  • Stade 0 (Tis), lorsque la présence d'un cancer de l'utérus pré-invasif (in situ) est diagnostiquée;
  • Stade I (T1), dans lequel la tumeur est située dans le corps de l'utérus;
  • IA (T1a), lorsque moins de la moitié de l'épaisseur de l'endomètre est infiltrée par un cancer du corps utérin;
  • IB (T1b), lorsque le cancer du corps de l'utérus infiltre la moitié de l'endomètre;
  • IC (T1c), lorsque plus de la moitié de l'épaisseur de l'endomètre est infiltrée par un cancer du corps utérin;
  • Stade II (T2), lors de la détection de laquelle la tumeur se propage au col de l'utérus, mais s'y trouve;
  • IIA (T2a), lorsque l'endocervix est impliqué dans la tumeur;
  • IIB (T2b), dans lequel le stroma cervical est envahi par le cancer;
  • Stade III (T3), qui est caractérisé par la propagation de la tumeur localement ou régionalement;
  • IIIA (T3a), dans laquelle la tumeur se propage ou métastase à l'ovaire ou à la membrane séreuse. De plus, des cellules atypiques sont détectées dans un épanchement ascitique ou dans l'eau de lavage;
  • IIIB (T3b), lorsqu'une tumeur se propage ou métastase dans le vagin;
  • IIIC (N1), dans lequel le cancer du corps utérin métastase aux ganglions lymphatiques pelviens ou para-aortiques;
  • Stade IVA (T4), caractérisé par la propagation de la tumeur à la membrane muqueuse de la vessie ou du gros intestin;
  • Stade IVB (M1), lorsque la tumeur métastase vers des ganglions lymphatiques et des organes distants.

Différenciation du cancer de l'endomètre

Les degrés de différenciation suivants du cancer de l'endomètre sont distingués:

  • adénocarcinome hautement différencié de l'utérus, qui est l'une des variétés de néoplasmes à caractère malin. La maladie appartient à un groupe de cancers dont le développement est possible dans l'épithélium des tissus glandulaires. Il existe un degré minimal de polymorphisme, auquel les cellules affectées diffèrent très légèrement des cellules saines. Les symptômes et manifestations évidents de l'adénocarcinome utérin hautement différencié comprennent une augmentation de la taille des noyaux des cellules qui ont subi une dégénérescence pathologique et leur allongement. Le diagnostic et le diagnostic différenciés dans ce cas entraînent certaines difficultés. Avec un adénocarcinome hautement différencié de l'utérus, il se propage superficiellement dans le myomètre. La probabilité de développer des complications importantes et l'apparition de métastases d'origine lymphogène lorsqu'elles sont localisées, qui ne dépassent pas la membrane muqueuse dans la région inférieure de l'utérus, est minime et ne dépasse pas 1%;
  • adénocarcinome modérément différencié de l'utérus, dont les cellules ont subi des modifications se caractérisent par un niveau élevé de polymorphisme dans l'utérus, dans sa membrane muqueuse ou dans ses tissus musculaires. Cette oncologie de l'utérus par le mécanisme d'action est très similaire au développement et à l'évolution d'un type d'adénocarcinome hautement différencié. Une différence significative est l'implication d'un nombre beaucoup plus grand de cellules dans des phénomènes pathologiques, avec lesquels il existe un cours actif de processus de mitose et de division cellulaire. Un adénocarcinome de l'utérus modérément différencié est plus susceptible de provoquer le développement de diverses complications et pathologies en cas de diagnostic tardif et d'initiation du traitement. Le cancer se propage principalement avec l'écoulement de la lymphe dans les ganglions lymphatiques du petit bassin. En présence d'adénocarcinome de l'utérus moyennement différencié, une métastase, d'origine lymphatique, est détectée chez 9% des femmes malades. Dans la très grande majorité des cas, les métastases ne sont pas détectées chez les jeunes femmes avant l'âge de 30 ans;
  • adénocarcinome mal différencié de l'utérus, qui est le troisième degré histopathologique du cancer de l'utérus. Un néoplasme oncologique comprend un ensemble de cellules qui se forment sous la forme de rayures ou de masses de forme irrégulière. La mucine intracellulaire n'apparaît que dans un cas sur deux.

Parfois, le cytoplasme cellulaire comprend un contenu oxyphile, léger, mousseux avec une grande quantité de glycogène, ou saturé de lipides.

Avec un adénocarcinome utérin mal différencié, un polymorphisme cellulaire prononcé est révélé. La présence d'une malignité évidente est notée, exprimée par la formation de tissus qui ont été soumis à des changements pathologiques. Dans ce cas, la prévision est la moins favorable. La probabilité de développer une invasion profonde dans le myomètre est 3 à 4 fois plus élevée et le risque de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux est 16 à 18 fois plus élevé par rapport à l'adénocarcinome de l'utérus de degré de différenciation plus élevé.

Types d'adénocarcinome non énodométrioïdes

La défaite de la couche musculaire plus profonde se produit moins souvent et son identification est difficile en raison de la difficulté à prélever des échantillons de tissus. En cas de lésion musculaire et d'autres couches du corps de l'utérus, il existe des types d'adénocarcinome non endométrioïdes:

  • séreux, dont le développement n'a aucun rapport avec un excès d'œstrogène. C'est très agressif et malin. Il capture les structures papillaires et glandulaires. Les cellules atypiques se caractérisent par la possession d'une forme arrondie, avec un ou plusieurs noyaux de grande taille. On note la présence d'une tendance à une reproduction rapide;
  • cellule claire, qui affecte les glandulocytes et les structures glandulaires. Par le type de changement de cellule, le degré de malignité est déterminé et une prédiction de l'issue possible de la maladie est faite. Le taux de survie à cinq ans varie de 34 à 75%;
  • mucineux, caractérisé par la présence d'une grande quantité de mucine dans les cellules et de multiples cavités kystiques. Se compose de nœuds avec des limites floues floues. Ce type d'adénocarcinome ne répond pas à la radiothérapie. Il existe une probabilité très élevée de rechute et de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • cellule squameuse, qui est rencontrée assez rarement, plus souvent dans le contexte de la présence d'un cancer du cou de l'endomètre;
  • mixte, qui est diagnostiquée lorsque plusieurs types de cellules tumorales sont détectés.

Raisons du développement de l'adénocarcinome utérin

En règle générale, le développement du cancer de l'endomètre et du cancer du corps de l'utérus survient chez les femmes ménopausées, après 50 à 65 ans.

Les raisons du développement d'un adénocarcinome utérin peuvent être:

  • la présence d'obésité;
  • identification du diabète sucré;
  • diagnostic d'hypertension;
  • la présence d'un taux accru d'œstrogènes dans le sang;
  • l'apparition de la ménopause tardive;
  • diagnostic d'infertilité;
  • détection d'un cancer de l'ovaire ou du sein chez une femme ou des parents proches;
  • traitement du cancer du sein avec le tamoxifène pendant plus de 5 ans;
  • diagnostiquer le cancer de l'endomètre chez une mère ou une sœur.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

Dans la plupart des cas, le développement d'un cancer de l'endomètre est précédé par le transfert de maladies de fond et précancéreuses de l'endomètre: polypes de l'endomètre, adénomatose de l'endomètre. Les symptômes de l'adénocarcinome utérin peuvent inclure:

  • l'apparition de saignements utérins qui surviennent chez les femmes pendant la ménopause;
  • la survenue de saignements menstruels prolongés et abondants chez les jeunes femmes qui ne sont pas encore entrées dans la période de ménopause;
  • l'apparition de douleurs constantes dans le bas du dos.

Pendant longtemps, le cancer du corps de l'utérus peut être asymptomatique, mais la maladie se manifeste aussi souvent par la survenue de saignements utérins, une augmentation de la taille de l'abdomen ou l'apparition de maux de dos.

Grâce à des visites préventives régulières chez le gynécologue, le cancer de l'utérus peut être détecté à un stade précoce, lorsqu'il est possible d'arrêter la maladie.

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

En cas de saignement utérin chez les femmes ménopausées, il est conseillé de consulter d'urgence un gynécologue, qui effectuera toutes les études nécessaires et établira la cause du saignement. Les principales méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome de l'utérus comprennent:

  • effectuer un examen gynécologique, à l'aide duquel le gynécologue est capable de sonder une formation volumétrique dans l'utérus. En cas de détection de tout écart par rapport à la norme, le médecin prescrit des recherches supplémentaires;
  • effectuer une échographie des organes pelviens, à la suite de laquelle, dans le cancer de l'endomètre, un épaississement de la couche interne de l'utérus est révélé. Dans le cas des polypes dans la cavité utérine, l'échographie révèle la présence d'excroissances limitées de l'endomètre. Si le diagnostic de cancer de l'endomètre a déjà été établi, à l'aide de l'échographie des organes pelviens, une recherche de métastases est effectuée;
  • effectuer un curetage diagnostique de la cavité utérine, grâce auquel la paroi interne de l'utérus (endomètre) est grattée par un gynécologue à l'aide d'instruments spéciaux. Le matériau résultant est ensuite examiné au microscope. Dans le cas du cancer de l'endomètre, des cellules cancéreuses sont détectées;
  • effectuer une hystéroscopie avec biopsie de l'endomètre, qui est une méthode moderne de diagnostic du cancer de l'endomètre. Pour sa mise en œuvre, un dispositif optique spécial (hystéroscope) est utilisé, qui est inséré dans la cavité utérine. Au cours de l'hystéroscopie, le médecin évalue la structure de l'endomètre, puis une biopsie de la zone suspecte est réalisée (à l'aide de petites pinces, un morceau de l'endomètre est déchiré). Le matériel résultant est ensuite examiné au microscope pour identifier les cellules cancéreuses..

Traitement de l'adénocarcinome de l'utérus

Le traitement du cancer de l'utérus (endomètre) est prescrit en fonction du stade du processus.

ÉTAPE I. Le traitement de l'adénocarcinome utérin du premier stade comprend généralement une opération visant à enlever l'utérus et ses appendices.

II ÉTAPE. Au stade 2 de l'adénocarcinome de l'utérus, l'utérus, les appendices et les ganglions lymphatiques environnants, dans lesquels des métastases ont été identifiées, sont enlevés.

Le traitement du cancer de l'endomètre à un stade avancé est dans la plupart des cas effectué à l'aide d'une radiothérapie, au cours de laquelle l'utérus est irradié, ou d'une chimiothérapie, ce qui signifie un traitement médicamenteux. Dans ce cas, le cisplatine, le carboplatine, la doxorubicine et d'autres médicaments peuvent être utilisés.

Prévoir

ÉTAPE I. Si une croissance cancéreuse a été détectée et diagnostiquée au premier stade, le pronostic de l'adénocarcinome utérin est le plus favorable. Dans ce cas, il existe une possibilité de guérison complète, qui peut survenir après la chirurgie. Dans le même temps, l'opération ne diffère pas par un degré de gravité élevé et un traitement approprié suit. Une femme peut reprendre une vie normale en moins d'un an.

II ÉTAPE. Si un adénocarcinome de l'utérus a été détecté au deuxième stade, le traitement de la maladie se heurte à des difficultés importantes, car il faut faire face à un vaste champ chirurgical et un long cours de radiologie et de chimiothérapie est nécessaire pour la période postopératoire. Souvent, avec le degré de lésion de l'utérus à ce stade, son élimination complète est nécessaire, ce qui fait que la femme perd la capacité d'avoir des enfants et provoque un fort déséquilibre hormonal. La durée du cours de récupération peut aller jusqu'à 3 ans et, par conséquent, il est impossible d'atteindre pleinement l'état de santé du corps, qui était avant la maladie..

III ÉTAPE. Le pronostic de l'adénocarcinome de l'utérus lorsque la maladie est détectée au troisième stade est aggravé par le fait qu'en cas de métastases sévères, en plus de l'ablation de l'utérus, il est nécessaire de retirer une partie du vagin ou tout le vagin. Même après 3 ans de période de récupération, une récupération complète est impossible.

ÉTAPE IV. Dans le traitement du quatrième stade de l'adénocarcinome de l'utérus, il y a une lutte pour la vie du patient. Grâce à la mise en œuvre de mesures de récupération, il est possible d'obtenir un certain effet positif, mais à l'avenir, la vie est associée à la présence de nombreux facteurs aggravants.

La prévention

Il n'y a aucun moyen d'éviter complètement l'apparition et le développement de cancers utérins, mais si certaines mesures et certains principes sont suivis, le risque de développer une oncologie utérine peut être minimisé.

Pour la prévention de l'adénocarcinome de l'utérus, il est important de maintenir le poids corporel optimal, de maintenir l'indice de masse dans les valeurs correspondant à la norme. Pour maintenir un poids corporel approprié, il est recommandé à une femme de maintenir un mode de vie actif, d'augmenter la teneur en fruits et légumes frais de son alimentation et d'optimiser l'apport quotidien en calories..

La probabilité de développer un cancer diminue lorsque l'intensité des facteurs cancérigènes dans l'air, dans les salles de travail.

La prévention de la survenue d'un adénocarcinome de l'utérus n'est efficace que si une femme de 30 ans et plus subit un examen préventif régulier par un gynécologue au moins 2 fois par an. Il est nécessaire de consulter systématiquement une femme médecin dès le début de l'activité sexuelle. Grâce à la mise en œuvre de tels examens, il est possible de détecter la maladie à un stade précoce, qui précède le développement d'un cancer..

Adénocarcinome de l'utérus

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers de telles études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

L'adénocarcinome de l'utérus est l'un des types de tumeurs malignes de l'utérus. Ce cancer se caractérise par le fait qu'il affecte principalement la couche la plus superficielle, l'endomètre de l'utérus.

Les manifestations cliniques du cancer de l'endomètre se manifestent sous la forme de saignements qui, à mesure que la maladie progresse, sont complétés par des symptômes de douleur dans le bas de l'abdomen. Il peut y avoir une tendance à augmenter ou diminuer la taille de l'utérus. Le développement de processus pathologiques dans la plupart des cas couvre directement le corps de l'utérus.

Code CIM-10

Causes de l'adénocarcinome de l'utérus

Les causes exactes du cancer de l'utérus (comme de nombreux autres cancers) sont inconnues. Selon certaines études, le risque de développer un cancer de l'utérus est augmenté:

Tout comme il est actuellement impossible de dire avec une certitude complète ce qui cause réellement le cancer sous ses différentes formes, les causes de l'adénocarcinome utérin ne peuvent être réduites qu'à une liste de facteurs pouvant provoquer ou contribuer au développement de cette maladie maligne..

La tranche d'âge dans laquelle il y a la plus grande probabilité de formation d'une telle tumeur couvre la période de la vie d'une femme de 50 à 65 ans..

Comme en témoignent les résultats de certaines études, les femmes en particulier sont à risque lorsqu'elles ont des troubles métaboliques et qui sont en surpoids ou obèses. Surtout avec une obésité de 2-3 degrés, avec un excès significatif de la norme de l'indice de masse corporelle.

Forte probabilité d'adénocarcinome utérin chez les femmes qui n'ont jamais accouché.

augmente le risque d'une telle maladie d'apparition tardive de la ménopause, si la ménopause féminine est survenue à l'âge de 52 ans.

Les causes d'adénocarcinome de l'utérus incluent également une femme atteinte du syndrome des ovaires polykystiques.

Augmente la possibilité de développer cette tumeur maligne et le cancer du sein d'une femme, et en plus, si elle est directement liée à ceux qui ont eu un cancer de l'utérus - d'une mère ou d'un frère ou d'une sœur.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

Le néoplasme a l'apparence d'un ganglion tumoral, dont le processus de croissance se produit selon le type exophytique, avec la possibilité de se propager ultérieurement au myomètre. Mais, en règle générale, une telle tendance se produit dans des cas exceptionnels, pour la plupart, la tumeur a une certaine localisation spécifique, n'étend pas la zone touchée vers l'endomètre sur toute sa surface et ne pénètre pas dans le myomètre et le paramètre.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus au stade précédant son apparition apparaissent comme les maladies précancéreuses et de fond suivantes affectant l'endomètre.

Un polype endométrique est caractérisé par l'apparition sur la paroi interne de l'utérus d'un épaississement limité, s'étendant comme une excroissance dans la cavité utérine.

Un autre signe avant-coureur d'un néoplasme malin débutant dans l'utérus peut être un nombre considérablement accru de glandes endométriales, ce que l'on appelle l'adénomatose endométriale..

Un état précancéreux ou le début du développement d'un cancer est signalé par des phénomènes tels que la présence de symptômes douloureux prolongés de type douloureux dans la région lombaire; saignements prolongés avec un degré élevé de perte de sang pendant le cycle menstruel chez les femmes en âge de procréer; saignement dans l'utérus, qui peut être déclenché pendant la ménopause, tel qu'un nouveau saignement après une longue période.

Une mesure préventive simple et efficace peut être des visites régulières chez un gynécologue. Le spécialiste est capable d'identifier avec compétence les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus et de prescrire un traitement approprié en temps opportun qui empêche le passage de la maladie à une phase plus grave et la survenue possible de toutes sortes de complications.

Adénocarcinome du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus est une maladie maligne qui, dans la plupart des cas, se développe dans les cellules épithéliales squameuses qui composent la muqueuse du col de l'utérus. L'adénocarcinome du col de l'utérus, provenant de cellules productrices de mucus, est beaucoup moins susceptible de se produire..

Le cancer, localisé dans le col de l'utérus, peut être une forme de propagation exophytique ou endophyte. Dans le premier cas, la direction de la croissance tumorale est tournée vers le vagin, tandis que l'autre est caractérisée par l'expansion des zones des zones touchées en raison de l'approfondissement dans le canal cervical, vers le corps de l'utérus.

Il convient de noter qu'il existe également un troisième type - le cancer papillaire du col utérin. Avec lui, la tumeur est formée par une combinaison de quelque chose de similaire à de petites papilles, d'apparence similaire aux choux de Bruxelles.

L'adénocarcinome du col de l'utérus est diagnostiqué par une méthode qui consiste à détecter la présence de cellules cancéreuses dans les frottis prélevés sur le col de l'utérus ou, au contraire, à constater leur absence. Cette méthode de diagnostic est appelée test Pap ou test Pap. Souvent, les cancers du col de l'utérus peuvent être asymptomatiques, ce qui rend particulièrement important d'établir un diagnostic rapide et de commencer le traitement.

Adénocarcinome du corps de l'utérus

L'adénocarcinome du corps de l'utérus est un néoplasme malin qui se produit à partir des tissus de la membrane musculaire ou muqueuse de l'utérus.

Du fait que l'endomètre présente une sensibilité significative aux effets des hormones sexuelles, en particulier des œstrogènes, cette oncologie est un cancer hormono-dépendant.

Dans environ la moitié des cas, la localisation de la tumeur est la zone du fond de l'utérus, moins souvent il peut y avoir une lésion de l'isthme, ou toute la cavité utérine peut être couverte.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, les cellules anormales ont tendance à étendre la zone des zones touchées en se propageant aux cellules voisines. Le col de l'utérus, les ovaires avec trompes de Fallope et les tissus entourant l'utérus, ainsi que les ganglions lymphatiques et les voies de transport lymphatique vers tous les autres organes peuvent être impliqués dans les processus de métastases..

L'adénocarcinome du corps de l'utérus est le plus souvent retrouvé chez les femmes avant la ménopause. Il est diagnostiqué par grattage du canal cervical pour un examen histologique ultérieur. Un facteur défavorable qui complique le diagnostic est son apparition dans les couches profondes des tissus..

Où est-ce que ça fait mal?

Étapes

L'adénocarcinome utérin comporte les étapes suivantes:

  1. Au premier stade de ce cancer, un néoplasme de la muqueuse de l'utérus se propage à la paroi de l'utérus. La probabilité d'arrêter les progrès pathologiques ultérieurs et de prévenir les complications avec un diagnostic et une mise en route rapides du traitement est très élevée et est d'environ 87%.
  2. La deuxième étape est caractérisée par l'inclusion du col de l'utérus dans la zone touchée par cette oncologie. Dans ce cas, les organes environnants ne sont pas affectés. Le pronostic de réussite du traitement est favorable et les chances de guérison sont de 76%.
  3. Au troisième stade de l'adénocarcinome de l'utérus, les organes internes adjacents sont touchés par la maladie et les ganglions lymphatiques sont également impliqués dans la zone touchée. La probabilité de récupération à ce stade par rapport aux précédentes est réduite à 63%.
  4. Les caractéristiques de la quatrième étape sont que le cancer, en plus de se propager aux organes voisins, s'accompagne de l'apparition de métastases. La possibilité de récupération est indiquée par une probabilité de 37%.

Selon le stade, certaines méthodes de traitement conservatrices ou radicales sont appropriées, comme la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie, etc..

Formes

Adénocarcinome utérin hautement différencié

L'adénocarcinome utérin hautement différencié est l'une des variétés de néoplasmes malins appartenant au groupe des cancers qui peuvent se développer dans l'épithélium des tissus glandulaires. Les critères de distinction entre ces espèces sont déterminés par le degré de leur différenciation cellulaire..

Dans ce cas, il existe un degré minimal de polymorphisme. Cela signifie que les cellules affectées d'un tissu particulier diffèrent des cellules saines dans la moindre mesure..

Parmi les symptômes et manifestations évidents qui caractérisent l'adénocarcinome utérin hautement différencié, on peut seulement noter qu'en sa présence, les noyaux de cellules ayant subi une dégénérescence pathologique augmentent de taille et deviennent un peu plus allongés. Sur cette base, un diagnostic différencié et un diagnostic exact et approprié dans ce cas présentent certaines difficultés..

Avec cette forme d'adénocarcinome utérin, sa propagation superficielle dans le myomètre se produit. Le risque de complications importantes et d'apparition de métastases d'origine lymphogène lorsque sa localisation ne dépasse pas la membrane muqueuse dans cette zone de l'utérus est minime. La probabilité n'est pas supérieure à 1%.

Adénocarcinome utérin modérément différencié

L'adénocarcinome utérin modérément différencié est caractérisé par un niveau élevé de polymorphisme des cellules ayant subi des modifications causées par ce cancer dans l'utérus, dans son tissu musculaire ou sa membrane muqueuse.

Le mécanisme d'action de cette oncologie de l'utérus est largement similaire au développement et à l'évolution d'un type d'adénocarcinome hautement différencié. Une différence significative dans ce cas est qu'un nombre beaucoup plus grand de cellules est impliqué dans des phénomènes pathologiques, avec lesquels des processus actifs de mitose et de division cellulaire se produisent..

Ainsi, l'adénocarcinome utérin modérément différencié a une gravité plus élevée. Elle est plus susceptible d'entraîner le développement de toutes sortes de complications et le développement de pathologies en cas de diagnostic et d'initiation du traitement intempestifs..

Par la propagation d'une croissance cancéreuse, il se produit principalement avec le flux de lymphe dans les ganglions lymphatiques du petit bassin. Des métastases d'origine lymphatique avec adénocarcinome utérin moyennement différencié surviennent chez 9% des femmes malades.

Chez les jeunes femmes de moins de 30 ans, la présence de métastases dans la grande majorité des cas n'est pas détectée.

Adénocarcinome utérin mal différencié

L'adénocarcinome mal différencié de l'utérus est le troisième degré histopathologique du cancer de l'utérus. Un néoplasme oncologique est une collection de cellules formées sous forme de rayures ou de masses de forme irrégulière. Des manifestations de mucine intracellulaire ne sont observées que dans un cas sur deux.

Dans certains cas individuels, oxyphilique, léger, avec une grande quantité de glycogène ou saturé de lipides, des contenus mousseux du cytoplasme cellulaire peuvent apparaître.

L'une des caractéristiques qui distingue l'adénocarcinome utérin mal différencié est la manifestation d'un polymorphisme cellulaire prononcé. Avec ce type de cancer de l'utérus, il existe une tumeur maligne claire, qui s'exprime dans la formation de tissus ayant subi des changements pathologiques.

Le pronostic dans ce cas semble être le moins favorable.La probabilité d'invasion profonde du myomètre est trois à quatre fois plus élevée et l'apparition de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux est 16 à 18 fois plus élevée que la fréquence à laquelle elles surviennent aux stades de cette oncologie de l'utérus, qui se distinguent par un degré de différenciation plus élevé.

Adénocarcinome endométrioïde de l'utérus

L'adénocarcinome endométrioïde de l'utérus est l'une des tumeurs malignes les plus courantes de l'utérus. Ce type de cancer survient dans 75% des cancers chez la femme..

Avec ce type d'adénocarcinome, des structures glandulaires apparaissent, formant d'une à plusieurs couches de cellules épithéliales tubulaires, caractérisées par une atypie cellulaire. Le parenchyme tumoral devient le site de structures papillaires et tubulaires, et en outre, la formation d'une métaplasie épidermoïde est possible.

L'adénocarcinome endométrioïde de l'utérus peut être déclenché en raison d'une stimulation œstrogénique, l'hyperplasie endométrioïde peut également servir de conditions préalables à son développement.

Les variétés suivantes sont différenciées:

  • Une forme extrêmement agressive est le carcinome séreux, qui est très similaire au carcinome séreux des trompes de Fallope et des ovaires. En règle générale, il survient dans 7 à 10% des cas et chez les femmes âgées..
  • En outre, un carcinome à cellules claires doit être noté. Le pronostic, s'il est présent, est défavorable, en raison du fait qu'avec lui, il y a une tendance à l'apparition de métastases d'implantation précoce dans les membranes séreuses de la cavité péritonéale.
  • Et enfin, l'adénocarcinome sécrétoire peut être considéré comme le plus rare. Dans la plupart des cas, le pronostic est positif..

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

Si une femme a des saignements de l'utérus à l'âge de la ménopause, elle doit immédiatement consulter un gynécologue afin de déterminer avec précision la cause à la suite des recherches nécessaires. Et si nécessaire, effectuez des mesures diagnostiques supplémentaires afin d'exclure ou, au contraire, de confirmer le fait du début du développement de l'oncologie dans l'utérus.

Parmi les principales méthodes par lesquelles le diagnostic d'adénocarcinome de l'utérus est effectué, il convient de noter, tout d'abord, un examen gynécologique.

Lors de l'examen, un spécialiste peut détecter un néoplasme étranger dans l'utérus par palpation. Dans ce cas, des diagnostics supplémentaires sont attribués à l'aide des méthodes suivantes.

À la suite de l'examen échographique (échographie) du petit bassin, on peut affirmer que la couche interne de l'utérus a une épaisseur accrue. De plus, avec une présence de cancer préalablement diagnostiquée et établie, l'échographie vous permet de trouver des métastases.

Un curetage de la cavité utérine à des fins de diagnostic est effectué pour obtenir l'endomètre, afin de l'examiner ultérieurement au microscope.

La méthode moderne est le diagnostic hystéroscopique et la biopsie de l'endomètre. Un hystéroscope est un dispositif optique qui est inséré dans la cavité utérine pour un examen interne et une biopsie - la séparation d'un fragment de tissu pour un examen ultérieur au microscope pour détecter un cancer en cas de suspicion.

Adénocarcinome de l'utérus: qu'est-ce que c'est et comment le traiter?

Les néoplasmes malins du système reproducteur féminin se retrouvent de plus en plus souvent dans la pratique gynécologique. L'adénocarcinome de l'utérus a tendance à se former dans le col de l'utérus, sur l'endomètre utérin, ainsi que dans les tissus des ovaires et sur les parois du vagin. La tumeur est formée de cellules mutantes de l'épithélium glandulaire.

Qu'est-ce que l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus est formé de cellules productrices de mucus sur les parois de l'endomètre utérin. Le processus tumoral dans l'utérus se développe dans l'un des deux types suivants:

Avec le type endophyte, la tumeur s'approfondit dans le col de l'utérus, en s'approchant du corps utérin. Le type exophytique se distingue par la croissance de la tumeur vers le vagin. Les deux types d'adénocarcinome de l'utérus sont malins et affectent profondément les tissus muqueux et musculaires des parois utérines.

Peu à peu, la zone touchée se propage aux zones voisines des structures cellulaires. Ainsi, le col de l'utérus et le corps de l'utérus, les trompes de Fallope, les ovaires, les ganglions lymphatiques et les tissus entourant l'utérus sont connectés au processus oncologique..

Stades, formes et types d'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome utérin comporte quatre stades de développement:

  • Initiale. La tumeur est localisée dans le corps de l'utérus sur l'endomètre.
  • Seconde. La tumeur se développe dans le canal cervical.
  • Troisième. La tumeur envahit les tissus adjacents. Le processus de métastase du système lymphatique commence.
  • Quatrième (terminal). Le processus tumoral s'étend au-delà des organes pelviens. Les métastases se produisent dans des organes et des tissus éloignés.

Distinguer les adénocarcinomes de l'utérus et par les formes de différenciation cellulaire du processus oncologique:

  • Très différencié. Les cellules mutantes s'adaptent à la structure cellulaire saine de l'endomètre utérin. Un tel cancer est généralement appelé "superficiel". Une tumeur qui ne va pas au-delà du myomètre utérin a un faible pourcentage de probabilité de métastase - environ 1 à 3%.
  • Modérément différencié. Il est caractérisé par une grande variété de structures cellulaires en mutation. Un plus grand nombre de cellules commencent à se connecter au processus oncologique, créant une forte gravité de localisation. L'infection se propage par le sang et le flux lymphatique vers les organes pelviens. Le risque de métastases est observé dans 8 à 10% des cas. Chez les patients en âge de procréer, les métastases peuvent ne pas être observées pendant une longue période.
  • Faible différencié. La tumeur est caractérisée par un degré élevé de malignité, elle se développe rapidement, capturant de nouvelles zones des tissus voisins. Le pronostic de l'adénocarcinome de cette forme est défavorable en raison de métastases ganglionnaires.

Les types suivants d'adénocarcinome utérin sont classés:

  • Endométriose. L'oncopathologie la plus courante. La probabilité de développement chez les femmes de différents groupes d'âge est de 70 à 75%. La tumeur se développe dans le myomètre, et si des mesures sont prises à temps, le pronostic peut être très positif.
  • Squamous. Il se développe sur les structures squameuses des parois utérines. Une telle tumeur est rarement diagnostiquée. Se manifeste le plus souvent comme une composante du cancer du col de l'utérus.
  • Papillaire. Les femmes à risque sont porteuses du virus du papillome. La tumeur est formée d'amas d'excroissances de papillomes. Dans la masse totale, la tumeur ressemble à une tête de chou-fleur.
  • Effacer la cellule. La tumeur affecte les glandulocytes et les structures glandulaires. L'adénocarcinome à cellules claires détecté aux premiers stades de développement peut être traité sans métastases supplémentaires.
  • Mixte. Une tumeur de ce type combine plusieurs néoplasmes cellulaires. Il peut se développer lentement ou rapidement, il est difficile à diagnostiquer. Il est impossible de prédire le «comportement» de l'adénocarcinome mixte dans le corps.
  • Muqueux. La tumeur contient dans ses cellules atypiques une grande quantité de mucine, c'est une formation nodulaire aux limites indistinctes. La radiothérapie est impuissante dans ces situations. L'adénocarcinome muqueux présente un risque élevé de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Séreux. Il se développe du cancer interépithélial de l'endomètre séreux au segment inférieur et au col de l'utérus. Ce type d'adénocarcinome utérin est considéré comme le plus agressif. L'adénocarcinome séreux n'est pas associé à un excès d'oestrogène. Les cellules tumorales sont de forme ronde avec un gros noyau. Dans certaines cellules, il peut y avoir plusieurs noyaux. Les femmes les plus sujettes au développement d'un adénocarcinome séreux sont celles qui ont accouché.

Raisons du développement de l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus par les oncologues fait référence à des tumeurs qui se développent dans un contexte de déséquilibre hormonal. Les cellules glandulaires de l'épithélium intra-utérin subissent un processus de dégénérescence et commencent à se diviser anormalement dans le contexte d'une concentration variable d'hormones stéroïdes sexuelles.

Avec une augmentation du taux d'œstrogènes dans le sang, les cellules de l'endomètre utérin se développent rapidement, augmentant ainsi la probabilité de développer une tumeur. Parmi les facteurs les plus courants provoquant la formation d'adénocarcinome utérin, on peut distinguer les suivants:

  • Anovulation. Libération altérée d'un ovule mature au milieu du cycle menstruel.
  • Infertilité. Tout un complexe de troubles organiques de la reproduction dans le corps.
  • Ménarche précoce et ménopause tardive. Règles trop précoces chez les filles avant l'âge de douze ans. Également apparition tardive de la ménopause. Ainsi, la durée accrue du cycle menstruel prolonge l'effet des œstrogènes sur l'endomètre de l'utérus, ce qui contribue à la formation de néoplasmes..
  • Irrégularités menstruelles. Absence ou suppression délibérée de l'ovulation, dans laquelle la concentration de progestérone dans le sang diminue fortement et la concentration d'oestrogène augmente. Les femmes à risque qui se sont consacrées aux grands sports.
  • Obésité. Il est scientifiquement prouvé que la graisse corporelle favorise la production d'œstrogènes supplémentaires. En conséquence, cela déclenche le mécanisme de prolifération de l'endomètre utérin..
  • Manque de travail. Les femmes qui évitent l'accouchement risquent de développer des processus tumoraux malins dans l'utérus..
  • Thérapie hormonale. La durée d'administration et les doses élevées de médicaments hormonaux affectent le niveau de développement des processus tumoraux.
  • Diabète. Les troubles endocriniens affectent qualitativement les fonctions des organes du système reproducteur féminin.
  • Processus tumoraux dans les ovaires ou polykystiques. Même les néoplasmes bénins dans les ovaires peuvent devenir le «début» d'un adénocarcinome de l'utérus.
  • Prédisposition héréditaire. La tendance au cancer des organes du système reproducteur féminin chez les femmes de plusieurs générations peut être héritée.
  • Exposition à long terme à des toxines dangereuses. Les femmes dont l'emploi principal est lié à une production dangereuse constituent un groupe à risque important pour le développement de maladies oncologiques des organes reproducteurs.
  • Mauvaises habitudes. Fumer et boire de l'alcool est extrêmement dangereux pour les femmes de tout âge. Les toxines et les produits de dégradation des produits du tabac et de l'alcool sont souvent à l'origine du développement de tumeurs utérines.
  • Déséquilibre dans l'alimentation. La consommation constante de viande frite trop grasse, de viandes fumées, de restauration rapide, de boissons gazeuses sucrées affecte négativement les fonctions du système reproducteur féminin.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

L'adénocarcinome de l'utérus est le plus souvent localisé sur le fond utérin et ne se manifeste pas pendant une longue période. Certains symptômes peuvent ne pas apparaître même au stade thermique.

Chez les patientes n'ayant pas atteint la ménopause, dans le contexte de la progression tumorale, des saignements excessifs surviennent, qui ne sont pas liés au cycle menstruel. Des saignements inhabituels peuvent survenir pendant la ménopause, souvent d'une teinte brun foncé.

Dans la plupart des cas, l'adénocarcinome de l'utérus commence à se manifester au deuxième stade du processus tumoral, au cours duquel la pathologie se développe dans le col de l'utérus. Des taches sanglantes devraient alerter une femme, en particulier lorsqu'elle acquiert une apparence aqueuse suivie de saignements abondants.

Chez les jeunes filles, l'adénocarcinome de l'utérus se manifeste par des règles trop longues et abondantes, ainsi que par des saignements utérins soudains au milieu du cycle. Les femmes qui entrent en phase de ménopause peuvent prêter attention à la reprise des règles après une longue période naturelle d'absence complète..

En plus des saignements et des irrégularités menstruelles visibles, vous devez faire attention aux symptômes suivants de l'adénocarcinome utérin:

  • douleurs tiraillantes dans la partie inférieure de la cavité lombaire et abdominale;
  • hypertrophie inhabituelle de l'abdomen;
  • décharge abondante de couleur séreuse avec une odeur désagréable;
  • inconfort et douleur coupante après les rapports sexuels;
  • augmentations fréquentes de la température basale;
  • les troubles du sommeil;
  • augmentation de l'anxiété;
  • diminution de la vitalité;
  • douleur à l'intérieur du périnée;
  • crampes en urinant;
  • fausse envie fréquente d'uriner;
  • constipation chronique.

Il convient de garder à l'esprit que la pathologie commence à se développer bien avant l'apparition des symptômes énumérés. Les adénocarcinomes hautement différenciés de l'utérus en général peuvent ne pas se déclarer en aucune façon jusqu'au stade très terminal. Les gynécologues lors d'examens de routine révèlent des processus tumoraux progressifs au stade initial dans le contexte des conditions précancéreuses de l'endomètre.

Méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome de l'utérus

Il est possible de détecter l'adénocarcinome de l'utérus à l'aide d'études instrumentales et de laboratoire. Il comprend:

  • examen gynécologique;
  • biopsie de l'utérus;
  • hystéroscopie;
  • examen échographique de la cavité rétropéritonéale, de la cavité abdominale et des organes pelviens;
  • analyse sanguine générale;
  • chimie sanguine;
  • imagerie par résonance magnétique des organes pelviens;
  • tomodensitométrie de la cavité rétropéritonéale.

Dans les cas où la pathologie se développe de manière asymptomatique, un frottis (test de Papanicolaou) du col de l'utérus pour la présence ou l'absence de cellules mutantes dans le canal cervical et l'environnement vaginal révélera la véritable image des pathologies survenant dans les organes du système reproducteur féminin.

Une biopsie est considérée comme la plus accessible pour identifier les pathologies oncologiques, mais en raison du faible contenu d'information, aux premiers stades du processus malin naissant, les médecins ne sont pas pressés de poser un diagnostic final basé sur ses résultats.

Lorsque des néoplasmes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique complet des organes pelviens est prescrit.

Les méthodes progressives les plus modernes pour détecter les formations malignes dans l'utérus comprennent l'hystéroscopie. À l'aide d'un appareil équipé d'une sonde spéciale, un examen visuel est effectué dans la cavité utérine et un fragment de l'endomètre est prélevé pour une histologie ultérieure. Dans des conditions avancées, le médecin peut recourir au grattage des parois utérines pour des études plus détaillées du matériel biologique.

Traitement et pronostic de l'adénocarcinome utérin

Les oncologues modernes sont enclins à convenir que le plus grand effet thérapeutique est fourni par l'ablation complète de la cavité utérine et des appendices. La prochaine étape du traitement est la radiothérapie et la chimiothérapie. Il convient de noter que le résultat attendu peut être atteint au premier ou au deuxième stade du développement de la tumeur. Au troisième stade, l'anamnèse est prise et un compromis est fait en fonction de l'état général du corps de la femme. Dans tous les cas, après la résolution chirurgicale de la pathologie, une attention particulière est accordée à la rééducation postopératoire, qui prend 1 à 2 mois. Il est important de suivre quelques règles simples pendant cette période:

  • ajuster le régime;
  • passer du temps libre à l'air frais;
  • exclure le contact direct avec des substances toxiques;
  • éviter les situations stressantes;
  • limiter la vie sexuelle;
  • observer les règles d'hygiène intime;
  • augmenter les fonctions immunitaires du corps.

Les premiers jours après l'opération, le patient se plaint de:

  • certain inconfort dans la région pelvienne;
  • fatigue rapide;
  • vomissement;
  • désordres digestifs;
  • fausse envie d'uriner;
  • invalidité temporaire.

La radiothérapie pour l'adénocarcinome utérin est réalisée avant et après la résolution chirurgicale de la pathologie. La procédure elle-même peut être effectuée à distance ou en interne. Les dispositifs modernes permettent d'introduire un cylindre rayonnant dans la cavité utérine, dont les rayons agissent directement sur les zones touchées de l'organe. Ainsi, le processus de désintégration des cellules tumorales commence. Au premier stade du néoplasme, il est possible de se débarrasser complètement du foyer uniquement au moyen d'une exposition aux rayonnements. Lorsqu'une tumeur s'avère inopérable, la chimiothérapie et la radiothérapie deviennent le premier choix de traitement..

L'adénocarcinome de l'utérus étant classé comme une tumeur hormono-dépendante, des médicaments hormonaux sont prescrits pour l'éliminer, dans le but de réduire la concentration d'œstrogènes dans le sang..

Un pronostic positif d'adénocarcinome utérin ne peut être compté que dans les cas où la pathologie a été diagnostiquée et éliminée aux premiers stades de son développement. Les adénocarcinomes d'une forme hautement différenciée qui ont subi une élimination rapide et n'ont pas eu le temps de déclencher le mécanisme métastatique ont un pronostic favorable. Habituellement, un an après une opération réussie, la femme revient à sa vie antérieure. Ces patients ont 80 à 90% de chances de guérison complète..

Après une intervention chirurgicale pour adénocarcinome de l'utérus du deuxième degré de malignité, une femme est privée de la possibilité de concevoir et de porter un embryon. La réadaptation dans de tels cas prend une période plus longue, après quoi les chances de guérison complète fluctuent entre 60 et 70%.

Au troisième stade du processus oncologique dans la cavité utérine, le pronostic est généralement mauvais. De plus, il ne sera plus possible d'éviter les métastases avec cette évolution de la maladie. Souvent, pendant la chirurgie, il est décidé de retirer une zone ou toute la surface du vagin. Les chances de guérison chez les patients dans ce cas ne dépassent pas 40 à 50%.

Au quatrième stade de l'adénocarcinome de l'utérus, les médecins se battent pour sauver la vie de la femme par tous les moyens. Les indicateurs finaux sont influencés par la taille de la tumeur et l'étendue des métastases.

Prévention des maladies oncologiques du système reproducteur féminin

En fait, il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour l'adénocarcinome utérin, cependant, si de simples recommandations sont suivies, de nombreuses femmes parviennent à maintenir leur santé. Ce sont les suivants:

  • Contrôles réguliers avec un gynécologue. Pour les femmes en âge de procréer et à la veille de la ménopause, des examens gynécologiques doivent être effectués deux fois par an.
  • Examen échographique périodique des organes pelviens. L'échographie donne une image informative détaillée de l'état général des organes du système reproducteur féminin, révélant des pathologies procédant de type «caché».
  • Détection et traitement en temps opportun des maladies endocriniennes, qui sont directement liées aux fonctions reproductives des femmes.
  • Élimination des maladies pseudopathologiques du col de l'utérus et du corps utérin. Cela fait référence à l'érosion du col de l'utérus, des polypes et des papillomes dans le corps utérin.
  • Régime équilibré. Vous devez abandonner les aliments à forte teneur en cancérogènes et toutes sortes d'additifs chimiques, les fast-foods, les aliments salés, frits et fumés. Introduisez dans votre alimentation des aliments végétaux riches en oligo-éléments et en antioxydants. Cela vaut également la peine de contrôler votre poids. C'est l'obésité qui expose les femmes au risque de développer un cancer..
  • Surmonter les mauvaises habitudes. Les boissons alcoolisées et les produits du tabac ont un impact extrêmement négatif sur la santé des femmes.
  • Une activité physique qui aidera à corriger le poids, à améliorer l'apport sanguin et le trophisme des organes pelviens et, en général, aidera à renforcer les fonctions de protection du corps.

Les filles qui ont des cas de cancer du sein, de cancer de l'ovaire, de cancer du col de l'utérus chez les parents sanguins doivent être extrêmement attentives à elles-mêmes - une prédisposition héréditaire n'est pas exclue. Les maladies infectieuses souvent avancées des organes pelviens deviennent un mécanisme «déclencheur» pour le développement de pathologies oncologiques dans le système reproducteur féminin.

Attention! Cet article est publié à titre informatif uniquement et ne constitue en aucun cas un matériel scientifique ou un avis médical et ne peut pas servir de substitut à une consultation en personne avec un médecin professionnel. Consulter des médecins qualifiés pour le diagnostic, le diagnostic et le traitement!