Principal
Ostéome

Adénocarcinome peu différencié et hautement différencié de l'endomètre de l'utérus: pronostic de vie, traitement

L'adénocarcinome de l'utérus est un néoplasme malin de l'endomètre, le plus souvent localisé au bas de l'utérus. La maladie peut durer longtemps sans symptômes cliniques. En règle générale, les femmes ménopausées se plaignent de saignements fréquents, les patientes plus jeunes souffrent de menstruations excessivement abondantes.

Au fur et à mesure que le processus pathologique se propage chez la femme, l'abdomen augmente, l'apparition de douleurs dans la région lombaire, des pertes vaginales et des symptômes non spécifiques de cancer (faiblesse, perte de poids, perte d'appétit) sont notés. Pour établir un diagnostic précis dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, le patient est examiné, des études de laboratoire et instrumentales sont prescrites. Sur la base des résultats diagnostiques de chaque patient, les spécialistes de la clinique élaborent un programme de traitement individuel, qui peut comprendre une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie, une hormonothérapie..

Causes d'occurrence

L'adénocarcinome de l'utérus est une tumeur hormono-dépendante. En raison de l'augmentation du taux d'œstrogènes, la prolifération des cellules endométrioïdes augmente, ce qui augmente considérablement le risque de développer un néoplasme malin.

La probabilité de développer un adénocarcinome de l'utérus est significativement plus élevée en présence des facteurs de provocation suivants associés à des changements hormonaux dans le corps d'une femme:

  • début précoce des menstruations;
  • début tardif de la ménopause;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • tumeurs ovariennes productrices d'hormones;
  • obésité (la synthèse des œstrogènes se produit dans le tissu adipeux);
  • utilisation à long terme de médicaments contenant des œstrogènes à fortes doses.

L'adénocarcinome de l'utérus se développe plus souvent chez les femmes souffrant d'hypertension et de diabète sucré.

Cependant, la présence de troubles hormonaux et métaboliques n'est pas toujours un facteur obligatoire, qui précède certainement la survenue de cette oncopathologie. Près d'un tiers des patients ne présentent pas les troubles ci-dessus.

Les autres facteurs de risque pour les oncologues comprennent l'absence de grossesse, l'accouchement, les rapports sexuels et la prédisposition héréditaire. De plus, l'adénocarcinome de l'utérus accompagne souvent l'adénomatose et la polypose de l'utérus..

Classification

Selon la classification histologique internationale moderne, l'adénocarcinome de l'utérus est divisé en plusieurs types:

  • adénocarcinome endométrioïde de l'utérus;
  • adénocarcinome à cellules claires de l'utérus;
  • adénocarcinome épidermoïde de l'utérus;
  • carcinome épidermoïde glandulaire de l'utérus;
  • adénocarcinome séreux du corps utérin;
  • adénocarcinome mucineux du corps de l'utérus;
  • adénocarcinome utérin indifférencié.

À ce jour, trois types de croissance de cette formation maligne sont connus:

  • exophytique (la croissance tumorale est dirigée dans la cavité utérine);
  • endophyte (on note une croissance tumorale dans les tissus adjacents);
  • mixte (combine des signes de croissance exophytique et endophytique).

Selon les statistiques médicales, la tumeur utérine affecte le plus souvent le corps et le fond de l'organe, moins souvent le segment inférieur.

Le niveau de malignité tumorale et, par conséquent, le pronostic de la vie, est déterminé en fonction du degré de différenciation du néoplasme:

  • adénocarcinome endométrioïde hautement différencié de l'utérus: le pronostic est le plus favorable, puisque cette variante de la tumeur est la moins maligne. L'adénocarcinome de l'utérus hautement efficace est plus facile à traiter, car à ce stade, la structure de la plupart des cellules tumorales n'est pas perturbée;
  • adénocarcinome endométrioïde modérément différencié de l'utérus: le pronostic est plus défavorable, car le degré de malignité est augmenté;
  • adénocarcinome utérin mal différencié: le pronostic de la vie est mauvais, car cette tumeur a le plus haut degré de malignité. L'adénocarcinome de bas grade de l'utérus est un néoplasme avec un polymorphisme cellulaire prononcé et de multiples signes de changements pathologiques dans les structures cellulaires, par conséquent, le traitement est difficile.

En fonction de la prévalence du processus pathologique, on distingue 4 étapes de l'adénocarcinome utérin:

  • la première étape - lorsque la tumeur est localisée dans le corps de l'organe, sans se propager aux tissus voisins;
  • la deuxième étape - lorsque la tumeur se propage au cou de l'organe;
  • la troisième étape - le tissu environnant est impliqué dans le processus pathologique, des métastases peuvent être trouvées dans le vagin et les ganglions lymphatiques régionaux;
  • la quatrième étape - lorsque la tumeur se développe en dehors du petit bassin (vessie ou rectum et des métastases à distance apparaissent.

Symptômes

Le caractère insidieux de l'adénocarcinome de l'utérus réside dans le fait qu'il se déroule pendant longtemps sans symptômes. Les femmes ménopausées doivent être alarmées par l'apparition de saignements utérins. À l'âge de la procréation, cette maladie peut se manifester par des menstruations excessivement abondantes et prolongées..

Le saignement n'est pas un symptôme pathognomonique de l'adénocarcinome de l'utérus, car ce symptôme peut accompagner un certain nombre d'autres maladies de la sphère gynécologique (par exemple, l'adénomyose et les fibromes), mais ce symptôme devrait provoquer une alerte au cancer et être la raison pour laquelle il faut contacter un médecin pour une recherche approfondie. Les saignements utérins sont particulièrement dangereux pendant la période postménopausique. De plus, chez les patients âgés atteints d'adénocarcinome utérin, une leucorrhée abondante et aqueuse peut être libérée du vagin..

Les jeunes femmes atteintes d'adénocarcinome utérin se plaignent souvent d'irrégularités menstruelles, d'infertilité, d'un abdomen excessivement élargi, de l'apparition de saignements menstruels prolongés et abondants, de douleurs constantes dans le bas du dos. Un signe pronostique défavorable, qui indique que le processus malin s'est considérablement étendu ou que la tumeur a commencé à se désintégrer - écoulement vaginal fétide.

Une douleur dans la région lombaire et le bas de l'abdomen apparaît lorsque l'adénocarcinome de l'utérus se propage. La douleur peut être persistante ou paroxystique.

Souvent, les patients, inconscients de la présence d'une maladie oncologique grave, se tournent vers le gynécologue au stade de la germination et des métastases.

Les plaintes possibles des patients atteints d'adénocarcinome utérin avancé comprennent une perte d'appétit, une faiblesse, une perte de poids, un œdème dans les jambes et une hyperthermie..

Si une tumeur se développe dans les parois de la vessie ou des intestins, la défécation et la miction sont perturbées chez les patients, le volume de l'abdomen augmente de manière significative et une ascite peut se développer.

Diagnostique

Lors du diagnostic, les spécialistes sont guidés par les données d'un examen gynécologique, les résultats d'études de laboratoire et instrumentales. Parmi les méthodes de diagnostic de laboratoire, on peut distinguer la biopsie par aspiration, qui peut être réalisée à plusieurs reprises en ambulatoire. Les inconvénients de cette méthode comprennent un faible contenu d'information dans les premiers stades de l'oncopathologie..

Si des symptômes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique des organes pelviens est prescrit pour détecter les processus volumétriques et les changements structurels pathologiques de l'endomètre..

L'hystéroscopie est l'une des méthodes les plus informatives pour le diagnostic de l'adénocarcinome utérin. Cette méthode instrumentale consiste non seulement à examiner la surface interne de l'organe, mais également à effectuer une biopsie ciblée des zones altérées, un curetage diagnostique séparé du canal cervical et de la cavité utérine, suivi d'un examen histologique de la biopsie.

L'imagerie par résonance informatique ou magnétique, qui fait partie de l'examen de dépistage d'un adénocarcinome utérin suspecté, permet d'évaluer la prévalence du processus malin, d'identifier les ganglions lymphatiques affectés et les métastases à distance..

Traitement

Dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, plusieurs méthodes de traitement des patients présentant un diagnostic d '"adénocarcinome utérin hautement différencié" sont utilisées. Le pronostic d'un taux de survie à cinq ans est particulièrement favorable lors de la conduite d'un traitement complexe - une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de pharmacothérapie. Le choix de la tactique de traitement, de l'intensité et du moment d'application de chacun des composants du traitement complexe, les oncologues de l'hôpital Yusupov, est effectué individuellement pour chaque patient avec un diagnostic d'adénocarcinome de l'endomètre utérin. Le pronostic après la chirurgie est favorable si la maladie a été détectée dans les premiers stades de développement.

Dans le processus de détermination de la faisabilité de la chirurgie de l'adénocarcinome de stade III de l'utérus, les facteurs pronostiques défavorables sont pris en compte.

Le traitement chirurgical du cancer de l'endomètre utérin dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov est effectué avec l'utilisation de l'hystérectomie ou de la panhystérectomie (ablation prolongée de l'utérus et annexectomie, ablation du tissu pelvien et des ganglions lymphatiques régionaux).

La radiothérapie (irradiation externe ou curiethérapie de l'utérus) est utilisée comme méthode préparatoire en période préopératoire, ainsi qu'après la chirurgie.

La chimiothérapie et l'hormonothérapie sont des méthodes auxiliaires qui corrigent le fond hormonal du corps de la femme et réduisent le risque de récidive d'adénocarcinome utérin, car une fois l'utérus partiellement retiré, l'adénocarcinome peut récidiver..

La chimiothérapie implique l'utilisation de cytostatiques. L'hormonothérapie est réalisée avec des médicaments qui affectent les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone dans les néoplasmes malins.

La chirurgie ne convient pas aux patients atteints d'adénocarcinome de grade IV. Pour le traitement, des techniques modernes de chimiothérapie et de radiothérapie sont utilisées..

Métastases

Les métastases d'adénocarcinome de l'utérus se propagent à travers le système lymphatique, cependant, dans les derniers stades, la voie hématogène de leur propagation peut rejoindre.

Tout d'abord, le processus métastatique affecte les ganglions lymphatiques des groupes iliaque et interne, puis les ganglions lymphatiques du groupe hypogastrique.

Les premiers signes de métastases chez les femmes en âge de procréer sont des spottings intermenstruels, chez les femmes ménopausées - écoulement rare qui se produit après une surcharge physique..

Dans la vieillesse, la présence de métastases peut être mise en évidence par l'apparition de sécrétions purulentes..

L'activation du processus métastatique se manifeste par une douleur constante ou des crampes dans la région lombaire ou l'abdomen lombaire.

L'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus est beaucoup plus facile à traiter s'il est détecté dans les premiers stades de développement. Par conséquent, il est important pour chaque femme de consulter régulièrement un gynécologue pour la détection et le traitement opportuns de cette oncopathologie..

Un examen complet utilisant un équipement de haute technologie moderne est proposé par l'hôpital Yusupov. Les femmes avec un adénocarcinome diagnostiqué se voient prescrire un traitement utilisant les dernières techniques médicales pour surmonter une maladie aussi grave que l'adénocarcinome utérin hautement différencié. Les commentaires des patients de l'hôpital Yusupov confirment l'efficacité du traitement, qui est prescrit et surveillé par des spécialistes hautement qualifiés de la clinique d'oncologie.

Radiothérapie pour le cancer de l'endomètre stade 1 - ANTI-CANCER

L'adénocarcinome de l'utérus est un néoplasme malin de l'endomètre, le plus souvent localisé au bas de l'utérus. La maladie peut durer longtemps sans symptômes cliniques. En règle générale, les femmes ménopausées se plaignent de saignements fréquents, les patientes plus jeunes souffrent de menstruations excessivement abondantes.

Au fur et à mesure que le processus pathologique se propage chez la femme, l'abdomen augmente, l'apparition de douleurs dans la région lombaire, des pertes vaginales et des symptômes non spécifiques de cancer (faiblesse, perte de poids, perte d'appétit) sont notés. Pour établir un diagnostic précis dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, le patient est examiné, des études de laboratoire et instrumentales sont prescrites. Sur la base des résultats diagnostiques de chaque patient, les spécialistes de la clinique élaborent un programme de traitement individuel, qui peut comprendre une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie, une hormonothérapie..

Causes de l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus est une tumeur hormono-dépendante. En raison de l'augmentation du taux d'œstrogènes, la prolifération des cellules endométrioïdes augmente, ce qui augmente considérablement le risque de développer un néoplasme malin.

La probabilité de développer un adénocarcinome de l'utérus est significativement plus élevée en présence des facteurs de provocation suivants associés à des changements hormonaux dans le corps d'une femme:

  • début précoce des menstruations;
  • début tardif de la ménopause;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • tumeurs ovariennes productrices d'hormones;
  • obésité (la synthèse des œstrogènes se produit dans le tissu adipeux);
  • utilisation à long terme de médicaments contenant des œstrogènes à fortes doses.

L'adénocarcinome de l'utérus se développe plus souvent chez les femmes souffrant d'hypertension et de diabète sucré.

Cependant, la présence de troubles hormonaux et métaboliques n'est pas toujours un facteur obligatoire, qui précède certainement la survenue de cette oncopathologie. Près d'un tiers des patients ne présentent pas les troubles ci-dessus.

Les autres facteurs de risque pour les oncologues comprennent l'absence de grossesse, l'accouchement, les rapports sexuels et la prédisposition héréditaire. De plus, l'adénocarcinome de l'utérus accompagne souvent l'adénomatose et la polypose de l'utérus..

La prévention

Il n'y a pas de mesures spéciales pour prévenir cette maladie. Mais il existe des recommandations d'oncologues qui peuvent réduire la probabilité de développer un adénocarcinome. Listons-les:

  • Le contrôle du poids. Le surpoids ou la maigreur augmente le risque de tumeurs.
  • Nutrition adéquat. 60% de fibres végétales dans l'alimentation quotidienne et l'exclusion des aliments avec des additifs chimiques (colorants, conservateurs, etc.) réduisent le risque de cancer.
  • Manière saine. Le refus des mauvaises habitudes et une activité physique modérée, une alternance optimale du travail et du repos aident à maintenir la résistance du corps aux facteurs pathogènes.
  • Traitement des maladies aiguës et chroniques. Tous les processus infectieux et inflammatoires ne peuvent être ignorés, même s'ils suivent un cours lent.
  • Inspections programmées. Au moins une fois par an, chaque personne devrait consulter des spécialistes restreints pour surveiller sa santé au fil du temps. Cette règle permet de suspecter et de détecter un processus oncologique à un stade précoce et de mener un traitement efficace..

Il est nécessaire de considérer l'adénocarcinome hautement différencié comme une maladie insidieuse et dangereuse, il est donc important de détecter une tumeur au début de son développement. Tout inconfort pour la santé ne doit pas être ignoré, même avec le moindre problème de santé, il est important de consulter un spécialiste.

Êtes-vous intéressé par un traitement moderne en Israël? Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous.

Classification de l'adénocarcinome de l'utérus

Selon la classification histologique internationale moderne, l'adénocarcinome de l'utérus est divisé en plusieurs types:

  • adénocarcinome endométrioïde de l'utérus;
  • adénocarcinome à cellules claires de l'utérus;
  • adénocarcinome épidermoïde de l'utérus;
  • carcinome épidermoïde glandulaire de l'utérus;
  • adénocarcinome séreux du corps utérin;
  • adénocarcinome mucineux du corps de l'utérus;
  • adénocarcinome utérin indifférencié.

À ce jour, trois types de croissance de cette formation maligne sont connus:

  • exophytique (la croissance tumorale est dirigée dans la cavité utérine);
  • endophyte (on note une croissance tumorale dans les tissus adjacents);
  • mixte (combine des signes de croissance exophytique et endophytique).

Selon les statistiques médicales, la tumeur utérine affecte le plus souvent le corps et le fond de l'organe, moins souvent le segment inférieur.

Le niveau de malignité tumorale et, par conséquent, le pronostic de la vie, est déterminé en fonction du degré de différenciation du néoplasme:

  • adénocarcinome endométrioïde hautement différencié de l'utérus: le pronostic est le plus favorable, puisque cette variante de la tumeur est la moins maligne. L'adénocarcinome de l'utérus hautement efficace est plus facile à traiter, car à ce stade, la structure de la plupart des cellules tumorales n'est pas perturbée;
  • adénocarcinome endométrioïde modérément différencié de l'utérus: le pronostic est plus défavorable, car le degré de malignité est augmenté;
  • adénocarcinome utérin mal différencié: le pronostic de la vie est mauvais, car cette tumeur a le plus haut degré de malignité. L'adénocarcinome de bas grade de l'utérus est un néoplasme avec un polymorphisme cellulaire prononcé et de multiples signes de changements pathologiques dans les structures cellulaires, par conséquent, le traitement est difficile.

En fonction de la prévalence du processus pathologique, on distingue 4 étapes de l'adénocarcinome utérin:

  • la première étape - lorsque la tumeur est localisée dans le corps de l'organe, sans se propager aux tissus voisins;
  • la deuxième étape - lorsque la tumeur se propage au cou de l'organe;
  • la troisième étape - le tissu environnant est impliqué dans le processus pathologique, des métastases peuvent être trouvées dans le vagin et les ganglions lymphatiques régionaux;
  • la quatrième étape - lorsque la tumeur se développe en dehors du petit bassin (vessie ou rectum et des métastases à distance apparaissent.

Signes histologiques

L'adénocarcinome mucineux est rare dans le contexte d'une incidence générale de cancers génitaux. La structure de la tumeur est similaire à la restructuration mucineuse des ovaires et de la membrane externe du canal cervical - l'endocervix. La croissance maligne transforme les cellules normales en quelque chose comme un épithélium intestinal cubique. La structure du tissu est pervertie: les glandes de l'adénocarcinome sont agrandies, le cytoplasme est rempli de sécrétions mucineuses et appauvri en glycogène. Néanmoins, la stratification et les cellules sont clairement définies - le degré de différenciation est élevé.

L'adénocarcinome mucineux est caractérisé par un faible degré d'atypie et l'activité mitotique est également faible. Pour déterminer l'origine du carcinome, il faut d'abord exclure la présence de formation endocervicale.

Diagnostics spéciaux

En plus de l'histologie, il existe une étude immunohistochimique visant à établir l'antigène tumoral. Grâce à la méthode, la présence de récepteurs hormonaux, d'enzymes est établie, la présence d'éléments malins dans divers tissus et organes, le degré de différenciation est déterminé et les tactiques de traitement sont largement déterminées. L'adénocarcinome mucineux montre une réactivité à la vimentine et à l'antigène embryonnaire cancérigène (CEA).

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

Le caractère insidieux de l'adénocarcinome de l'utérus réside dans le fait qu'il se déroule pendant longtemps sans symptômes. Les femmes ménopausées doivent être alarmées par l'apparition de saignements utérins. À l'âge de la procréation, cette maladie peut se manifester par des menstruations excessivement abondantes et prolongées..

Le saignement n'est pas un symptôme pathognomonique de l'adénocarcinome de l'utérus, car ce symptôme peut accompagner un certain nombre d'autres maladies de la sphère gynécologique (par exemple, l'adénomyose et les fibromes), mais ce symptôme devrait provoquer une alerte au cancer et être la raison pour laquelle il faut contacter un médecin pour une recherche approfondie. Les saignements utérins sont particulièrement dangereux pendant la période postménopausique. De plus, chez les patients âgés atteints d'adénocarcinome utérin, une leucorrhée abondante et aqueuse peut être libérée du vagin..

Les jeunes femmes atteintes d'adénocarcinome utérin se plaignent souvent d'irrégularités menstruelles, d'infertilité, d'un abdomen excessivement élargi, de l'apparition de saignements menstruels prolongés et abondants, de douleurs constantes dans le bas du dos. Un signe pronostique défavorable, qui indique que le processus malin s'est considérablement étendu ou que la tumeur a commencé à se désintégrer - écoulement vaginal fétide.

Une douleur dans la région lombaire et le bas de l'abdomen apparaît lorsque l'adénocarcinome de l'utérus se propage. La douleur peut être persistante ou paroxystique.

Souvent, les patients, inconscients de la présence d'une maladie oncologique grave, se tournent vers le gynécologue au stade de la germination et des métastases.

Les plaintes possibles des patients atteints d'adénocarcinome utérin avancé comprennent une perte d'appétit, une faiblesse, une perte de poids, un œdème dans les jambes et une hyperthermie..

Si une tumeur se développe dans les parois de la vessie ou des intestins, la défécation et la miction sont perturbées chez les patients, le volume de l'abdomen augmente de manière significative et une ascite peut se développer.

Prévoir

Signes pronostiques défavorables affectant l'issue et l'évolution de la maladie:

  • l'âge du patient;
  • la présence de pénétration du foyer d'adénocarcinome mucineux dans les tissus sous-jacents;
  • grande taille du néoplasme;
  • le degré de différenciation des éléments cellulaires;
  • dommages à tout l'organe, y compris le cou;
  • la présence de métastases aux organes voisins, le péritoine;
  • ensemencement des ganglions lymphatiques;
  • faible pourcentage de récepteurs hormonaux.

En général, le pronostic de l'adénocarcinome mucineux ne diffère pas du type de tumeur endométrioïde. Plus le diagnostic est posé et le traitement débutés tôt, plus le taux de survie à cinq ans et la qualité de vie sont élevés. Cependant, la probabilité de récidive et de métastases de la forme mucineuse est assez élevée..

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

Lors du diagnostic, les spécialistes sont guidés par les données d'un examen gynécologique, les résultats d'études de laboratoire et instrumentales. Parmi les méthodes de diagnostic de laboratoire, on peut distinguer la biopsie par aspiration, qui peut être réalisée à plusieurs reprises en ambulatoire. Les inconvénients de cette méthode comprennent un faible contenu d'information dans les premiers stades de l'oncopathologie..

Si des symptômes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique des organes pelviens est prescrit pour détecter les processus volumétriques et les changements structurels pathologiques de l'endomètre..

L'hystéroscopie est l'une des méthodes les plus informatives pour le diagnostic de l'adénocarcinome utérin. Cette méthode instrumentale consiste non seulement à examiner la surface interne de l'organe, mais également à effectuer une biopsie ciblée des zones altérées, un curetage diagnostique séparé du canal cervical et de la cavité utérine, suivi d'un examen histologique de la biopsie.

L'imagerie par résonance informatique ou magnétique, qui fait partie de l'examen de dépistage d'un adénocarcinome utérin suspecté, permet d'évaluer la prévalence du processus malin, d'identifier les ganglions lymphatiques affectés et les métastases à distance..

Les experts classent les adénocarcinomes en plusieurs types:

  1. L'endométrioïde est l'oncopathologie utérine la plus courante, représentant environ 75% des cancers. Une telle tumeur ne croît dans la couche myométriale que superficiellement, par conséquent, lorsqu'elle est détectée aux stades initiaux, elle a des données pronostiques positives;
  2. Squamous - se forme principalement à partir de structures squameuses, est très rare, se développe généralement dans le contexte du cancer du col de l'utérus;
  3. Forme papillaire - est une tumeur formée à partir d'un ensemble de croissances papillaires (papillomes), donc extérieurement une formation similaire ressemble à du chou-fleur.

Adénocarcinome endométrioïde de l'utérus: traitement

Dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, plusieurs méthodes de traitement des patients présentant un diagnostic d '"adénocarcinome utérin hautement différencié" sont utilisées. Le pronostic d'un taux de survie à cinq ans est particulièrement favorable lors de la conduite d'un traitement complexe - une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de pharmacothérapie. Le choix de la tactique de traitement, de l'intensité et du moment d'application de chacun des composants du traitement complexe, les oncologues de l'hôpital Yusupov, est effectué individuellement pour chaque patient avec un diagnostic d'adénocarcinome de l'endomètre utérin. Le pronostic après la chirurgie est favorable si la maladie a été détectée dans les premiers stades de développement.

Dans le processus de détermination de la faisabilité de la chirurgie de l'adénocarcinome de stade III de l'utérus, les facteurs pronostiques défavorables sont pris en compte.

Le traitement chirurgical du cancer de l'endomètre utérin dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov est effectué avec l'utilisation de l'hystérectomie ou de la panhystérectomie (ablation prolongée de l'utérus et annexectomie, ablation du tissu pelvien et des ganglions lymphatiques régionaux).

La radiothérapie (irradiation externe ou curiethérapie de l'utérus) est utilisée comme méthode préparatoire en période préopératoire, ainsi qu'après la chirurgie.

La chimiothérapie et l'hormonothérapie sont des méthodes auxiliaires qui corrigent le fond hormonal du corps de la femme et réduisent le risque de récidive d'adénocarcinome utérin, car une fois l'utérus partiellement retiré, l'adénocarcinome peut récidiver..

La chimiothérapie implique l'utilisation de cytostatiques. L'hormonothérapie est réalisée avec des médicaments qui affectent les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone dans les néoplasmes malins.

La chirurgie ne convient pas aux patients atteints d'adénocarcinome de grade IV. Pour le traitement, des techniques modernes de chimiothérapie et de radiothérapie sont utilisées..

Vie future

Le pronostic de survie dépend du stade du cancer, du degré de malignité, de la présence ou de l'absence de métastases, de l'âge et de l'état du patient..

Habituellement, l'adénocarcinome hormonal de l'utérus est facilement traité et une rémission complète est obtenue. Il est plus difficile d'obtenir des effets positifs avec un cancer autonome, mais c'est possible.

La maladie est plus difficile à tolérer chez les personnes âgées. Le jeune corps fait mieux face à l'oncologie.

Pour les patients qui ont commencé le traitement aux premiers stades de la maladie, le pronostic peut atteindre 98%. La troisième étape est caractérisée par un processus plus sérieux, par conséquent, 30 patients sur 100 survivent au cours des 5 premières années. Au stade terminal de l'oncologie, le taux de survie peut atteindre 5%.

Adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus: métastases

Les métastases d'adénocarcinome de l'utérus se propagent à travers le système lymphatique, cependant, dans les derniers stades, la voie hématogène de leur propagation peut rejoindre.

Tout d'abord, le processus métastatique affecte les ganglions lymphatiques des groupes iliaque et interne, puis les ganglions lymphatiques du groupe hypogastrique.

Les premiers signes de métastases chez les femmes en âge de procréer sont des spottings intermenstruels, chez les femmes ménopausées - écoulement rare qui se produit après une surcharge physique..

Dans la vieillesse, la présence de métastases peut être mise en évidence par l'apparition de sécrétions purulentes..

L'activation du processus métastatique se manifeste par une douleur constante ou des crampes dans la région lombaire ou l'abdomen lombaire.

L'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus est beaucoup plus facile à traiter s'il est détecté dans les premiers stades de développement. Par conséquent, il est important pour chaque femme de consulter régulièrement un gynécologue pour la détection et le traitement opportuns de cette oncopathologie..

Un examen complet utilisant un équipement de haute technologie moderne est proposé par l'hôpital Yusupov. Les femmes avec un adénocarcinome diagnostiqué se voient prescrire un traitement utilisant les dernières techniques médicales pour surmonter une maladie aussi grave que l'adénocarcinome utérin hautement différencié. Les commentaires des patients de l'hôpital Yusupov confirment l'efficacité du traitement, qui est prescrit et surveillé par des spécialistes hautement qualifiés de la clinique d'oncologie.

Yulia Vladimirovna Kuznetsova

Régime

La nutrition avec un adénocarcinome hautement différencié doit poursuivre plusieurs objectifs: saturer le corps avec les substances et oligo-éléments nécessaires, maintenir l'immunité et la force du patient, prévenir le développement de l'anorexie et de l'épuisement. Il est recommandé d'inclure dans l'alimentation des aliments légers riches en fibres végétales et en vitamines.

La nourriture doit toujours être fraîche. Méthode de cuisson - bouillir ou cuire. La nourriture est fractionnée, toute la nourriture est servie en petites portions jusqu'à 6 fois par jour. La température des aliments doit correspondre à la température corporelle du patient. Il est important d'observer le régime de consommation - au moins 2 litres d'eau par jour.

La liste des produits autorisés comprend la viande diététique, le poisson, les produits laitiers, les céréales, les fruits et légumes. Toute nourriture en conserve, grasse, frite, fumée, etc., est interdite..

Le respect des principes diététiques aide le corps du patient à récupérer plus rapidement après le traitement et à éviter les rechutes de pathologie.

Liste de références

  • CIM-10 (Classification internationale des maladies)
  • Hôpital Yusupov
  • Cherenkov V.G. Oncologie clinique. - 3e éd. - M.: Livre médical, 2010.-- 434 p. - ISBN 978-5-91894-002-0.
  • Shirokorad V.I., Makhson A.N., Yadykov O.A. État des soins oncourologiques à Moscou // Oncourologie. - 2013. - N ° 4. - P. 10-13.
  • Volosyanko M.I. Méthodes traditionnelles et naturelles de prévention et de traitement du cancer, Aquarium, 1994
  • John Niederhuber, James Armitage, James Doroshow, Michael Kastan, Joel Tepper Abeloff's Clinical Oncology - 5th Edition, eMEDICAL BOOKS, 2013

Variétés et stades de la pathologie

L'adénocarcinome de la prostate est caractérisé par plusieurs types. Les plus courants sont:

  1. Pathologie hautement différenciée. Avec cette maladie, il y a un léger changement dans les cellules acineuses, son pronostic est donc favorable. Le stade précoce du processus pathologique est caractérisé par un cours plutôt lent. Un tel adénocarcinome peut être à cellules sombres et claires.
  2. Adénocarcinome modérément différencié. Si le traitement de la maladie est effectué en temps opportun, il a un pronostic favorable. Le développement d'un néoplasme est observé à l'arrière de l'organe..
  3. Petit adénocarcinome acineux. L'émergence d'un processus pathologique est observée simultanément à plusieurs endroits. Après un certain temps, les îlots de cellules cancéreuses fusionnent en une seule tumeur.
  4. Cellules qui ont une faible différenciation. Cette maladie est une tumeur agressive localisée dans la prostate. Au cours de la pathologie, on observe la propagation des cellules accinaires dans les tissus les plus proches. L'adénocarcinome est caractérisé par une structure visqueuse, ainsi que par la propagation rapide des métastases.

Il y a aussi 4 stades de la maladie.

IMPORTANT! Si un patient reçoit un diagnostic d'adénocarcinome de la prostate, il est impératif de déterminer son type, ce qui permettra de prescrire un traitement rationnel.

L'immunothérapie est une méthode postopératoire efficace pour lutter contre le cancer

La chimiothérapie et la radiothérapie sont des traitements inefficaces pour le cancer du rein. La seule façon d'arrêter la propagation de la maladie et d'améliorer votre pronostic de survie est de prendre des interférons. L'immunothérapie, comme les méthodes énumérées ci-dessus, ne fonctionnera pas si le cancer du rein est négligé. Pour que le traitement médicamenteux donne un résultat, il est nécessaire que le patient soit diagnostiqué avec un cancer au stade initial, la tumeur ne dépasse pas 4 cm, les métastases sont localisées exclusivement dans les poumons.

Lors du choix d'un médicament, la ligne thérapeutique du traitement et les risques pour le patient sont pris en compte. La thérapie systémique peut causer des dommages irréparables, la personne mourra d'effets secondaires.

Caractéristiques du développement du cancer hypernéphroïde

L'essence de la maladie est l'apparition d'une tumeur dans le cortex. La cellule cancéreuse prend une forme polygonale - se joignant en groupes, elles créent des lobules et une tumeur apparaît. Le mécanisme de formation des tumeurs est complexe - il ne s'agit pas seulement de cellules génétiquement modifiées, des facteurs négatifs doivent agir sur elles pour que l'oncologie se développe. La prédisposition génétique est l'une des causes les plus fréquentes du cancer de l'hypernéphroïde..

La métastase accélérée de ce type d'oncologie est associée à la façon dont les cellules affectées se propagent. Pour le carcinome rénal, une méthode de métastase lymphogène et hématogène caractéristique. Les métastases lymphogènes sont associées à la propagation de tumeurs cancéreuses à travers la lymphe, hématogènes à travers le sang à travers les vaisseaux sanguins.

Pour éviter une voie portable pour la propagation des métastases, la biopsie rénale est interdite dans le cancer à cellules claires. Le mode de transmission de l'implantation n'est pas typique de l'oncologie rénale.

Une nouvelle augmentation de l'efficacité du traitement du cancer du rein est associée au développement d'un vaccin antitumoral. Le principe d'action est similaire au travail de tout vaccin antiviral - une réponse immunitaire à un antigène. Un certain nombre de théories ont été avancées pour expliquer pourquoi le cancer malin ne répond pas à un antigène - c'est la capacité de provoquer une immunosuppression ou un faible niveau d'immunogénicité. Les médicaments immunitaires sont basés sur des cellules tumorales allogéniques modifiées et non modifiées.

Malgré des tentatives infructueuses pour créer un vaccin efficace, tous les instituts d'oncologie continuent à travailler sur une immunothérapie spécifique.

Étapes de Gleason

Le score de Gleason (somme) est une méthode d'évaluation différenciée du cancer de la prostate à la suite d'un examen histologique. Les valeurs faibles de l'échelle indiquent des formes de cancer hautement différenciées et des valeurs élevées - à peu près mal différenciées; plus la valeur d'échelle est élevée, plus l'issue de la maladie sera mauvaise.

Pour évaluer l'adénocarcinome, les cellules glandulaires du patient sont prélevées (biopsie). A partir du matériau obtenu, deux fragments les plus appropriés sont isolés, qui sont ensuite évalués sur une échelle de 5 points: 1 point signifiera un degré élevé de différenciation et 5 points - un faible. Les scores des deux matériaux s'additionnent à un total Gleason, dont les résultats peuvent varier de 2 à 10 points.

Les variantes possibles des montants ont été divisées en 3 groupes:

  • jusqu'à 7 points - cancer lent. Le patient a d'énormes chances de succès du traitement et de guérison complète.
  • 7 points - agressivité moyenne du cancer.
  • plus de 7 points - croissance rapide de l'adénocarcinome, probabilité élevée de métastases précoces.

Après la méthode chirurgicale de traitement, ces indicateurs peuvent diminuer ou augmenter..

Interprétation de l'index

La valeur numérique de l'indice est désignée par gradation (G). Au total, l'échelle de Gleason comporte 5 gradations, selon lesquelles la tumeur est formée à partir de:

  • G1 - petites glandes homogènes avec de petits changements nucléaires;
  • G2 - grappes de glandes séparées par le stroma, mais proches les unes des autres;
  • G3 - glandes de différentes tailles et structures; le stroma et les tissus voisins peuvent être infiltrés;
  • G4 - cellules atypiques; une infiltration des tissus voisins se produit;
  • G5 - couches de cellules atypiques indifférenciées.

Une telle différenciation du cancer de la prostate vous permet de déterminer le développement du cancer et de choisir le traitement le plus approprié et le plus compétent dans chaque cas..

Qu'est-ce que l'adénocarcinome

Adénocarcinome - qu'est-ce que c'est et à quel point est-il dangereux? Y a-t-il une chance de survivre avec un tel diagnostic? Un patient qui a entendu le mot «cancer» dans la conclusion du médecin a de nombreuses questions dans sa tête concernant le traitement et le pronostic ultérieur. À propos de ce qui constitue un adénocarcinome, comment identifier la maladie à un stade précoce et quelles méthodes de traitement offre la médecine moderne - nous le dirons dans l'article.

À propos de la maladie

L'adénocarcinome - ou cancer glandulaire - se développe à partir des cellules de l'épithélium glandulaire qui tapisse la surface de nombreux organes internes et externes du corps. La maladie affecte les organes suivants:

  • Pituitaire
  • Thyroïde
  • Un rein
  • Poumons
  • Glandes salivaires
  • Œsophage
  • Estomac
  • Foie
  • Pancréas
  • Sections séparées de l'intestin
  • Prostate
  • Utérus
  • Les ovaires
  • Glande mammaire
  • Glandes sudoripares.

La maladie ne se développe pas toujours rapidement. Parfois, la tumeur se développe lentement, sans donner de métastases - dans cette situation, l'élimination de la formation donne de grandes chances de guérison. L'évolution du cancer dépend en grande partie du degré de différenciation des cellules cancéreuses.

Quel est le degré de différenciation? C'est un indicateur de la maturité des cellules cancéreuses. Plus il est élevé, plus les cellules de l'épithélium malin sont développées et plus elles ressemblent à des cellules saines. En fonction de cet indicateur, l'adénocarcinome est divisé en plusieurs types:

  1. Très différencié (noté G1 dans la conclusion). Un médecin expérimenté n'aura aucun problème à distinguer ces cellules des cellules normales et à déterminer la source de la lésion. Si les cellules sont matures, cela indique que la tumeur se développe lentement et le pronostic du traitement dans ce cas sera assez optimiste..
  2. Modérément différencié (G2). Les cellules cancéreuses s'arrêtent à un stade intermédiaire. Ils sont déjà plus différents des sains et se divisent plus intensément; avec un examen microscopique, des mitoses anormales peuvent être remarquées dans les noyaux cellulaires.
  3. Peu différencié (G3). Il est considéré comme défavorable en termes d'évolution de la maladie. Les cellules tumorales se divisent si rapidement qu'elles n'ont pas le temps de se former complètement. Les formations cellulaires immatures commencent à métastaser plus rapidement - et le cancer affecte déjà les tissus et organes voisins.
  4. Adénocarcinome indifférencié (G4). Le plus dangereux de tous les degrés. Il est extrêmement difficile de déterminer le foyer de la maladie dans ce cas, car les cellules se divisent à un rythme élevé, affectant finalement tout le corps..

Les raisons du développement de la maladie

L'étiologie dans le cas du cancer glandulaire est difficile à déterminer. Les médecins ne peuvent parler que des facteurs possibles qui ont provoqué le développement de la maladie. Les causes les plus probables peuvent être:

  • Alimentation malsaine, abus d'alcool
  • Mode de vie sédentaire, obésité
  • Prédisposition génétique
  • Conséquences de la chirurgie
  • Prendre des médicaments lourds pendant une longue période
  • Empoisonnement avec des substances toxiques
  • Changements corporels liés à l'âge

L'adénocarcinome, localisé dans une certaine partie du corps, peut être déclenché par des facteurs spécifiques: par exemple, le tabagisme provoque un cancer des glandes salivaires, un ulcère peut entraîner un cancer de l'estomac et des changements hormonaux peuvent provoquer le développement d'un cancer de la prostate ou de l'utérus.

Symptômes

Le tableau clinique de la maladie dépend de l'orientation du développement de la maladie et du stade actuel. Cependant, il est possible d'identifier les symptômes généraux caractéristiques de tous les types d'adénocarcinome:

  1. Le nombre de globules rouges dans le sang diminue, les ganglions lymphatiques augmentent
  2. Une personne ressent une gêne et une douleur à l'endroit où le néoplasme est localisé
  3. Il y a une forte perte de poids
  4. Le sommeil est perturbé, une fatigue fréquente apparaît sans raison
  5. La température corporelle devient instable.

Considérez les symptômes de certains types d'oncologie:

  • Le plus souvent, le cancer glandulaire affecte la prostate. Dans ce cas, il y a des douleurs dans le bas-ventre, dans l'anus, la vésicule biliaire; mictions plus fréquentes.
  • Le cancer de la vessie se manifeste par l'incapacité d'aller aux toilettes, des douleurs, l'apparition d'un mélange de sang dans les urines. Le bas du dos et la région pubienne commencent à faire mal, les jambes gonflent en raison d'une violation du drainage lymphatique.
  • Avec le développement de l'adénocarcinome rénal, la taille de l'organe augmente. Il y a une douleur dans le bas du dos, en allant aux toilettes, on observe une urine avec du sang.
  • Dans le cancer de l'intestin, le premier appel alarmant est une perturbation du tractus gastro-intestinal - diarrhée fréquente, constipation, inconfort après avoir mangé et vomissements. Dans les derniers stades, il y a des impuretés de mucus et de sang dans les selles.
  • Les troubles de la déglutition, la dysphagie et l'odinophagie, la salivation abondante parlent du cancer de l'œsophage.
  • Une tumeur du pancréas provoque des douleurs à l'estomac, une perte d'appétit, des vomissements et de la diarrhée.
  • Les symptômes du cancer du foie glandulaire sont des douleurs épigastriques, des nausées et des vomissements et une anémie. Le foie augmente de taille. La peau jaunit, les saignements de nez peuvent être fréquents.

L'adénocarcinome des ovaires se manifeste par une violation du cycle menstruel, une douleur dans la région de l'aine, qui augmente avec les rapports sexuels. Des nausées, des vomissements, un malaise général peuvent survenir. Les symptômes sont similaires au cancer de l'utérus, ce dernier se caractérise par des saignements au milieu du cycle et des règles abondantes.

Des difficultés à avaler, un essoufflement et des changements de voix indiquent une tumeur de la glande thyroïde. Le cou est déformé dans la zone touchée.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Pour diagnostiquer les cancers, les oncologues utilisent les méthodes suivantes:

  • Analyse en laboratoire du biomatériau. Un test sanguin vous permet de suivre une augmentation du taux de leucocytes et de déterminer s'il existe des marqueurs tumoraux dans le corps - des substances spécifiques libérées dans le corps des patients cancéreux. Les excréments et l'urine sont contrôlés pour des traces de sang. La structure cellulaire et les marqueurs tumoraux sont évalués par biopsie.
  • Fluoroscopie. Cette méthode détermine la taille et la forme du néoplasme, la localisation et la présence de métastases.
  • Endoscopie. L'examen interne des organes permet un diagnostic précis.
  • Ultrason. Permet de détecter la source de propagation et le degré de dommages aux organes, diagnostique une augmentation des ganglions lymphatiques.
  • Tomographie. À l'aide de la tomographie, les médecins trouvent la configuration des zones touchées, la direction des métastases, la nature de la carie.

Après ces procédures, un diagnostic précis est posé et un traitement est prescrit. Le résultat le plus favorable est obtenu par une combinaison de traitement chirurgical, de radio et de chimiothérapie. Pendant l'opération, les tissus sains adjacents sont excisés avec la tumeur. Cela est nécessaire pour que les cellules cancéreuses ne commencent pas à se développer avec une vigueur renouvelée et ne provoquent pas de rechute..

La radiothérapie est utilisée pour soulager la douleur après la chirurgie. Chimiothérapie avant et après la chirurgie.

Les toxines et les poisons ont un effet néfaste sur la tumeur, empêchant la division cellulaire - tandis que l'effet négatif sur le corps du patient est minime. Dans les derniers stades du cancer, lorsqu'un traitement chirurgical n'est pas possible, la chimiothérapie est utilisée comme procédure indépendante. Cela dépend de la durée de vie du patient..

L'efficacité du traitement dépend en grande partie du type de cellules prédominant dans le néoplasme. Les tumeurs hautement différenciées peuvent être traitées avec succès, le taux de survie des patients est de 90%. Un type modérément différencié avec détection précoce donne de l'espoir pour la vie de 50% des patients. Les personnes atteintes de tumeurs mal différenciées et indifférenciées, selon les statistiques, ne vivent pas longtemps; le taux de survie après la chirurgie est de 10 à 15%.

Adénocarcinome - types et principales caractéristiques, approches de traitement et pronostic

Les adénocarcinomes sont des cancers qui se forment à partir de cellules modifiées de l'épithélium glandulaire. Ce type de tissu forme la base de diverses glandes qui produisent et sécrètent (sécrètent) des hormones, des enzymes, des substances bactéricides et d'autres substances nécessaires à notre corps..

De plus, des cellules de l'épithélium glandulaire travaillant de manière autonome tapissent les membranes internes:

  • toutes les parties du système digestif, de la cavité buccale au rectum;
  • organes respiratoires;
  • cavités de la vessie et de l'utérus.

Ils se trouvent dans la peau, ainsi que dans presque tous les autres organes et systèmes du corps, à l'exception du cerveau, des os, des ligaments et des vaisseaux sanguins..

Épithélium glandulaire des voies respiratoires et du tissu thyroïdien

Si un certain type de mutation se produit dans une cellule de l'épithélium glandulaire et que l'immunité naturelle ne peut pas reconnaître une telle cellule comme défectueuse et la détruire, elle devient le progéniteur d'un néoplasme - une tumeur bénigne (adénome) ou un cancer glandulaire (adénocarcinome).

Les adénocarcinomes sont l'un des foyers tumoraux les plus courants. De plus, ils peuvent différer considérablement les uns des autres non seulement par leur emplacement, leur structure et leurs manifestations, mais également par leur agressivité, qui dépend directement du degré de différenciation des cellules mutées..

Le degré de différenciation des cellules d'adénocarcinome est un critère diagnostique important

La nature de la mutation affecte la maturation des cellules glandulaires, au cours de laquelle elles se différencient, c'est-à-dire qu'elles acquièrent une forme, une taille, une structure et une fonction caractéristiques. Selon le degré de différenciation, les cellules d'adénocarcinome sont divisées en cellules mal différenciées, moyennement différenciées et fortement différenciées..

Adénocarcinome hautement différencié

Une telle tumeur est formée de cellules de même taille, qui sont fermement connectées les unes aux autres, peuvent former diverses structures et ne diffèrent presque pas des cellules normales dans leur structure et leurs fonctions. Plus une cellule tumorale glandulaire maligne ressemble à une cellule progénitrice, plus sa différenciation est élevée.

Un fragment de tissu d'un adénocarcinome gastrique hautement différencié au microscope

En étudiant un fragment d'une tumeur hautement différenciée, un médecin inexpérimenté n'est pas toujours en mesure de déterminer ce qu'il voit au microscope: cellules normales ou cancéreuses. Par conséquent, si un adénocarcinome est suspecté, la consultation d'un histologiste expert est parfois nécessaire. Avec la disponibilité d'équipements modernes et de télécommunications, il n'est pas difficile d'obtenir de tels conseils.

L'adénocarcinome hautement différencié se développe lentement, commence à métastaser tardivement et répond généralement bien au traitement.

Cancer glandulaire modérément différencié

L'étude d'un fragment de ce type de tumeur au microscope ne laisse aucun doute: les cellules du néoplasme ont des tailles et des formes différentes, leurs noyaux sont modifiés, la structure n'est pas clairement exprimée.

Cellules d'adénocarcinome de l'endomètre modérément différencié au microscope

Les adénocarcinomes modérément différenciés se développent plus rapidement et se propagent dans tout le corps (métastases), et sont également moins sensibles au traitement. Cependant, avec la détection rapide d'un tel néoplasme et un traitement approprié, les chances du patient d'atteindre une rémission stable sont également assez élevées..

Tumeurs glandulaires malignes mal différenciées

L'adénocarcinome mal différencié est le type le plus dangereux de cancer glandulaire. Ses cellules sont complètement différentes de leurs prédécesseurs, elles se divisent intensément, à la suite de quoi le cancer se développe très rapidement. De plus, ces cellules sont mal connectées les unes aux autres, elles commencent donc à quitter le tissu tumoral et à migrer vers les ganglions lymphatiques voisins presque immédiatement. Cela conduit à l'apparition rapide de premières métastases régionales puis distantes..

Voici à quoi ressemblent les cellules du cancer de l'estomac de bas grade (muqueux).

Il est difficile de traiter les patients présentant des adénocarcinomes mal différenciés et le pronostic est souvent mauvais. Dans le même temps, l'état des patients se détériore rapidement en raison d'une grave intoxication causée par les déchets de cellules cancéreuses immatures..

Caractéristiques morphologiques de divers types d'adénocarcinomes

Compte tenu de ce qui précède, lorsqu'un adénocarcinome est détecté, le succès du traitement dépend non seulement du stade du cancer, mais également de sa malignité, c'est-à-dire du degré de différenciation des cellules néoplasiques.

Ainsi, par exemple, le pronostic dans le traitement d'un patient avec un adénocarcinome prostatique de stade 3 hautement différencié est plus favorable que le pronostic dans le traitement d'un patient avec un adénocarcinome prostatique de stade 1 peu différencié.

Les "sites de luxation" les plus courants des adénocarcinomes

L'adénocarcinome peut se former partout où il y a un épithélium glandulaire. Cependant, le plus souvent, des tumeurs de ce type apparaissent là où il y a beaucoup de ce tissu, il travaille de manière intensive et / ou entre constamment en contact avec des substances nocives qui pénètrent dans notre corps avec de l'air, de l'eau ou des aliments..

Le plus souvent, les adénocarcinomes se développent dans la prostate - ce type de tumeur représente jusqu'à 95% de toutes les tumeurs malignes de la prostate diagnostiquées. Environ 80% d'entre eux sont très différenciés.

Voici à quoi ressemble un fragment de cancer glandulaire de l'estomac au microscope

Jusqu'à 90% des tumeurs de l'estomac sont également des cancers glandulaires. La part des néoplasmes hautement différenciés dans ce cas est d'environ 60%.

Les adénocarcinomes se forment souvent dans les intestins et l'œsophage, tandis que le cancer glandulaire des intestins inférieurs est caractérisé par une différenciation élevée et, par conséquent, une progression lente de la maladie.

Les tumeurs de ce type constituent la majorité des néoplasmes malins de la paroi interne de l'utérus (endomètre), se développent dans les glandes mammaires, le pancréas, la vessie, la cavité buccale.

Stades de l'adénocarcinome de l'endomètre

Moins fréquemment, les adénocarcinomes affectent le tissu pulmonaire. Ici, ils se développent généralement à la périphérie - dans les vésicules pulmonaires (alvéoles), petites bronches. Ces foyers se développent lentement, mais métastasent tôt.

L'adénocarcinome de la glande thyroïde est rare dans des conditions normales. Une augmentation de l'incidence de ce type de cancer à la fin du siècle dernier a été observée dans les zones tombées dans la zone de rejet d'iode radioactif après l'accident de Tchernobyl.

Symptômes

Les manifestations de la maladie dépendent de l'emplacement, de «l'agressivité» de la tumeur et d'autres facteurs.

Ainsi, par exemple, l'adénocarcinome de l'endomètre se développe dans le contexte de sa croissance pathologique (endométriose), qui s'accompagne de saignements abondants et incessants. Cela permet au gynécologue de diagnostiquer et de commencer le traitement en temps opportun..

Le cancer du côlon glandulaire hautement différencié, au contraire, peut ne pas se manifester pendant une longue période et n'est souvent détecté que lorsqu'une tumeur envahie bloque la lumière intestinale ou se développe dans d'autres organes. Dans le même temps, un adénocarcinome mal différencié du tractus gastro-intestinal (cancer cricoïde) sécrète activement du mucus, qui le détruit, qui s'accompagne d'une intoxication sévère.

Approches modernes du traitement

Avec la détection précoce des tumeurs glandulaires hautement différenciées, elles sont éliminées, alors que l'opération peut être la seule méthode de traitement, et elle est très efficace. Les approches du traitement des patients atteints d'adénocarcinomes hautement différenciés peuvent également différer en fonction de la structure du tissu tumoral, c'est pourquoi il est généralement indiqué dans le diagnostic - papillaire, trabéculaire, tubulaire.

Les néoplasmes glandulaires malins modérément différenciés sont généralement traités dans un complexe, combinant la chirurgie traditionnelle ou la radiochirurgie avec la chimiothérapie et / ou la radiothérapie, thérapie ciblée (ciblée).

Les oncologues se battent contre des tumeurs indifférenciées par toutes les méthodes possibles, cependant, en raison des particularités de ces néoplasmes, l'efficacité de tout schéma thérapeutique est faible.

Le volume et les méthodes de traitement des adénocarcinomes sont également influencés par leur emplacement, les stades de la maladie et les caractéristiques individuelles du corps du patient..