Principal
Tératome

Adénocarcinome du pancréas: traitement, pronostic et recommandations pour le patient

Aujourd'hui, l'une des maladies les plus courantes qui sont difficiles à traiter aux derniers stades de développement sont les maladies oncologiques de divers organes. Le pancréas ne fait pas exception.

L'adénocarcinome est la forme la plus courante de cancer du pancréas. Selon les statistiques, une femme sur trois et un homme sur quatre sur dix cancéreux meurent de cette maladie..

Qu'est-ce que l'adénocarcinome

Ce terme est appelé néoplasme malin des cellules de l'épithélium glandulaire. Dans le cas du pancréas, ce sont les cellules qui tapissent le canal pancréatique. En conséquence, le tissu épithélial est remplacé par un tissu fibreux.

Lors de l'examen de la tumeur, une boule molle dense, blanche, sans forme définie, d'une taille allant d'un centimètre à plusieurs dizaines de centimètres, est visible. La tumeur, en croissance, capture l'ensemble du pancréas et se déplace vers les organes voisins sous forme de métastases.

Le pancréas se compose de 3 parties principales: la tête, le corps et la queue, a 2 canaux excréteurs à travers lesquels pénètrent les enzymes produites par la glande. Une tumeur se forme dans l'une de ces parties. L'endroit le plus vulnérable est la tête. En outre, la tumeur se propage par la circulation sanguine et les ganglions lymphatiques vers les organes voisins: généralement l'estomac et le système respiratoire du patient en souffrent..

Les raisons

Tout néoplasme malin est le résultat de la mutation de cellules complètement saines, qui, dans certaines conditions, commencent à se diviser activement et à former des tumeurs. La médecine n'est pas encore en mesure de donner une réponse exacte à la question: qu'est-ce qui fait exactement régénérer des cellules normales saines? En observant de nombreux patients avec un diagnostic d'adénocarcinome pancréatique, les principales causes de la maladie ont été identifiées. Ce sont eux qui avaient un caractère répétitif chez divers patients avec un tel diagnostic..

  1. Le tabagisme et l'alcool. Les mauvaises habitudes détruisent le pancréas, perturbent sa vie normale. Le goudron de tabac accumulé provoque des changements malins.
  2. La violation des règles nutritionnelles (si le patient mange souvent des aliments frits, préfère les collations sur le pouce, la restauration rapide) provoque des troubles digestifs, ce qui, à son tour, détruit le pancréas.
  3. Prédisposition génétique (mutation ou diminution du nombre de chromosomes dans les gènes responsables de la prévention des néoplasmes malins). Notre corps est parfaitement arrangé par la nature. Il est capable de réguler tous les processus qui se déroulent en lui. Mais parfois les choses peuvent mal tourner.
  4. Influence néfaste de l'environnement et travail dans la production dangereuse. Vivre à côté d'usines chimiques, de cimenteries et autres, ou y travailler contribue à perturber l'autorégulation du corps.
  5. La présence de maladies associées au travail du pancréas: diabète sucré, pancréatite. Avec de telles maladies, la glande ne fonctionne déjà pas correctement - pour l'usure. C'est un terrain fertile pour la mutation des cellules glandulaires.

Symptômes

Les maladies oncologiques sont dangereuses car dans les premiers stades de développement, elles ne se manifestent pratiquement pas. La personne se sent comme d'habitude et ne va pas chez le médecin. Les soupçons n'apparaissent que lorsque la tumeur se développe. Avec une localisation différente de la tumeur, les symptômes seront légèrement différents. Ce qui devrait alerter une personne:

  • Tout d'abord, les changements d'attitude vis-à-vis de la nourriture: perte d'appétit ou sa diminution, aversion pour les aliments qui aimaient autrefois, nausées, aversion pour certaines odeurs.
  • Deuxièmement, la perte de poids est obligatoire, non associée à des actions spécialement entreprises à cet effet (alimentation, augmentation de l'activité physique).
  • Troisièmement, une faiblesse générale, une fatigue rapide, un état de dépression.

Si un néoplasme apparaît dans la zone de la tête, ajoutez:

  • douleurs à l'estomac et aux intestins, sensation de lourdeur dans l'estomac. Au fur et à mesure que la tumeur se développe, la douleur deviendra vive, irradiera vers l'aine ou la colonne lombaire;
  • jaunissement de la peau, la soi-disant jaunisse obstructive. La tumeur comprime le canal biliaire, la peau et le blanc de l'œil deviennent jaunâtres. L'urine du patient devient foncée;
  • sensation constante de soif due à une glycémie élevée;
  • augmentation de la température corporelle jusqu'à 38-40ͦ.

Au fur et à mesure de sa croissance, l'adénome est palpable, puis la plupart des organes augmentent en taille: foie, rate, vésicule biliaire. Le cancer devient si incurable.

Important. Au stade de la métastase, de nouveaux symptômes apparaissent, en fonction de l'organe affecté. En cas de métastase dans le foie, une insuffisance hépatique se développera, dans l'intestin - obstruction et saignement.

Variétés

En fonction des changements pathologiques de la cellule glandulaire, on distingue 3 degrés de différenciation du cancer du pancréas:

  1. Type de néoplasme mal différencié.
  2. Très différencié.
  3. Modérément différencié.

Un degré très différencié est constitué de changements mineurs dans lesquels la maladie se développe lentement, il existe des conditions et des possibilités de traitement.

Important. Mal différenciée se caractérise par un taux de division plus élevé, la tumeur progresse rapidement. Le traitement est difficile.

Avec un stade modérément différencié, le traitement est impossible, il n'apportera pas de résultats. Les cellules se divisent à une vitesse fulgurante et il existe un risque de complications. Les métastases vont aux organes voisins.

Le type le plus courant est l'adénocarcinome canalaire pancréatique. Il se développe lorsque les cellules du canal principal du pancréas sont endommagées, produisant du jus et des enzymes impliqués dans la digestion. Il se développe plus rapidement que les autres types, métastase à un rythme élevé. Elle s'accompagne de douleurs très intenses. Pratiquement aucun espoir de traitement.

Stades de développement de la maladie

Dans le développement de l'adénocarcinome, les médecins distinguent 4 étapes.

Étape 0. Le processus dans les cellules a commencé, mais il n'y a aucun symptôme. Une personne vit et ne ressent pas de changements.

Étape 1. Une tumeur est apparue dans la glande, pas de métastases. Au sein de cette étape, il est d'usage de distinguer 2 périodes:

  1. tumeurs jusqu'à 2 cm.
  2. tumeurs de plus de 2 cm.

Le stade 2 est caractérisé par la croissance de la tumeur à l'intérieur de la glande et au-delà de ses frontières. Au début de cette étape, les ganglions lymphatiques ne sont pas capturés. Dans la seconde moitié du stade 2, les métastases affectent les ganglions lymphatiques voisins.

Le stade 3 est caractérisé par une couverture du tronc coeliaque et de l'artère mésentérique, pas de métastases à distance.

Étape 4. La tumeur affecte le système lymphatique et les organes distants. Le pronostic est défavorable.

Diagnostique

Seul un examen complet régulier peut détecter le cancer du pancréas à un stade précoce, quand il peut encore être arrêté et la vie d'une personne sauvée..

L'examen commence par une conversation entre un médecin et un patient pour identifier des plaintes de base, même mineures. Portez une attention particulière aux problèmes préexistants avec le pancréas, le cas échéant.

L'étape suivante est un examen physiologique, qui consiste en une palpation de la cavité abdominale.

Une étape importante est la recherche en laboratoire: analyses biochimiques et générales de sang et d'urine, marqueurs tumoraux. L'efficacité des marqueurs tumoraux est élevée. Un tel diagnostic donne 90% de confiance dans l'exactitude du diagnostic..

Pour confirmer le diagnostic, une échographie, une IRM, une angiographie, une laparoscopie sont effectuées.

Traitement

La principale méthode efficace de traitement de l'adénocarcinome est la résection du pancréas associée à des méthodes non chirurgicales. À la suite de l'opération, le fer entier ou une partie de celui-ci est retiré. Après l'opération, un traitement complexe est utilisé, y compris la chimiothérapie et la radiothérapie, afin d'éliminer les métastases et d'éviter les rechutes. Cela sera suivi d'une surveillance constante, de tests, d'un changement complet de votre style de vie.

Les actions suivantes peuvent être incluses dans le traitement: l'hormonothérapie, l'utilisation d'analgésiques, d'antidépresseurs, d'enzymes, etc..

Ce n'est qu'ainsi qu'une personne peut prolonger sa vie avec un cancer du pancréas..

Le traitement avec uniquement des méthodes thérapeutiques pour le cancer du pancréas est impossible en raison des caractéristiques structurelles de ce néoplasme.

Il est difficile de surestimer le rôle de la prévention dans la lutte contre le cancer du pancréas, ainsi qu'avec d'autres maladies oncologiques. Tout d'abord, c'est un mode de vie correct: rejet des mauvaises habitudes, alimentation saine, respect du régime quotidien, activité physique et émotions positives. Et, bien sûr, des examens médicaux et des tests de base réguliers.

Adénocarcinome du pancréas: pronostic

Le taux de mortalité des personnes diagnostiquées avec un adénocarcinome est très élevé. Le pronostic de survie dépend d'un ensemble de raisons: le stade de la maladie, l'âge du patient, le mode de vie. Chez les personnes de plus de 40 ans, la survie commence à décliner. Les fumeurs et les buveurs sont moins susceptibles que les personnes sans mauvaises habitudes.

À condition que la gamme complète des mesures thérapeutiques soit appliquée, l'espérance de vie est très faible - environ 2 ans après le traitement, s'il n'y a pas eu de métastases. Seulement 20 à 30% de ceux qui ont suivi un traitement vivent pendant 5 ans. Environ 15% des patients décèdent pendant la chirurgie.

Pour prévenir cette maladie dangereuse, vous devez mener une vie saine, traiter les problèmes mineurs du tractus gastro-intestinal en temps opportun et subir constamment un examen médical. Une attention particulière doit être portée aux personnes à risque.

Cancer du pancréas

informations générales

Le pancréas est un organe du système digestif humain qui remplit simultanément une fonction exocrine (sécrète des enzymes digestives) et une fonction intrasécrétoire (synthèse d'hormones - insuline, glucagon, somatostatine, peptide pancréatique). Les tumeurs malignes de cet organe peuvent être localisées dans les régions endocrines et exocrines, ainsi que dans l'épithélium des canaux, du tissu lymphatique et conjonctif. Code du cancer du pancréas selon la CIM-10 - C25. Anatomiquement, la glande se compose de parties - tête, corps, queue. Les sous-titres de la CIM-10 comprennent des processus localisés dans différents départements et ont des codes de C25.0 à C25.8. Si nous considérons la localisation anatomique du processus tumoral, plus de 70% de toutes les tumeurs malignes de la glande se trouvent dans la tête. Il s'agit d'une maladie des personnes âgées - sa plus grande incidence se situe entre 60 et 80 ans et très rarement à 40 ans. Les hommes tombent malades 1,5 fois plus souvent. La maladie est plus fréquente chez les personnes qui mangent des aliments riches en glucides et en gras. Les patients atteints de diabète sucré doublent leur risque de développer cette maladie.

Le cancer du pancréas reste le plus agressif et se caractérise par des taux de survie des patients extrêmement faibles. Cela est dû au fait que la tumeur maligne est asymptomatique, difficile à diagnostiquer et métastase tôt dans les ganglions lymphatiques, les poumons et le foie, et se propage également rapidement le long des espaces périneuraux et se développe dans le duodénum et le gros intestin, l'estomac et les gros vaisseaux. Chez 52% des patients, il est détecté à des stades ultérieurs - au moment du diagnostic, il existe déjà des métastases hépatiques. Le diagnostic précoce est souvent une tâche impossible. Même avec une échographie régulière, il n'est pas toujours possible de détecter un cancer à un stade précoce..

Au cours des 40 dernières années, il y a eu peu de progrès dans le diagnostic et le traitement qui pourraient améliorer cette situation. Malgré l'amélioration de la méthode chirurgicale et la mise en œuvre d'opérations prolongées, elles ne présentent aucun avantage aux stades de détection de cette maladie. Malgré l'occurrence rare (par rapport aux maladies malignes d'autres localisations - poumon, estomac, prostate, côlon et sein), la mortalité par cancer du pancréas se classe au quatrième rang mondial. À cet égard, la recherche vise à trouver des méthodes de diagnostic précoce et la chimiothérapie la plus efficace..

Pathogénèse

On sait que la pancréatite chronique augmente le risque de cancer du pancréas de 9 à 15 fois. Le rôle principal dans le développement de la pancréatite et du cancer appartient aux cellules étoilées de la glande, qui forment la fibrose et stimulent simultanément l'oncogenèse. Les cellules étoilées, produisant une matrice extracellulaire, activent la destruction des cellules glandulaires et réduisent la production d'insuline par les cellules β. Dans le même temps, ils augmentent les propriétés oncogénétiques des cellules souches, stimulant l'apparition du cancer du pancréas. Et l'activation constante des cellules étoilées perturbe l'homéostasie des tissus entourant la tumeur, ce qui crée la base de l'invasion des cellules cancéreuses dans les organes et tissus voisins..

L'obésité est un autre facteur d'oncogenèse. Avec l'obésité, le pancréas en souffre sans aucun doute. La graisse viscérale est un organe endocrinien actif qui produit des adipocytokines. Dans la résistance à l'insuline, la stéatose et les cytokines inflammatoires provoquent un dysfonctionnement des organes. Une augmentation des taux d'acides gras libres provoque une inflammation, une ischémie, une fibrose organique et finalement un cancer.

La séquence suivante de modifications du pancréas a été prouvée: stéatose non alcoolique, puis pancréatite chronique et cancer. Les patients développent rapidement une cachexie, associée à une dérégulation des hormones ghréline et leptine sous l'influence des mêmes cytokines. Si l'on prend en compte les mutations génétiques, alors de l'apparition des premiers signes de mutations à la formation d'une tumeur non invasive, cela peut prendre 10 ans, puis il faut 5 ans pour que la tumeur non invasive se transforme en une tumeur invasive et le développement d'une forme métastatique. Et après cela, le processus oncologique progresse rapidement, conduisant à un résultat défavorable en 1,5 à 2 ans.

Classification des tumeurs pancréatiques

Toutes les tumeurs de la glande sont divisées en épithéliales (95%) et neuroendocrines (5%). Les tumeurs épithéliales, à leur tour, sont:

  • Bénin (rare) Ceux-ci comprennent: le cystadénome séreux et mucineux, le tératome mature et l'adénome intraductal.
  • Borderline (rarement diagnostiqué, mais potentiel malin). Ceux-ci incluent: cystadénome mucineux avec dysplasie, tumeur pseudopapillaire solide et tumeur intraductale avec dysplasie modérée.
  • Malin.

Les malins comprennent:

  • Cystadénocarcinomes séreux et mucineux.
  • Adénocarcinomes canalaires.
  • Pancréatoblastome.
  • Carcinome à cellules acineuses.
  • Adénocarcinome à cellules mixtes.
  • Carcinome papillaire-mucineux intra-canalaire.

La tumeur maligne la plus courante est l'adénocarcinome canalaire, qui est une tumeur très agressive. Le carcinome dans 75% des cas se développe dans la tête. Le reste des cas sont dans le corps et la queue.

Le cancer de la tête du pancréas chez 83% des patients présente des symptômes caractéristiques - jaunisse et démangeaisons. De plus, la moitié des patients arrivent au stade terminal de la jaunisse, qui est souvent associée à des signes d'obstruction duodénale. Selon le stade, il est possible de réaliser une opération radicale pour enlever la tumeur. Elle est réalisée si le diamètre de la tumeur ne dépasse pas 2 cm, mais même après des opérations radicales, le taux de survie pour les 5 prochaines années n'est observé que chez 3 à 5% des patients. Une intervention chirurgicale ne donne pas de bons résultats, elle est donc complétée par un traitement de chimioradiothérapie, ce qui augmente la survie.

Les opérations palliatives, qui sont conçues pour soulager la condition avec la possibilité d'un traitement radical, sont effectuées avec un cancer de la tête non résécable localement avancé et prévoient la formation de divers types d'anastomoses. Les principaux critères de non résécabilité d'une tumeur à la tête sont sa connexion avec les vaisseaux mésentériques, l'invasion du tronc coeliaque et de l'artère hépatique. Chez les personnes âgées en présence de stades III-IV, l'opération la moins traumatisante est réalisée - cholécystogastrostomie.

Stades du cancer du pancréas

  • Stade IA: T1 (à un stade précoce, la tumeur à l'intérieur de la glande mesure jusqu'à 2 cm, c'est-à-dire que la tumeur peut être détectée), N0 (pas de métastases régionales), M0 (pas de métastases à distance).
  • Stade IB: T2 (tumeur à la tête dans la glande, mais la taille est supérieure à 2 cm), N0 (pas de métastases régionales) M0 (pas de métastases à distance).
  • Stade IIA: T3 (tumeur à l'extérieur de la glande: s'est propagée au duodénum, ​​au canal biliaire, à la veine porte, mais l'artère mésentérique n'est pas impliquée), N0, M0 - les métastases régionales et distantes sont absentes. La tumeur est opérable, mais chez 80% des patients après la chirurgie, une rechute se produit.
  • Stade IIB: T1-3 (la taille et la prévalence de la tumeur peuvent être comme aux stades précédents, N1 (métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux), M0 (métastases à distance).
  • Stade III: T4 (propagation de la tumeur au tronc cœliaque et à l'artère mésentérique supérieure), tout N et aucune métastase à distance - M0.
  • Cancer du pancréas stade 4 - n'importe quelle tumeur, n'importe quel N et métastases distantes - M1. L'opération n'est pas indiquée, d'autres méthodes de traitement sont utilisées.

Les lésions bénignes sont:

  • Les cystadénomes séreux, qui présentent un risque minimal de malignité, une croissance très lente, sont localisés dans n'importe quelle partie de la glande et communiquent très rarement avec le conduit. Ce type de tumeurs bénignes est diagnostiqué chez les femmes âgées de 50 à 70 ans..
  • Kystes de rétention et pseudokystes. Les deux variétés se retrouvent après 45 à 60 ans. Si les kystes de rétention sont situés dans la tête de la glande, la localisation dans le corps et la queue est caractéristique des pseudokystes.
  • Les tumeurs pseudopapillaires solides sont rares, localisées n'importe où dans la glande, communiquent rarement avec le canal et se développent chez les jeunes femmes âgées de 20 à 40 ans.

Parmi les tumeurs bénignes, l'adénome est le plus fréquent. Il en existe les variantes histologiques suivantes:

  • acineux - dans sa structure, il ressemble à des glandes exocrines;
  • neuroendocrinien;
  • canalaire - provient de l'épithélium des conduits.

L'adénome acineux ressemble morphologiquement aux cellules acineuses qui produisent des enzymes pancréatiques. Il se compose de kystes de différentes tailles, est très rare et est plus souvent localisé dans la tête, beaucoup moins souvent dans le corps et la queue. La taille de ces tumeurs peut aller de millimètres à 10-20 cm.

Le plus souvent, ils sont asymptomatiques. Malgré la taille considérable, l'état général du patient reste satisfaisant. Seuls les gros adénomes pressent les organes voisins et sont ressentis à travers la paroi abdominale. Lorsque les canaux du pancréas et des voies biliaires sont comprimés, une pancréatite, une jaunisse et une cholangite se développent. Si la tumeur est hormonalement active, les manifestations cliniques dépendront de la sécrétion de l'une ou l'autre hormone. La tumeur est détectée par échographie et tomodensitométrie.

Une tumeur neuroendocrine survient dans seulement 2% des cas. À la suite d'études, une personne sur cinq avec une tumeur neuroendocrine a une prédisposition génétique au cancer, car ces tumeurs contiennent une grande proportion de mutations germinales. Les patients atteints de telles tumeurs ont un meilleur pronostic, cependant, ces tumeurs sont instables - une croissance lente et des métastases rapides sont possibles..

Certains types de kystes sont très sujets à la malignité et sont classés comme borderline. Ainsi, les formations kystiques mucineuses et les formations mucineuses papillaires intraductales sont considérées comme des conditions précancéreuses. Ces derniers sont localisés le plus souvent dans la tête et se retrouvent chez les personnes âgées. Quels signes indiquent le plus souvent une malignité?

  • la présence de nœuds pariétaux dans la glande;
  • la taille du kyste est supérieure à 3 cm;
  • dilatation du canal pancréatique principal.

Séparément, il convient de souligner le gastrinome - il s'agit d'une tumeur endocrine bénigne produisant une gastrine, qui dans 80 à 90% des cas est située dans le pancréas ou la paroi duodénale. La possibilité de localisation dans le péritoine, l'estomac, la porte de la rate, les ganglions lymphatiques ou l'ovaire n'est pas exclue. Sa manifestation est le syndrome de Zollinger Ellison - augmentation de la sécrétion de suc gastrique, développement d'ulcères gastro-duodénaux agressifs dans le bulbe duodénal, perforation, saignement, sténose.

La première manifestation du symptôme de Zollinger Ellison est la diarrhée. L'indicateur biochimique de ce syndrome est le taux de gastrine dans le sang. Normalement, son niveau est de 150 pg / ml, et avec ce syndrome plus de 1000 pg / ml. L'hypersécrétion d'acide chlorhydrique est également déterminée. Dans les gastrinomes isolés, une résection tumorale est réalisée. Mais même après résection, la rémission dans les 5 ans ne survient que chez 30% des patients. Chez 70% des patients, il est impossible d'éliminer complètement le gastrinome, par conséquent, ces patients subissent un traitement antisécrétoire continu massif. Dans 2/3 des cas, les gastrinomes sont malins, mais se développent lentement. Métastases aux ganglions lymphatiques régionaux, au foie, au péritoine, aux os, à la peau, à la rate, au médiastin.

Les raisons

Les causes exactes n'ont pas été identifiées, mais il existe des preuves du rôle de certains facteurs:

  • Maladies du pancréas. Tout d'abord, la pancréatite chronique. Chez les patients atteints de pancréatite alcoolique, le risque de maladies malignes des organes augmente 15 fois et dans la pancréatite simple - 5 fois. Avec la pancréatite héréditaire, le risque de cancer est 40% plus élevé.
  • Kystes pancréatiques, qui dans 20% des cas dégénèrent en cancer. Une histoire familiale de cancer de cet organe indique un risque élevé de malignité..
  • Mutations génétiques. Plus de 63 mutations sont connues pour causer cette maladie. 50 à 95% des patients atteints d'adénocarcinomes présentent des mutations du gène KRAS2, CDKN2; TP53, Smad4. Chez les patients atteints de pancréatite chronique - dans le gène TP16.
  • L'obésité, qui est toujours associée à la pancréatite, au diabète et à un risque accru de cancer de la prostate. L'obésité à l'adolescence augmente le risque de cancer à l'avenir.
  • Type de nourriture. Régime à haute teneur en protéines et en graisses, manque de vitamines A et C, carcinogènes dans les aliments (nitrites et nitrates). La teneur accrue en nitrates dans les aliments conduit à la formation de nitrosamines, qui sont cancérigènes. De plus, les caractéristiques nutritionnelles et l'effet cancérigène des produits apparaissent après plusieurs décennies. Ainsi, les habitudes alimentaires de l'enfance et du jeune âge comptent également..
  • Augmentation des niveaux de cytokines (en particulier la cytokine IL-6), qui jouent un rôle non seulement dans le développement de l'inflammation, mais aussi dans la carcinogenèse.
  • Tabagisme - un facteur de risque avéré de cancer de cet organe est.
  • Exposition aux rayonnements ionisants et aux vapeurs cancérigènes (par exemple, dans l'industrie de l'aluminium, les nettoyeurs à sec, les raffineries, les stations-service, les industries de teinture). Ces facteurs environnementaux défavorables provoquent des modifications de l'ADN et une défaillance de la division cellulaire.
  • Gastrectomie (ablation de l'estomac) ou résection de l'estomac. Ces opérations pour ulcères et tumeurs bénignes de l'estomac augmentent plusieurs fois le risque de cancer du pancréas. Cela est dû au fait que l'estomac est impliqué dans la dégradation des substances cancérigènes qui pénètrent dans le corps avec la nourriture. La deuxième raison est la synthèse de la cholécystokinine et de la gastrine dans la membrane muqueuse de l'intestin grêle et du pylore (en raison de l'absence de l'estomac ou d'une partie de celui-ci), ce qui stimule l'hypersécrétion du suc pancréatique et perturbe le fonctionnement normal de cet organe.

Symptômes du cancer du pancréas

Il est difficile de déterminer les premiers signes d'une tumeur pancréatique, car à un stade précoce, le processus ne se manifeste pas et est caché. La présence de symptômes cliniques indique un processus déjà courant. Au moment du diagnostic de la maladie, 65% des patients présentent des métastases au foie, aux ganglions lymphatiques (chez 22% des patients) et aux poumons. Néanmoins, il convient de prêter attention aux premiers symptômes non spécifiques du cancer du pancréas à un stade précoce - fatigue, fatigabilité rapide, modifications de la fonction intestinale (constipation ou diarrhée) et nausées récurrentes. D'autres symptômes dépendent de la localisation de la tumeur dans la glande - la prédominance de certains symptômes permet de suspecter l'une ou l'autre localisation de la tumeur.

Une tumeur maligne de la tête du pancréas se manifeste par une jaunisse et des démangeaisons. Cependant, la jaunisse et les démangeaisons ne sont pas des symptômes précoces de la maladie. La coloration ictérique de la peau apparaît dans un bien-être complet et sans symptômes de douleur. Ce n'est que chez certaines personnes que la jaunisse s'accompagne de douleurs ou d'inconfort abdominaux. La jaunisse dans le cancer de la tête est associée au fait que le carcinome, de taille croissante, se propage aux voies biliaires et serre leur lumière et la lumière du duodénum, ​​dans laquelle s'écoule le canal biliaire commun.

La jaunisse chez certains patients peut être le premier et le seul symptôme. Il se développe dans la nature et son intensité dépend de la taille de la tumeur. La couleur jaunisse de la peau est remplacée par l'olive, puis le vert foncé. Le jaunissement de la sclérotique et des muqueuses de la cavité buccale est également caractéristique. Une diminution ou un arrêt complet du flux de bile dans les intestins provoque l'apparition de selles incolores et le développement de symptômes dyspeptiques (nausées), de diarrhée ou de parésie intestinale.

La présence chez les patients atteints de jaunisse d'une température élevée (jusqu'à 38-39 C) signifie l'ajout d'une cholangite. L'infection des voies biliaires est considérée comme un facteur défavorable, car des complications purulentes et une insuffisance hépatique peuvent se développer, ce qui aggrave l'état du patient. Il n'est possible de sentir la tumeur que si elle est volumineuse ou avec des métastases. Un examen objectif, en plus de la jaunisse, révèle une augmentation du foie et de la vésicule biliaire.

Le compagnon de la jaunisse est la démangeaison de la peau, qui est causée par une irritation des récepteurs cutanés avec des acides biliaires. Le plus souvent, il apparaît après une jaunisse avec un taux élevé de bilirubine dans le sang, mais parfois les patients, même dans la période pré-ictérique, se plaignent de démangeaisons cutanées. Il est intense, s'intensifie la nuit, aggrave considérablement l'état de santé, car il provoque insomnie et irritabilité. Les nausées et les vomissements surviennent à la fois avec un cancer de la tête et avec une tumeur de la queue et du corps et sont le résultat de la compression du duodénum et de l'estomac par la tumeur.

Les symptômes comprennent également des douleurs dans la partie supérieure de l'abdomen. Au début, la douleur s'affaiblit lorsque le patient se penche en avant et, avec un processus généralisé, elle devient douloureuse, provoque rapidement une asthénisation du patient et nécessite l'utilisation d'analgésiques. Si la tumeur est située dans la tête de la glande, la douleur est localisée dans l'épigastre et, avec une tumeur dans le corps et la queue, elle se propage à l'hypochondre gauche et à la région lombaire gauche. Avec l'irradiation vers le dos, qui simule la clinique de la pathologie rénale, on peut suspecter la propagation du processus dans l'espace rétropéritonéal. Une douleur sourde et sourde dans l'épigastre est souvent considérée comme une «gastrite», un «ulcère gastro-duodénal», une «cholécystopancréatite».

Les manifestations systémiques du cancer du pancréas, quel que soit leur emplacement, comprennent:

  • Perte d'appétit. L'anorexie est observée chez plus de la moitié des patients atteints d'un cancer de la tête et chez un tiers des patients avec sa localisation dans d'autres parties de la glande.
  • Perte de poids. La perte de poids est le symptôme le plus important. Il est associé à une diminution de l'appétit, à une digestion intestinale altérée en raison de blocages des canaux et d'une cachexie cancéreuse. La perte de poids est considérée comme le symptôme le plus courant.
  • Glycémie élevée. Certaines personnes développent un diabète parce que la production d'insuline est supprimée, provoquant une polydipsie (augmentation de la soif) et une polyurie (augmentation du débit urinaire).

Les symptômes ci-dessus sont des signes d'inopérabilité ou d'opérabilité douteuse. Révéler l'ascite, définir la tumeur par palpation, la sténose de l'estomac (sa sortie) excluent la possibilité d'une élimination radicale de la tumeur.

Une tumeur bénigne est soit un néoplasme séreux, soit de simples kystes et pseudokystes. La plupart des kystes sont asymptomatiques. Dans de rares cas, l'adénome de la glande présente des manifestations lumineuses sous forme de pancréatite aiguë et de jaunisse. La compression de l'estomac ou du duodénum par un gros kyste provoque des nausées, des vomissements, une jaunisse et rend difficile la vidange de ces organes. L'apparition de douleurs abdominales dans la plupart des cas indique une dégénérescence en tumeur maligne (en particulier avec les pseudokystes). La douleur peut être localisée dans le dos, imitant les maladies de la colonne vertébrale.

Les symptômes du syndrome de Zollinger-Ellison comprennent les ulcères gastro-intestinaux, la diarrhée et les vomissements. L'oesophagite survient chez environ la moitié des patients. Chez 75% des patients, des ulcères se développent dans l'estomac et dans les sections initiales du duodénum. La possibilité de leur apparition dans le jéjunum et dans les parties distales du duodénum n'est pas exclue. Les ulcères peuvent être uniques et multiples (plus souvent avec localisation postbulbaire).

Les manifestations cliniques des ulcères sont les mêmes que dans un ulcère gastroduodénal commun, mais une douleur persistante et une réponse insatisfaisante au traitement antiulcéreux sont caractéristiques. Les ulcères de ce syndrome réapparaissent souvent et sont également accompagnés de complications: perforation, saignement et sténose. Les complications sont très difficiles et sont la principale cause de décès..

De plus, les ulcères duodénaux sont associés à la diarrhée, l'oesophagite, la stéatorrhée, une augmentation des taux de calcium, accompagnés de vomissements et d'une perte de poids. La diarrhée est une caractéristique de ce syndrome, qui est plus fréquente chez les femmes. Chez la moitié des patients, la diarrhée est la première manifestation. L'hypersécrétion d'acide chlorhydrique endommage la muqueuse jéjunale, ce qui s'accompagne d'une motilité accrue et d'un ralentissement de l'absorption d'eau et de sodium. À cette valeur de pH, les enzymes pancréatiques (lipase) sont inactivées. Les graisses ne sont pas digérées, leur absorption diminue, la stéatorrhée se développe et la perte de poids progresse.

Analyses et diagnostics du cancer du pancréas

  • L'échographie est la principale méthode d'examen.
  • La tomodensitométrie, rehaussée de contraste, détermine la mise en scène, la propagation aux organes voisins, les métastases et donne une conclusion sur la résécabilité de la tumeur. Si la tumeur ne mesure pas plus de 2-3 cm et que les vaisseaux ne sont pas impliqués, elle est résécable. La tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique peuvent aider à identifier les kystes. Avec l'aide de l'IRM, les stades des tumeurs neuroendocrines sont déterminés avec précision. Ainsi, des bords inégaux et une diminution du signal dans la phase veineuse sont des signes caractéristiques de tumeurs neuroendocrines mal différenciées..
  • Le diagnostic à un stade précoce est réalisé à l'aide d'un spectroscope optique (méthode de spectroscopie), qui peut même détecter des changements dans les formations précancéreuses et permettre de conclure à la nécessité d'éliminer le kyste. Lors de la détermination des kystes malins, la précision de la spectroscopie atteint 95%. Le diagnostic spectroscopique est cohérent avec l'examen histologique postopératoire.
  • Pour déterminer le niveau de blocage des canaux biliaires et pancréatiques, une cholangiopancréatographie endoscopique rétrograde est réalisée. Elle est réalisée à l'aide d'un duodénoscope et d'une installation fluoroscopique utilisant des agents de contraste à rayons X (Triombrast, Ultravist).
  • Le scanner multidétecteur est une méthode préopératoire informative. Permet d'établir l'opérabilité de la tumeur sur la base de: la taille, la propagation aux gros vaisseaux, la relation avec les organes environnants (s'étendre dans le ligament hépatoduodénal, le mésentère de l'intestin grêle), le degré de déformation des voies biliaires.
  • La biopsie par aspiration confirme le diagnostic, mais elle n'est recommandée que dans les cas où les résultats d'imagerie sont ambigus. Il est préférable de l'exécuter sous guidage échographique.
  • Détermination des marqueurs tumoraux dans le sang. Le marqueur le plus sensible, spécifique et approuvé du cancer de cet organe est le CA-19-9. Chez les personnes en bonne santé, son contenu ne dépasse pas 37 unités et, avec cette maladie, il augmente des dizaines, des centaines et des milliers de fois, car il est produit par des cellules cancéreuses. Mais avec un cancer précoce, le niveau de CA-19-9 n'est pas augmenté, par conséquent, cette méthode ne peut pas être utilisée pour les études de dépistage et la détection des formes précoces. L'ajout de deux autres biomarqueurs à ce marqueur (ténascine C et un inhibiteur du facteur de coagulation tissulaire) permet une détection précoce du cancer.
  • Dans les tumeurs neuroendocrines, la chromogranine A est utilisée comme marqueur immunohistochimique, mais elle est de faible importance dans le diagnostic de ce type de tumeur. Cependant, des taux élevés de chromogranine A (> 156,5 ng / ml) indiquent la présence de métastases.

Traitement du cancer du pancréas

Le traitement principal est la chirurgie plus la chimiothérapie et la radiothérapie. Mais seulement 20% (voire moins) des patients sont opérables. Dans ce cas, un traitement de chimioradiation est appliqué avant l'opération. Dans certains cas, une tumeur du pancréas ne subit qu'une radiothérapie avant l'opération, puis elle est également irradiée pendant l'opération. La présence de métastases exclut le traitement chirurgical radical, donc ils passent immédiatement à la chimiothérapie.

Une combinaison de deux médicaments ou plus améliore considérablement le pronostic. Les patients peuvent se voir prescrire diverses combinaisons: Gemzar + Xeloda (ou Cabetsin), Gemzar + Fluorouracil, Gemzar + Fluorouracil + Leucovorin, Fluorouracil + Doxorubicin + Mitomycine C, Fluorouracil + Mitomycin C + streptozotocin, Mitomycine + Fluorourinacil + Fluorouracil + Leucovorine, Fluorouracile + Doxorubicine + Cisplatine Teva.

Le protocole de chimiothérapie FOLFIRINOX comprend 5-Fluorouracil + Leucovorine + Irinotécan Medac + Oxaliplatine. La toxicité du protocole FOLFIRINOX dépasse significativement la toxicité de Gemzar seul. Ce schéma est proposé aux patients atteints de cancer métastatique et de faibles taux de bilirubine dans un état général relativement bon. Chez les patients atteints d'un cancer métastatique, il est possible d'obtenir une augmentation de la survie allant jusqu'à 11 mois, ce qui est considéré comme un bon résultat dans le cancer métastatique. De plus, la chimiothérapie FOLFIRINOX est prescrite aux patients atteints d'un cancer de stade zéro ou I qui sont capables de résister à un régime agressif..

La radiothérapie est réalisée avant la chirurgie, pendant la chirurgie et après la chirurgie en association avec une chimiothérapie. La radiothérapie utilise différentes doses. À des fins palliatives (réduction de la jaunisse, de la douleur et prévention des saignements), une dose de 50 Gy est utilisée. Pour augmenter le taux de survie des patients, des doses plus élevées sont utilisées - 60 Gy et plus. Le rayonnement pendant la chirurgie est souvent associé à un rayonnement externe pour augmenter la dose à la glande et pour mieux contrôler la maladie. Pendant la chirurgie, la dose peut être de 10 à 20 Gy, qui est complétée par une fixation externe de 45 à 50 Gy. Pour les cancers inopérables, une combinaison de radiothérapie et de médicaments anticancéreux est préférable: radiothérapie (RT) + Gemzar, ou RT + Fluorouracil.

Pour éliminer la douleur, des analgésiques narcotiques sont utilisés, qui sont associés à des antidépresseurs tricycliques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des anticonvulsivants ou des corticostéroïdes. La neurolyse des ganglions coeliaques (ablation des ganglions coeliaques) entraîne un soulagement de la douleur, mais il s'agit d'une chirurgie. La radiothérapie soulage également partiellement la douleur..

Compte tenu de l'agressivité du cancer de cet organe et du taux de détection tardif et du fait qu'il n'est pas toujours possible d'arrêter le processus avec la chimiothérapie, le traitement avec des remèdes populaires est inefficace et les patients passent un temps précieux à y recourir. La même chose peut être dite pour le traitement au bicarbonate de soude, qui a été largement annoncé récemment. Cette méthode n'apportera rien d'autre qu'une diminution de l'acidité, l'apparition d'éructations, une lourdeur dans l'épigastre et une violation de l'équilibre acido-basique du sang.

Causes probables du cancer du pancréas: pronostic de l'espérance de vie dans les formations néoplasiques malignes

Le pancréas est l'organe responsable du processus digestif grâce à son activité enzymatique, ainsi que du taux de glucose dans le sang, synthétisant l'insuline. Tous les troubles qui se produisent dans l'organe affectent négativement la fonctionnalité du corps. L'une des maladies les plus dangereuses qui peuvent envahir une personne est le cancer du pancréas. Code de la maladie selon la CIM 10 C25.

Le processus pathologique est caractérisé par la formation de tumeurs malignes dans les tissus de la glande. Au début, seule la membrane muqueuse est touchée par le cancer. Au cours du processus de croissance tumorale, les cellules cancéreuses affectent les couches les plus profondes de l'organe. Selon les statistiques, 8 à 10 personnes pour 100 000 habitants sont confrontées à la maladie. Plus de la moitié des cas ont plus de 70 ans. Les prédictions de vie pour cette maladie dépendent de l'âge du patient, du stade du processus pathologique, de la présence de métastases.

Les raisons du développement de la maladie

Les experts ne peuvent pas encore nommer la raison spécifique du développement de tumeurs malignes dans le pancréas.

La relation entre l'apparition de la maladie et l'influence de certains facteurs prédisposants a été identifiée:

  • Diabète,
  • pancréatite chronique,
  • fumeur,
  • opérations gastro-intestinales antérieures,
  • polypose adénomateuse de nature héréditaire,
  • Maladie d'Hippel-Lindau,
  • plus de 60 ans.

Types et symptômes de pathologie

Il existe plusieurs types de cancer du pancréas:

  • adénocarcinome canalaire (75 à 90% des cas),
  • adénocarcinome à cellules géantes (5-6%),
  • carcinome épidermoïde glandulaire (3-4%),
  • adénocarcinome mucineux (1-3%).

Les formes plus rares de tumeurs malignes comprennent les insulinomes, les gastrinomes et les glucaganomes..

Les manifestations cliniques du cancer dépendent de la localisation de la tumeur, stade du processus malin. En règle générale, les premiers symptômes du cancer du pancréas apparaissent lorsque le néoplasme s'est déjà suffisamment propagé dans le corps..

Renseignez-vous sur la norme d'hémoglobine chez la femme par âge, sur les symptômes et les raisons de l'écart des indicateurs.

Comment se déroule une IRM de la glande pituitaire avec contraste et que montrent les résultats de l'étude? Lisez la réponse dans cet article.

Aux stades initiaux de la maladie, sa présence peut être suspectée par ses traits distinctifs:

  • si la tumeur est dans la tête de la glande, douleur dans l'épigastre, perte de poids, présence de graisse dans les selles,
  • avec un cancer du corps et de la queue de l'organe, le poids diminue, des douleurs abdominales apparaissent.

En règle générale, les symptômes pancréatiques et intestinaux prédominent. Cela est dû au fait que la formation se développe autour des parties du système digestif..

Signes courants de cancer du pancréas:

  • douleur à l'abdomen (80% des cas),
  • perte d'appétit,
  • flatulence,
  • la nausée,
  • graisse dans les selles,
  • urine foncée,
  • excréments légers.

Manifestations systémiques de la maladie:

  • perte de poids drastique,
  • taux de glucose élevés,
  • corps qui démange,
  • jaunisse,

Sur une note! Certains types de tumeurs peuvent provoquer des sueurs, des étourdissements, une soif accrue, une augmentation du débit urinaire, des rougeurs de la peau du visage.

Diagnostique

En raison de l'absence de symptômes à un stade précoce, il est très difficile de détecter le cancer. Seulement dans 30% des cas, les tumeurs sont détectées au début de leur formation. Le diagnostic des pathologies malignes doit être complet, inclure une enquête et un examen du patient, des tests de laboratoire, des méthodes de recherche instrumentale.

Les diagnostics de laboratoire comprennent:

  • Test sanguin général et biochimique,
  • Détermination des marqueurs tumoraux. Le CA-19-9 est déterminé lors de la décision d'opérer sur une tumeur, il n'est pas détecté à un stade précoce. L'antigène embryonnaire du cancer et le CA-125 sont retrouvés chez 50% des patients. CF-50, CA-242, CA-494 sont détectés aux stades avancés du cancer.

Recherche instrumentale:

  • échographie endoscopique,
  • Ultrason,
  • CT, IRM,
  • laparoscopie.

Si vous soupçonnez le développement d'un processus cancéreux dans le pancréas, une vérification histologique doit être effectuée. L'histologie permet de différencier l'adénocarcinome des autres cancers (lymphome, cancer des îlots). Le pronostic et les tactiques de traitement pour différents types de tumeurs différeront considérablement.

Règles générales et méthodes de traitement

La plupart des personnes qui tombent malades présentent des symptômes d'anorexie et de malabsorption des nutriments et il est conseillé de passer à un régime riche en protéines et en graisses. Parmi les méthodes médicamenteuses, la chimiothérapie est aujourd'hui largement utilisée..

Médicaments qui inhibent la croissance des cellules malignes:

Il peut y avoir un rendez-vous complexe de médicaments de chimiothérapie. La dose et la durée du traitement du cancer du pancréas sont déterminées par la taille de la tumeur, le stade du cancer et les symptômes cliniques de la maladie. Malheureusement, la chimiothérapie est inefficace dans les métastases tumorales.

En tant que thérapie palliative, les médicaments sont utilisés pour soulager les symptômes du cancer. Pour restaurer le flux biliaire, le phénobarbital et la cholestyramine sont prescrits. Avec insuffisance enzymatique du pancréas Pancréatine, Festal, Amylase.

L'intervention chirurgicale, en règle générale, est effectuée de manière radicale. Souvent, la glande entière, la vésicule biliaire avec des canaux et d'autres tissus cancéreux sont enlevés. Le résultat mortel après de telles opérations est d'environ 15%. Dans 10% des cas, il existe un taux de survie à 5 ans. L'intervention chirurgicale n'est pas toujours justifiée, elle est plus souvent utilisée en cas de découverte d'un cancer de la tête du pancréas.

Survie et pronostic

Le pronostic de cette maladie est influencé par de nombreux facteurs. Il s'agit d'une pathologie maligne agressive, qui occupe la 4ème place dans le nombre de décès. Une tumeur sujette à une progression rapide et à des métastases vers d'autres organes en raison de la connexion du pancréas par les voies lymphatiques.

Si la platine est opérationnelle, les chances de survie du patient augmentent. Si le cancer est détecté à 3-4 stades, le décès survient dans les 6-7 mois. Après l'opération avec l'utilisation du traitement combiné, l'espérance de vie du patient peut être augmentée pendant un certain temps.

Survie à différents stades du cancer:

  • Le taux de stade 1 est de 50% après la chirurgie. La survie à cinq ans est retrouvée chez un tiers des patients. Dans le cas des autres types de traitement, l'espérance de vie ne dépasse pas 6 à 12 mois.
  • Stade 2 10% des décès sont associés à des complications après la chirurgie. La survie à 5 ans est maintenue dans seulement 8% des cas. Avec l'ablation complète du pancréas, ainsi que d'autres parties du tractus gastro-intestinal, environ la moitié des patients meurent dans l'année.
  • Les métastases de stade 3 se sont propagées aux organes voisins et la tumeur n'est généralement pas résécable. Les soins palliatifs peuvent aider à prolonger la vie d'un patient de 7 à 12 mois.
  • Le stade 4 de la maladie se déroule avec la propagation de métastases dans la cavité abdominale, les os, le cerveau, avec une intoxication sévère. Le pronostic est mauvais. Seuls 5% des patients vivent plus d'un an. Dans d'autres cas, l'espérance de vie varie de plusieurs semaines à plusieurs mois..

Comment prendre Iodomarin 200 pour prévenir les maladies thyroïdiennes? Nous avons une réponse!

Des traitements efficaces pour l'angiopathie diabétique des membres inférieurs sont rassemblés dans cet article..

Sur la page https://fr-dc.ru/vnutrennaja-sekretsija/nadpochechniki/opuholi-u-zhenshin.html, découvrez les symptômes de la tumeur surrénale chez la femme, les méthodes de traitement et d'élimination des formations.

Recommandations préventives

Il n'y a pas de mesures spécifiques de prévention du cancer. Pour minimiser les risques de processus malins dans le pancréas, il est nécessaire:

  • refuser de mauvaises habitudes,
  • détecter et traiter en temps opportun les maladies du pancréas,
  • mange correctement,
  • contrôler et, si nécessaire, ajuster les niveaux de glucose dans le diabète sucré et la propension à la maladie,
  • subir un examen annuel par un endocrinologue.

Le cancer du pancréas est une maladie dangereuse qui, dans la plupart des cas, a un mauvais pronostic de guérison. Il est important de toujours surveiller votre santé, de subir un diagnostic en temps opportun et de traiter les troubles détectés dans le corps.

Le cancer du pancréas est l'une des tumeurs les plus difficiles à diagnostiquer et à traiter. Quels symptômes devraient être la raison d'aller chez le médecin et d'un examen complet? Découvrez la réponse dans la vidéo suivante:

Adénocarcinome du pancréas

L'adénocarcinome est l'un des néoplasmes malins les plus courants du pancréas. Chez 8 patients sur 10 diagnostiqués avec un cancer de cet organe, cette forme de la maladie est détectée. L'adénocarcinome du tissu pancréatique est formé à partir des cellules glandulaires du pancréas, diffère par la vitesse de progression et le niveau d'agression envers le corps humain. Le plus souvent, cette maladie se développe chez les personnes dans le contexte d'une pancréatite chronique à long terme..

Causes de l'adénocarcinome du pancréas

Tout néoplasme malin formé dans le corps humain est le résultat d'une division chaotique de cellules atypiques. La médecine moderne ne dispose pas d'informations sur la cause profonde du développement des tumeurs. Il existe une liste de facteurs prédisposants dont l'impact sur le corps humain peut provoquer le développement de cette pathologie. Ces facteurs comprennent:

  • Ablation antérieure d'une partie de l'estomac (résection);
  • Diabète sucré de type 1 et 2;
  • Évolution chronique à long terme de la pancréatite;
  • Consommation régulière d'alcool et de tabac;
  • Pathologies du système hépatobiliaire (hépatite, cirrhose, cholécystite);
  • Mener une vie sédentaire (sédentarité);
  • Consommation régulière de denrées alimentaires contenant une grande quantité de cancérogènes (viandes fumées, restauration rapide);
  • Contact permanent avec des composés industriels dangereux (benzopyrène, amiante, naphtylamine et autres réactifs chimiques).

La division chaotique des cellules tumorales peut être déclenchée par l'action de l'un des facteurs énumérés ou d'une combinaison de plusieurs. La catégorie de risque pour l'incidence de l'adénocarcinome comprend les hommes âgés de 45 à 55 ans qui souffrent de maladies chroniques du tube digestif. Récemment, il y a eu une tendance à une augmentation de l'incidence de cette pathologie chez les jeunes, qui est due à la nature du régime alimentaire, à la consommation régulière d'alcool et à l'exposition quotidienne à un facteur de stress..

L'excès de poids corporel, menant une vie sédentaire, ainsi qu'une mauvaise nutrition, laissent leur empreinte négative sur l'état de la glande et de tout le corps, conduisant au fil du temps à la formation de tumeurs bénignes et malignes.

Symptômes de la pathologie

L'adénocarcinome a une forme nodulaire irrégulière. Son diamètre peut atteindre 10 à 12 cm. Ce type de processus malin se caractérise par une propagation rapide au tissu glandulaire sain de l'organe, suivie de son remplacement par du tissu conjonctif. Une fois que la formation en forme de tumeur couvre toute la zone de l'organe, elle peut se propager aux ganglions lymphatiques voisins, à la vésicule biliaire, au foie et également aux feuilles du péritoine. Il existe des caractéristiques spécifiques et non spécifiques de l'adénocarcinome. Les signes spécifiques de cette maladie comprennent:

  • Fragments de sang dans les selles et l'urine;
  • Développement d'une forme secondaire de diabète sucré dans un contexte de production insuffisante d'insuline;
  • Dommages organiques inflammatoires avec le développement ultérieur d'une carence enzymatique;
  • Le développement de la jaunisse obstructive due au blocage du canal biliaire par une tumeur. Les symptômes de la jaunisse obstructive comprennent des démangeaisons, des nausées, un jaunissement de la peau et de la sclérotique;
  • Accumulation de liquide dans l'abdomen (ascite).

Malgré le fait que les signes énumérés soient spécifiques de l'adénocarcinome, leur apparition est notée aux derniers stades du processus malin..

Les symptômes non spécifiques de cette pathologie comprennent:

  • Diminution des taux d'hémoglobine sanguine (anémie);
  • Perte de poids corporel déraisonnable, manque d'appétit partiel ou complet;
  • Troubles digestifs (brûlures d'estomac, constipation, diarrhée, nausées et vomissements);
  • Douleurs récurrentes dans le bas de l'abdomen et dans l'hypochondre droit;
  • Troubles de l'activité psycho-émotionnelle, manque de motivation, faiblesse et malaise général.

Le processus de métastase dans l'adénocarcinome s'accompagne de symptômes étendus, qui dépendent de l'emplacement des métastases. Quel que soit l'endroit où les particules tumorales se propagent, le processus de métastase s'accompagne d'une douleur intense.

Classification

En fonction du type de processus malin, on distingue les types de maladie suivants:

  1. Adénocarcinome du pancréas hautement différencié à cellules claires et augmentation de la sécrétion de mucus;
  2. Forme cellulaire claire avec un degré élevé de différenciation cellulaire;
  3. Forme scyrrhoïde;
  4. Adénocarcinome avec un faible degré de différenciation cellulaire;
  5. Forme cellulaire claire avec un faible degré de différenciation cellulaire.

En fonction de l'emplacement de la formation ressemblant à une tumeur, les types suivants de maladie sont distingués:

  1. Tumeur du corps de la glande;
  2. Adénocarcinome de la tête de la glande;
  3. Tumeur de la queue de l'organe;
  4. Adénocarcinome canalaire malin du pancréas.

Selon le degré de différenciation des cellules cancéreuses, on les distingue: une tumeur avec un faible degré de différenciation cellulaire, un adénocarcinome avec un degré moyen de différenciation cellulaire, ainsi qu'un adénocarcinome hautement différencié. La vitesse de propagation de la tumeur, le degré d'agression et la période d'apparition des métastases dépendent de la composition cellulaire et de l'espèce..

L'adénocarcinome le plus agressif de la région de la tête pancréatique.

Stades de la maladie

Il y a 4 étapes principales dans le développement du processus malin:

Étape 1. Le processus de type tumoral ne s'étend pas au-delà du tissu glandulaire de l'organe.

Étape 2. Le néoplasme malin se développe dans les voies biliaires et le duodénum, ​​alors qu'il n'y a pas de métastases dans les ganglions lymphatiques.

Étape 3. L'adénocarcinome s'étend à la rate, à l'estomac, aux gros vaisseaux sanguins et aux nerfs et aux intestins.

Étape 4. Il existe une métastase active d'une tumeur maligne dans les ganglions lymphatiques régionaux et les organes internes (foie, poumons).

Méthodes de diagnostic

À des fins de diagnostic, si cette maladie est suspectée, une personne se voit prescrire les méthodes d'examen suivantes:

  • Examen échographique des organes abdominaux;
  • Test sanguin clinique;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • Test sanguin biochimique;
  • Pancréatographie endoscopique;
  • Examen laparoscopique avec biopsie pancréatique.

Le moyen le plus informatif de diagnostiquer cette maladie est un examen histologique de fragments de glandes prélevés lors d'une biopsie.

Traitement du cancer du pancréas glandulaire

Le seul moyen efficace de traiter l'adénocarcinome est la chirurgie, qui a été réalisée au stade initial du développement de l'oncologie. Ce type d'intervention chirurgicale est difficile, car les chirurgiens doivent retirer des parties individuelles de l'organe avec la tumeur. Pendant l'opération, non seulement une partie de la glande est retirée, mais également ses conduits avec un morceau d'intestin. Un tel traitement est extrêmement rare, car dans 80% des cas, les patients sont diagnostiqués avec un adénocarcinome à un stade avancé..

Au dernier stade du développement d'un processus malin, une personne se voit prescrire une radiothérapie et une chimiothérapie, car la maladie est à un stade inopérable et s'accompagne de métastases actives. Pour l'adénocarcinome, les médicaments de chimiothérapie suivants sont prescrits:

Les effets chimiothérapeutiques sont prescrits aux patients présentant une évolution du processus malin. L'une des méthodes les plus prometteuses pour influencer une tumeur est la chimioembolisation artérielle sélective, qui améliore l'effet des médicaments de chimiothérapie sur une tumeur cancéreuse..

Pronostic et prévention de la maladie

Afin de réduire le risque de néoplasme malin dans la zone de cet organe, il est recommandé à chaque personne de faire attention à la nature de son alimentation et de son mode de vie. L'alimentation quotidienne doit être dominée par des aliments sains d'origine végétale. Il est recommandé de laisser les dépendances telles que le tabagisme et la consommation d'alcool dans le passé. Le traitement opportun des maladies menant au processus oncologique contribuera à la prévention de l'adénocarcinome.

Ces maladies comprennent l'adénome pancréatique, la pancréatite chronique et le diabète sucré. Si un adénocarcinome du tissu pancréatique a été diagnostiqué, le pronostic dépend du stade de la maladie. Pas plus de 5% des personnes atteintes d'un cancer diagnostiqué réussissent à passer le taux de survie à cinq ans avec ce type d'oncologie. Le pronostic de l'espérance de vie moyenne des personnes avec un tel diagnostic varie de six mois à 1,5 an. L'intervention chirurgicale en oncologie n'est prescrite que chez 25% des patients. Il est inapproprié de prédire le taux de survie après l'adénocarcinome pancréatique opéré.

Afin d'éviter les conséquences mortelles que cette tumeur maligne entraîne, en cas de signes de dysfonctionnement des organes digestifs, il est recommandé à chaque personne de consulter un médecin et de suivre un traitement complet..