Principal
Tératome

Adénocarcinome de l'utérus

La fonction reproductrice féminine a toujours été associée à une multitude de problèmes et de pathologies. L'adénocarcinome utérin est l'un des plus courants. Pour diverses raisons - de l'utilisation de contraceptifs, de l'exposition à une masse de cancérogènes, de la grossesse tardive, l'incidence de cette pathologie augmente d'année en année et une baisse de cet indicateur n'a pas encore été observée. De plus, en raison de l'absence fréquente de plaintes dans les premiers stades ou de la peur de certaines femmes avant de consulter un spécialiste, cette tumeur s'accompagne d'un taux de mortalité assez élevé. Ci-dessous, nous parlerons de l'étiologie, de l'histologie, des symptômes, des méthodes de traitement et du pronostic de ce type de cancer..

Définition

L'adénocarcinome de l'utérus est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu épithélial du col de l'utérus, de l'endomètre ou des ovaires. Elle a une croissance assez agressive, affectant toutes les couches de l'utérus.

La maladie est plus sensible chez les femmes après la ménopause (cinquante à soixante ans). On pense qu'une fille sur cent est malade. Le développement d'une tumeur peut commencer à un âge plus jeune, mais en même temps, il ne se manifeste en aucune façon. Et après un changement du fond hormonal lié à la ménopause, commencez à progresser activement.

Anatomie

L'utérus est un organe creux non apparié composé de fibres musculaires et situé dans le bas de l'abdomen (bassin) entre le rectum et la vessie. Ses appendices sont distingués - ce sont les trompes de Fallope et les ovaires. Sa fonction est de fournir un lieu pour la fécondation de l'œuf, où à l'avenir il passera les neuf prochains mois. La fonction menstruelle est également distinguée.

L'utérus lui-même a un corps et un col de l'utérus. Le corps a la forme d'un triangle, qui est dirigé vers le haut avec sa base, et le cou est un canal qui a une partie vaginale et sert à empêcher les agents étrangers de pénétrer dans la cavité utérine.

Tout cela est formé de trois couches principales:

La couche externe ou périmétrie, qui se compose du péritoine viscéral et fait face à la cavité abdominale.

Couche intermédiaire ou myomètre, formée de plusieurs couches de fibres musculaires de muscles lisses.

La couche interne - l'endomètre, se compose de la membrane muqueuse et de la sous-muqueuse.

Il est recouvert d'épithélium cilié, ce qui permet de rejeter l'œuf en l'absence de fécondation pendant le cycle. Au cœur de la membrane muqueuse se trouvent des cellules glandulaires épithéliales, qui peuvent pénétrer jusqu'au myomètre. C'est la dégénérescence de ces glandes qui peut par la suite conduire au développement d'une tumeur appelée adénocarcinome de l'utérus..

Fondamentalement, la longueur d'un utérus adulte qui n'a pas accouché est d'environ sept centimètres, le col de l'utérus prend environ un tiers.

Classification

Ayant une compréhension de la structure anatomique et histologique de l'utérus, on peut distinguer la classification de la tumeur qui se développe à partir de ses cellules. Par la présence de certaines cellules et le degré de leur différenciation, on peut juger de la malignité de l'adénocarcinome.

Histologiquement, les types suivants sont distingués:

  • Adénocarcinome
  • Carcinome squameux
  • Carcinome à cellules claires
  • Adénocarcinome à cellules glandulaires
  • Cancer séreux
  • Adénocarcinome mucineux.

En fonction du degré de certitude morphologique de la structure des cellules ci-dessus, la classification suivante peut être distinguée:

Le type très différencié d'adénocarcinome utérin présente un degré de dégénérescence assez faible de ses cellules, en comparaison avec les cellules normales de l'utérus. Même une exécution partielle des fonctions est possible, comme dans les cellules saines.

L'adénocarcinome utérin modérément différencié est des cellules polymorphes qui sont différentes des cellules normales, ont un noyau hyperchromique élargi et des nucléoles, des mitoses pathologiques peuvent être observées.

L'adénocarcinome utérin mal différencié se caractérise par la présence d'une forte dégénérescence des cellules, leur atypie, un grand nombre de divisions pathologiques et une restructuration complète de la tumeur.

Adénocarcinome indifférencié de l'utérus - en raison d'une perturbation complète de la structure de la cellule, il est assez difficile, voire impossible, de les identifier comme appartenant à tout type de tissu. Une telle tumeur est la plus dangereuse en termes de pronostic pour le traitement et la vie..

Aussi, pour une meilleure compréhension du site de localisation du cancer, la classification suivante a été développée:

  • Adénocarcinome du col de l'utérus
  • Adénocarcinome de l'endomètre du corps utérin

De par la nature de la croissance, il y a:

Raisons de développement

Les causes du cancer n'ont pas été étudiées de manière fiable. L'adénocarcinome de l'utérus ne fait pas exception. Les médecins peuvent uniquement, sur la base d'études cliniques, identifier certains facteurs de risque pouvant entraîner une maladie.

Sur la photo: cellule cancéreuse

Par exemple, des études dans ce domaine au cours des cinq dernières années indiquent qu'une alimentation riche en protéines et en graisses animales augmente considérablement ce risque. Il est également soutenu que la consommation d'aliments riches en calories pour les femmes après quarante ans est extrêmement indésirable du point de vue qu'elle a également un effet négatif..

Facteurs de risque de développement d'un adénocarcinome utérin:

  • Début précoce des règles;
  • Ménopause tardive;
  • Obésité abdominale - cela entraîne une production accrue d'œstrogènes, ce qui augmente le risque de cancers hormono-dépendants;
  • Pathologies métaboliques et endocriniennes chroniques en général;
  • Antécédents familiaux compliqués d'adénocarcinome du gros intestin, de l'utérus ou d'autres cancers chez des parents;
  • Accouchement tardif ou leur absence totale;
  • Troubles de la durée du cycle, infertilité;
  • Stress chronique;
  • Exposition à diverses doses de rayonnement;
  • Hyperplasie de l'endomètre;
  • L'utilisation de la thérapie hormonale médicamenteuse;
  • Utilisation continue de contraceptifs oraux;
  • La présence d'une maladie des ovaires polykystiques;
  • Utilisation continue de tamoxifène;
  • Maladie hypertonique;
  • Traumatisme chronique de l'utérus;
  • Abus d'alcool et de tabac.

L'impact de toutes ces causes peut conduire à un risque accru d'adénocarcinome utérin..

Tumeurs avec différents degrés de différenciation tissulaire

Adénocarcinome utérin hautement différencié

L'adénocarcinome utérin hautement différencié est une pathologie maligne dont l'apparition de symptômes peut indiquer le développement de ses stades ultérieurs. Le plus souvent, cela suggère que les métastases à distance des métastases dans l'intestin, les poumons, le cerveau ou la colonne vertébrale ont déjà commencé à donner leurs symptômes secondaires, et l'adénocarcinome lui-même est en état de destruction.

Lors de la réalisation de l'un des types d'examen médical, en cas de suspicion de cette maladie, les oncologues sont tenus de réaliser une gamme complète de mesures de diagnostic pour établir un diagnostic final, qui comprendra la localisation, la taille, le degré de différenciation tissulaire et d'autres paramètres tumoraux..

Vdenocarcinome endométrioïde hautement différencié avec des foyers de différenciation des cellules squameuses

Avec la localisation du processus pathologique directement dans le corps de l'utérus, un diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié du corps utérin est posé. À condition qu'il n'y ait pas de pénétration dans les tissus voisins, son traitement comprend la résection de l'utérus avec appendices.

Lors de la détermination de la présence de lésions diffuses de cet organe, l'utérus, ses appendices et les ganglions lymphatiques régionaux peuvent être réséqués. Ceci est fait afin d'empêcher la propagation de cellules pathologiques à travers le système lymphatique..

Il existe également un adénocarcinome utérin peu différencié, caractérisé par un degré extrêmement faible de division morphologique des cellules en espèces. Ces tumeurs sont caractérisées par un type extrêmement agressif de croissance invasive, un développement fréquent de métastases et une mauvaise réponse au traitement de chimiothérapie. Le pronostic de survie dans cette condition est extrêmement mauvais..

Une sorte d'état intermédiaire entre adénocarcinome hautement et mal différencié de l'utérus est l'adénocarcinome modérément différencié de l'utérus. Il se caractérise par la présence de différences significatives mais pas très critiques dans la structure de ses propres cellules par rapport aux cellules saines, dans de rares cas, il est capable de métastases vers des organes distants. De plus, il se prête beaucoup mieux à la thérapie que la forme précédente..

Adénocarcinome endométrial hautement différencié

Adénocarcinome de l'endomètre hautement différencié - cette lésion cancéreuse n'est pas aussi courante que la pathologie du col de l'utérus. La raison en est que la membrane muqueuse interne, appelée endomètre, est généralement affectée pendant la ménopause entre cinquante et soixante ans..

À ce stade de la vie, le système endocrinien de la femme subit une restructuration complète, ce qui conduit à une inhibition de la fertilité. Mais faire valoir que cette pathologie ne survient pas à un âge plus jeune est impossible, car des troubles hormonaux ou des menstruations se retrouvent également chez les jeunes.

Adénocarcinome endométrioïde hautement différencié

L'adénocarcinome endométrioïde hautement différencié est un dérivé malin des glandes tubulaires de l'épithélium tapissant la cavité utérine interne. Elle provient souvent d'une dégénérescence hyperplasique de l'endomètre. Parfois, la stimulation hormonale œstrogénique du corps féminin peut servir de déclencheur dans ce processus..

Cette maladie est le plus souvent de petite taille et représente des cellules qui ont subi un sérieux processus de modification et ont complètement perdu leurs fonctions naturelles. Ils sont de taille accrue, ont un grand noyau de forme irrégulière.

Facteurs pouvant causer un adénocarcinome endométrioïde de l'utérus:

  • Être en surpoids;
  • Début tardif de la ménopause;
  • La présence de diabète sucré;
  • Infertilité;
  • Prendre des médicaments à base d'œstrogènes;
  • Traitement à long terme avec le tamoxifène;
  • Auto-administration de contraceptifs oraux.

Important sur l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus est une tumeur maligne formée par des cellules du tissu glandulaire. Il a plusieurs stades et classifications, il peut ne pas se manifester avec des symptômes pendant une longue période, comme la plupart des néoplasmes malins. Cependant, à mesure qu'elle se développe, la tumeur peut provoquer des saignements, des douleurs et d'autres signes..

Pour diagnostiquer l'adénocarcinome, une échographie, une hystéroscopie avec biopsie, une tomodensitométrie et une IRM sont utilisées. Une étude significative est l'examen histologique d'une biopsie, sur la base de laquelle le type de tumeur est établi. Les étapes initiales répondent bien au traitement; lorsque le processus est lancé, le taux de survie à cinq ans est très faible. Par conséquent, pour la prévention, il est nécessaire de se faire régulièrement examiner par un gynécologue..

Statistiques

L'adénocarcinome est le type de tumeur le plus courant parmi les autres néoplasmes gynécologiques. En termes d'apparition en oncologie féminine, il se classe deuxième après le cancer du sein. Les femmes d'âge mûr ont une plus grande prédisposition à ce type de tumeur, c'est-à-dire que l'incidence est plus élevée à l'âge de 40 à 45 ans..

Bien qu'il existe actuellement une tendance à rajeunir l'adénocarcinome - selon les données chez les jeunes, l'incidence a augmenté de 50%.

Les raisons

L'incidence des tumeurs malignes n'a toujours pas d'étiologie claire. La cause du néoplasme est claire - c'est une mutation cellulaire. Mais c'est pourquoi cela se produit, il existe de nombreuses versions. Il existe des preuves de l'influence de certains facteurs sur le processus, cependant, ce qui cause exactement la dégénérescence cellulaire est inconnu. Le seul mécanisme de développement, confirmé par les spécialistes, est une stimulation œstrogénique accrue dans le contexte d'une diminution de la synthèse de progestérone.

Parmi les facteurs prédisposants figurent:

  • Âge supérieur à 40-45 ans. L'adénocarcinome est principalement détecté chez les femmes d'âge mûr;
  • Prédisposition héréditaire. La relation entre le développement de la pathologie et les facteurs génétiques a été prouvée;
  • Début tardif de la ménopause, début précoce des règles. Ces conditions sont directement liées à l'hyperestrogénémie, qui conduit à une tendance à l'hyperplasie de l'endomètre;
  • Manque de vie sexuelle, accouchement, infertilité, manque d'ovulation. Pas nécessaire, mais facteur important;
  • Syndrome des ovaires polykystiques. Avec la maladie polykystique, la production de précurseurs d'oestrogène est améliorée;
  • Tumeurs produisant des hormones. Sont les fondateurs de l'augmentation des œstrogènes;
  • Obésité. Il a été prouvé que le tissu adipeux est d'une importance non négligeable dans l'augmentation de la synthèse extragonadale des œstrogènes;
  • La présence d'hypertension, de diabète sucré. L'hyperinsulinémie augmente le risque d'adénocarcinome en agissant indirectement par l'œstrogène;
  • Adénomatose et polypose. Les processus hyperplasiques sont fondamentaux dans le développement de l'adénocarcinome, en particulier ceux atypiques;
  • Prendre des œstrogènes. Des études ont été menées, au cours desquelles il a été prouvé que la fréquence de détection de l'adénocarcinome dans la période postménopausique augmente lors de la prise d'un traitement hormonal substitutif avec des œstrogènes..

L'importance des hormones dans le développement de nombreuses maladies féminines ne peut être ignorée..

Il a été prouvé qu'avec une teneur accrue en œstrogènes, la prolifération des cellules endométriales augmente et le risque de développer un cancer de l'utérus augmente. Ainsi, les conditions qui provoquent un déséquilibre hormonal sont considérées comme des facteurs de risque. Ceux-ci incluent l'obésité, la période postménopausique, le SOPK et les néoplasmes hormonodépendants.

Le rôle des processus hyperplasiques de l'endomètre dans le développement de l'adénocarcinome occupe également une place importante, particulièrement atypique, c'est-à-dire accompagnée de dysplasie. L'adénomatose nécessite une attention particulière, car il s'agit d'une affection précancéreuse.

Les troubles métaboliques prédisposent également à un risque accru. En particulier, l'obésité et le diabète sucré sont souvent des maladies concomitantes d'adénocarcinome. Une attention particulière doit être accordée à l'obésité, car son rôle dans l'augmentation de la synthèse extragonadale des œstrogènes a été prouvé..

Symptômes

L'adénocarcinome est souvent caché, sans aucun symptôme. Une femme peut pendant longtemps ne même pas soupçonner la présence d'une tumeur, ce qui dans une certaine mesure aggrave le pronostic de la maladie..

Le tableau clinique dépend directement de l'emplacement, du type et du stade du néoplasme.

Une augmentation de taille provoque le développement de symptômes indésirables:

  • Saignements anormaux;
  • Menstruation prolongée;
  • Décharge de nature pathologique;
  • Irrégularités menstruelles;
  • Douleur dans le bas de l'abdomen et le bas du dos, douloureux ou paroxystique.

Il convient de noter que les symptômes ne sont pas spécifiques de l'adénocarcinome. De telles manifestations peuvent accompagner de nombreuses maladies gynécologiques, cependant, si au moins l'une d'entre elles apparaît, vous devez être particulièrement vigilant et contacter un gynécologue pour un examen..

À des stades ultérieurs, lorsque la taille de la tumeur devient plus grande, elle peut envahir les organes adjacents et propager des métastases. À ces moments, on peut observer les éléments suivants:

  • Hypertrophie abdominale, ascite;
  • Perte d'appétit, perte de poids, asthénie;
  • Augmentation de la température;
  • Troubles de la miction;
  • Violations de l'acte de défécation.

Le développement de tels symptômes ne doit pas être autorisé, vous devez être régulièrement examiné afin de remarquer la pathologie à temps.

Il existe plusieurs classifications d'adénocarcinome. Ils sont basés sur la localisation de la tumeur, la direction de croissance, le stade de développement et le degré de différenciation.

Adénocarcinome du col de l'utérus

Une telle localisation de la tumeur peut n'apporter aucun inconvénient ou inconfort. Autrement dit, une femme peut ne pas être consciente d'elle. Par conséquent, pour un diagnostic rapide, une méthode spéciale de dépistage du cancer du col de l'utérus a été développée, appelée test PAP (frottis Pap). Pour ce faire, l'épithélium cervical est prélevé avec une brosse spéciale sur une lame de verre, fixée et envoyée au laboratoire cytologique. Après examen, le cytologue pose un diagnostic de la présence de cellules atypiques, de la présence et du degré de dysplasie. Cette méthode de laboratoire peut augmenter considérablement le taux de détection précoce du cancer du col de l'utérus..

Adénocarcinome du corps de l'utérus

L'adénocarcinome de l'utérus se développe dans le corps de l'utérus. La tumeur peut toucher n'importe quelle partie de l'utérus, cependant, le fond de l'utérus est plus souvent affecté. À mesure que la croissance augmente, d'autres zones de l'utérus, des appendices et des organes voisins peuvent être impliqués. Le diagnostic dans ce cas est basé sur une biopsie et un examen histologique du tissu. La pathologie survient plus souvent chez les femmes en âge de préménopause.

Conformément à la classification morphologique de l'OMS, on distingue les tumeurs endométrioïdes et non endométrioïdes. Le deuxième type est rare.

Adénocarcinome endométrioïde

Ce type de tumeur survient le plus souvent, représentant plus de 80%. Il se développe dans le contexte d'une hyperplasie endométriale et d'une stimulation œstrogénique excessive. La tumeur est représentée par des structures tubulaires glandulaires recouvertes d'épithélium. Ils peuvent être à la base du développement de divers néoplasmes, se différenciant dans leur structure: tubulaire, papillaire, folliculaire et kystique. Les tumeurs endométrioïdes sont caractérisées par une évolution favorable et un pronostic positif. Le taux de survie à cinq ans avec ce type de tumeur atteint 90%.

Parmi les tumeurs endométrioïdes, il existe:

  • Adénocarcinome (sécrétoire et cilié);
  • Adénocarcinome avec différenciation squameuse (adénocanthome et carcinome adénosquameux).

Les tumeurs non endométrioïdes sont rares et représentent environ 20%. Ceux-ci comprennent: le carcinome séreux-papillaire, les formes à cellules claires, mucineuses, squameuses, mixtes et indifférenciées d'adénocarcinome.

Étapes

En fonction de la taille et du degré d'implication des organes et tissus voisins, on distingue plusieurs stades d'adénocarcinome:

  • Première étape. La tumeur est petite, située isolément, dans l'endomètre, sans affecter les tissus adjacents;
  • Deuxième étape. Le néoplasme est de taille moyenne, se propage à la couche musculaire et au col de l'utérus;
  • Troisième étape. Au fur et à mesure de sa croissance, la tumeur commence à impliquer les tissus environnants, les appendices, les métastases se trouvent dans le petit bassin et les ganglions lymphatiques;
  • Quatrième étape. L'adénocarcinome est suffisamment gros pour envahir la paroi intestinale et la vessie. Des métastases à distance sont observées.

Formes de la maladie

Sur la base de la différenciation, trois types de tumeurs sont distingués. Le degré de différenciation indique le niveau de différence dans les structures cellulaires. Plus il est bas, plus les prévisions sont mauvaises..

Très différencié

Il existe un petit nombre de cellules atypiques qui diffèrent morphologiquement des cellules tissulaires normales. La plupart des cellules ont une structure normale, le polymorphisme est négligeable.

Modérément différencié

Le polymorphisme cellulaire est plus prononcé, l'atypie couvre la moitié de la composition cellulaire. La prolifération cellulaire est plus rapide. Une telle tumeur est une tumeur maligne plus prononcée que le type précédent..

Faible différencié

Polymorphisme extensif, la plupart des cellules ont une structure atypique. L'atypie prédispose à une prolifération accrue, ce qui signifie une croissance rapide de l'adénocarcinome. Une faible différenciation est le signe d'une tumeur maligne sujette aux métastases.

Diagnostique

Le diagnostic est posé sur la base d'un examen complet, comprenant un examen, une anamnèse, des études de laboratoire et instrumentales. Dans le diagnostic de l'adénocarcinome, le dépistage est d'une grande importance pour la détection précoce de la pathologie..

Le diagnostic primaire (précoce) comprend:

  • Dépistage par ultrasons. L'échographie de l'utérus est la principale méthode de dépistage du cancer de l'utérus et est réalisée par voie vaginale pour les plaintes d'hémorragie vaginale. L'algorithme de diagnostic des saignements anormaux est basé sur l'échographie, dont les résultats sont utilisés pour sélectionner une autre technique. Lorsque l'épaisseur de l'écho M est inférieure à 4 mm, l'observation est prescrite en dynamique, 4-12 mm - hystéroscopie avec biopsie, plus de 12 mm - biopsie par aspiration;
  • Diagnostics endoscopiques. L'échographie seule n'est pas une méthode de diagnostic suffisamment informative, elle devrait donc être complétée par d'autres méthodes. L'hystéroscopie de l'utérus est réalisée à l'aide d'un hystéroscope inséré dans le vagin. Au cours de la procédure, un spécialiste examine la cavité utérine, note la présence d'hyperplasie et de néoplasmes, effectue une biopsie tissulaire ciblée pour un examen histologique. Cette méthode améliore la fiabilité et l'efficacité des mesures de diagnostic, car elle permet de visualiser l'état interne de l'utérus.
  • Dans certains cas, la TDM et l'IRM sont utilisées.

Traitement

La thérapie doit être complète et inclure diverses techniques: médicaments, radiothérapie et chirurgie. Le médecin traitant établit le schéma thérapeutique individuellement, après un examen complet du patient. Une intervention chirurgicale est recommandée dans les deux premières étapes, l'opération doit être effectuée avec la possibilité de minimiser le risque de complications possibles. La radiothérapie et la pharmacothérapie sont des méthodes complémentaires.

Tactique

Les tactiques choisies sont directement liées à l'état du patient, au type et au stade de l'adénocarcinome identifié, au degré de malignité et à la localisation. Tout d'abord, le médecin examine la faisabilité de l'opération et définit la portée de l'opération. Puis il sélectionne des médicaments et une méthode de radiothérapie.

Méthodes chirurgicales et opération

L'indication de la chirurgie est le premier et le deuxième stade de l'adénocarcinome. Distinguer l'hystérectomie (ablation de l'utérus sans appendices) et la pangystérectomie (ablation complète de l'utérus avec appendices). Le choix du mode opératoire est déterminé exclusivement par le médecin traitant..

L'hystérectomie diffère dans la portée de l'opération:

  • Supravaginal (ablation partielle de l'utérus, réalisée si on le souhaite pour préserver le col de l'utérus et nécessité de réduire le temps de l'opération);
  • Extirpation (l'ablation complète la plus courante de l'utérus est effectuée);
  • Méthode de Wertheim (implique l'ablation de l'utérus avec le tissu environnant, une partie du vagin, des appendices et des ganglions lymphatiques).

Le volume de l'intervention dépend de nombreux facteurs concomitants: âge, état de santé du patient, taille de la tumeur. Les médecins ont tendance à croire qu'il est préférable de retirer les appendices pendant la ménopause pour éviter une récidive à l'avenir..

Médicament

La pharmacothérapie comprend l'utilisation de cytostatiques et de médicaments hormonaux pour améliorer l'effet du traitement et prévenir les complications. Les cytostatiques visent à supprimer la prolifération tumorale, à arrêter la croissance et à augmenter la taille.

Ils sont utilisés en combinaison avec des traitements chirurgicaux et radiologiques..

Autres traitements

Une méthode de traitement auxiliaire est la radiothérapie, effectuée pendant la période préopératoire et postopératoire. Distinguer la radiothérapie externe et intracavitaire.

  • Les rayonnements à distance ou externes sont utilisés efficacement dans le traitement des néoplasmes malins. Elle peut être statique et dynamique, la source de rayonnement est située à une certaine distance du patient. Peut être utilisé seul et en combinaison avec d'autres méthodes de traitement;
  • Curiethérapie (irradiation intracavitaire). Un applicateur spécial est placé près de la tumeur, dans lequel des radionucléides sont injectés. Peut être utilisé en combinaison avec la méthode à distance.

Pronostic du traitement et conséquences possibles

Le pronostic ultérieur dépend en grande partie de la catégorie d'âge du patient, de l'état de santé, du stade et du type d'adénocarcinome. Dans les premier et deuxième stades, le pronostic est favorable, le taux de survie à cinq ans atteint 70-90%. La troisième étape aggrave le pronostic, tout dépend du degré de prolifération des cellules tumorales, cependant, le taux tombe à 60%. La quatrième étape est la plus défavorable selon le pronostic, car la propagation des métastases dans le corps ne donne pas une chance de guérison complète..

Parmi les conséquences figurent la récidive tumorale, les métastases et la mort..

Examens du traitement et de son efficacité

Quand on m'a diagnostiqué une tumeur hautement différenciée du premier stade, j'ai subi une opération abdominale pour enlever l'utérus avec appendices. Mon âge est de 45 ans. L'irradiation a été annulée, par nécessité. Maintenant je me sens mieux, mon corps récupère, je suis allé travailler.

J'ai 62 ans. Des saignements périodiques ont été observés pendant six mois. A reçu un diagnostic de cancer de l'utérus, stade 1C. Ils ont effectué une opération pour enlever l'utérus ainsi que les appendices, après quoi ils ont prescrit une radiothérapie, trois cours, la curiethérapie semble être appelée. Depuis cinq ans je suis régulièrement examinée, je me sens bien.

La prévention

Les mesures préventives comprennent la prévention primaire et secondaire.

  • La prévention primaire vise à prévenir le développement de l'adénocarcinome. Pour ce faire, il est nécessaire de subir un examen régulier par un gynécologue, un examen échographique des organes pelviens et de traiter en temps opportun les pathologies détectées. N'oubliez pas de maintenir un mode de vie sain, en excluant les mauvaises habitudes, la pratique du sport et une bonne alimentation. Avec un excès de poids existant, il est nécessaire de prendre des mesures pour réduire le poids, en présence d'hypertension et de diabète sucré - mesures de traitement.
  • La prévention secondaire comprend des mesures visant à prévenir le développement de complications et de rechutes après le traitement.

Production

En cas d'écoulement incompréhensible, de saignement et de douleur dans le bas de l'abdomen, il est impératif de consulter un gynécologue. Une visite opportune chez un médecin garantira l'efficacité du traitement et un pourcentage élevé de guérison. L'adénocarcinome est curable, tout dépend du stade de la tumeur et de la présence de métastases.

Comment l'adénocarcinome utérin est-il traité?

Qu'est-ce que l'adénocarcinome utérin

Jusqu'à présent, il n'y a pas de données convaincantes à 100% sur ce qui conduit exactement au développement de l'adénocarcinome utérin. La théorie principale est que cette maladie est étroitement liée au niveau d'hormones sexuelles. C'est pourquoi, dans la plupart des cas, il est détecté chez les femmes de plus de 55 ans qui ont atteint l'âge de la ménopause..

Mais en même temps, selon les chercheurs, l'âge auquel les changements du fond hormonal commencent est important. Ainsi, le début précoce des règles et le début tardif de la ménopause sont considérés comme des conditions tout aussi anormales, indiquant des problèmes initialement existants avec les hormones sexuelles et, par conséquent, augmentant la probabilité de développer un adénocarcinome..

En outre, les risques de processus malins augmentent dans les circonstances suivantes:

  • Prédisposition héréditaire. Les femmes qui ont des parents proches qui ont reçu un diagnostic de cancer du corps ou du col de l'utérus, de l'ovaire ou du sein sont plus susceptibles de développer un cancer de l'utérus.
  • Maladies du système endocrinien. La synthèse des hormones sexuelles et leur niveau est étroitement liée à l'état de santé des autres glandes endocrines: l'hypophyse, l'hypothalamus, la thyroïde et le pancréas, les glandes surrénales, etc..
  • Néoplasmes bénins de l'endomètre: l'hyperplasie et les polypes, laissés sans traitement opportun et adéquat, peuvent se transformer en tumeurs malignes avec l'âge.
  • Maladie ovarienne. Le syndrome des ovaires polykystiques, le kyste endométrioïde, l'inflammation chronique des appendices et d'autres maladies perturbent la production d'hormones sexuelles et deviennent des facteurs importants qui provoquent le développement du cancer de l'utérus.
  • Obésité. La graisse sous-cutanée remplit une fonction de formation d'hormones et, avec son excès, l'équilibre hormonal est perturbé. En conséquence, la probabilité de développer un cancer associé à un déséquilibre des niveaux d'hormones augmente..
  • Avortement, pas de maternité, pas d'allaitement. Les facteurs énumérés concernent des circonstances qui violent la cyclicité des processus dans le corps féminin ou les interrompent brusquement, comme dans le cas de l'avortement. Cela peut provoquer un déséquilibre hormonal permanent et conduire à des processus malins..

Les scientifiques affirment que les risques les plus élevés sont observés chez les femmes pour lesquelles au moins trois des circonstances énumérées ci-dessus sont pertinentes. Cela signifie qu'il est extrêmement important pour les personnes du groupe à haut risque de subir régulièrement un examen préventif par un gynécologue - au moins une fois par an. Cela aidera à identifier la maladie au stade où elle peut être traitée le plus efficacement..

Stades et types d'adénocarcinome

L'adénocarcinome de l'utérus est classé selon plusieurs caractéristiques: selon le degré de prévalence du processus malin, selon le degré de malignité du néoplasme, c'est-à-dire dans quelle mesure les cellules cancéreuses sont différenciées des cellules saines. Il existe également une classification selon le type de cours et les caractéristiques histologiques des cellules cancéreuses..

En fonction de l'étendue de la propagation des cellules cancéreuses, l'adénocarcinome diffère par étapes:

  • Stade I - le processus malin est limité aux tissus de l'utérus.
  • Stade II - le corps et le col de l'utérus sont impliqués dans le processus pathologique.
  • Stade III - le processus malin se propage aux tissus du vagin, aux tissus et organes adjacents à l'utérus, aux ganglions lymphatiques inguinaux.
  • Stade IV - des métastases à distance sont détectées, la vessie, les intestins et d'autres organes sont impliqués dans le processus malin, avec une perturbation sévère de leurs fonctions.

Selon le degré de malignité du processus, les types suivants de cancer de l'utérus sont distingués:

  • Très différencié. Les cellules du néoplasme sont mal modifiées et répondent bien au traitement: le pronostic de guérison est le plus favorable avec une visite précoce chez le médecin.
  • Moyen différencié. Les cellules du néoplasme sont modérément modifiées, ce qui fait que l'efficacité du traitement dans ce type de maladie est inférieure à celle du type hautement différencié..
  • Faible différencié. Le développement de la maladie se déroule le plus rapidement et la thérapie est la moins efficace, car les cellules du néoplasme sont fortement altérées, ont un potentiel élevé de malignité et sont difficiles à traiter..

Selon les caractéristiques de l'évolution de la maladie, les types d'adénocarcinome suivants sont distingués:

  • Exophytique - la croissance des cellules malignes se produit dans la direction de la cavité utérine.
  • Endophyte - les cellules tumorales se propagent à l'extérieur - à l'extérieur de l'utérus.
  • Mixte - la croissance cellulaire est observée dans les deux sens.

Le pronostic de l'efficacité du traitement dépend de toutes les caractéristiques identifiées de la maladie: de la différenciation de la tumeur, de la direction dans laquelle la croissance cellulaire se propage et à quel stade la maladie est détectée.

Le dernier critère est l'un des plus importants: aller chez le médecin dès les premiers signes de trouble et commencer le traitement aux stades I-II donne plus de chances de guérison complète.

Symptômes d'adénocarcinome

Le cancer de l'endomètre peut être asymptomatique pendant longtemps, et même lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, ils peuvent imiter d'autres problèmes avec le système génito-urinaire.

La manifestation la plus courante de l'adénocarcinome est le saignement utérin. Ils peuvent être attachés à vos règles. Dans le même temps, la décharge pendant la menstruation devient inhabituellement abondante et plus prolongée. Soit des saignements sont observés quelle que soit la période du cycle.

De plus, les symptômes suivants sont typiques de la période initiale de développement de l'adénocarcinome:

  • douleur tiraillante ou douloureuse dans le bas de l'abdomen ou le bas du dos;
  • violations du cycle menstruel, qui se traduisent principalement par l'irrégularité des menstruations;
  • pertes vaginales abondantes en l'absence de symptômes de dysbiose, de maladies infectieuses et de MST.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, ces symptômes s'accompagnent d'une augmentation du volume de l'abdomen, d'une odeur désagréable de pertes vaginales, de douleurs pendant les rapports sexuels, de troubles urinaires et de défécation..

Diagnostic de l'adénocarcinome

Les symptômes de cette maladie ne sont pas spécifiques - ils sont caractéristiques d'autres maladies des organes génitaux. Par conséquent, un diagnostic différencié est extrêmement important, au cours duquel d'autres pathologies du système génito-urinaire sont exclues..

La liste des mesures de diagnostic comprend les éléments suivants:

  • Échographie du système génito-urinaire, des organes pelviens et de la cavité abdominale.
  • TDM / IRM de l'abdomen et des organes pelviens.
  • Hystéroscopie - examen de la cavité utérine et prélèvement d'échantillons de tissus dans des zones suspectes pour des recherches ultérieures.
  • Biopsie par aspiration - prélèvement d'échantillons de tissus à partir de zones pathologiquement altérées à l'aide d'une sonde fine.

Les signes histologiques d'un processus malin ne peuvent être établis qu'à l'aide d'une biopsie, cette direction de diagnostic est donc obligatoire. L'échantillon de tissu résultant est examiné au microscope pour déterminer le type de cancer en fonction de sa structure cellulaire: endométrioïde, cellule claire, cellule squameuse, etc..

Toutes les circonstances identifiées sont importantes pour le diagnostic, et ce n'est qu'après avoir reçu un tableau clinique complet que le médecin prescrit un traitement.

Traitement de l'adénocarcinome

La thérapie est prescrite en tenant compte de toutes les caractéristiques du cas clinique: l'âge de la femme, le stade et le type d'adénocarcinome, la présence de maladies concomitantes chez le patient, etc..

Lorsqu'une maladie est détectée aux premier et deuxième stades, lorsque la différenciation est élevée ou modérée et que le processus malin est limité à la cavité utérine, une opération est effectuée avec l'ablation de cet organe, des ovaires et des ganglions lymphatiques voisins..

En outre, une radiothérapie et une pharmacothérapie sont prescrites, dont le but est d'arrêter la division des cellules cancéreuses qui pourraient passer inaperçues pendant l'opération et qui ne peuvent être détectées par les méthodes de diagnostic modernes..

Aux stades III et IV, l'opportunité d'une intervention chirurgicale est déterminée individuellement. Dans certains cas, si le processus malin s'est fortement répandu et que des métastases à distance sont présentes, le médecin peut opter pour un traitement conservateur, car l'état de santé du patient augmente la probabilité d'un résultat indésirable de l'opération..

Le médecin pèse tous les risques et avantages de la chirurgie, et seulement si les avantages sont évidents - prescrit la chirurgie.

L'initiation précoce du traitement aux stades I-III assure la survie chez 79% des patients pendant au moins cinq ans et chez 71% - pendant 10 ans.

Mais dans tous les cas, le stade du cancer devient le facteur décisif. Lorsque vous contactez un médecin au premier stade, le pronostic est généralement favorable et, à chaque étape ultérieure, la probabilité de guérison diminue..

Prévention de l'adénocarcinome

Il n'y a pas de mesures spécifiques pour la prévention de l'adénocarcinome, il convient donc de porter une attention particulière à la détection rapide de cette maladie..

Pour ce faire, vous devez être examiné par un gynécologue et un mammologue au moins une fois par an, et si vous êtes dans un groupe à haut risque, vous devez régulièrement effectuer des diagnostics plus approfondis, y compris des frottis pour la cytologie, des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux, l'IRM des organes pelviens.

Adénocarcinome de l'utérus: qu'est-ce que c'est et comment le traiter?

Les néoplasmes malins du système reproducteur féminin se retrouvent de plus en plus souvent dans la pratique gynécologique. L'adénocarcinome de l'utérus a tendance à se former dans le col de l'utérus, sur l'endomètre utérin, ainsi que dans les tissus des ovaires et sur les parois du vagin. La tumeur est formée de cellules mutantes de l'épithélium glandulaire.

Qu'est-ce que l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus est formé de cellules productrices de mucus sur les parois de l'endomètre utérin. Le processus tumoral dans l'utérus se développe dans l'un des deux types suivants:

Avec le type endophyte, la tumeur s'approfondit dans le col de l'utérus, en s'approchant du corps utérin. Le type exophytique se distingue par la croissance de la tumeur vers le vagin. Les deux types d'adénocarcinome de l'utérus sont malins et affectent profondément les tissus muqueux et musculaires des parois utérines.

Peu à peu, la zone touchée se propage aux zones voisines des structures cellulaires. Ainsi, le col de l'utérus et le corps de l'utérus, les trompes de Fallope, les ovaires, les ganglions lymphatiques et les tissus entourant l'utérus sont connectés au processus oncologique..

Stades, formes et types d'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome utérin comporte quatre stades de développement:

  • Initiale. La tumeur est localisée dans le corps de l'utérus sur l'endomètre.
  • Seconde. La tumeur se développe dans le canal cervical.
  • Troisième. La tumeur envahit les tissus adjacents. Le processus de métastase du système lymphatique commence.
  • Quatrième (terminal). Le processus tumoral s'étend au-delà des organes pelviens. Les métastases se produisent dans des organes et des tissus éloignés.

Distinguer les adénocarcinomes de l'utérus et par les formes de différenciation cellulaire du processus oncologique:

  • Très différencié. Les cellules mutantes s'adaptent à la structure cellulaire saine de l'endomètre utérin. Un tel cancer est généralement appelé "superficiel". Une tumeur qui ne va pas au-delà du myomètre utérin a un faible pourcentage de probabilité de métastase - environ 1 à 3%.
  • Modérément différencié. Il est caractérisé par une grande variété de structures cellulaires en mutation. Un plus grand nombre de cellules commencent à se connecter au processus oncologique, créant une forte gravité de localisation. L'infection se propage par le sang et le flux lymphatique vers les organes pelviens. Le risque de métastases est observé dans 8 à 10% des cas. Chez les patients en âge de procréer, les métastases peuvent ne pas être observées pendant une longue période.
  • Faible différencié. La tumeur est caractérisée par un degré élevé de malignité, elle se développe rapidement, capturant de nouvelles zones des tissus voisins. Le pronostic de l'adénocarcinome de cette forme est défavorable en raison de métastases ganglionnaires.

Les types suivants d'adénocarcinome utérin sont classés:

  • Endométriose. L'oncopathologie la plus courante. La probabilité de développement chez les femmes de différents groupes d'âge est de 70 à 75%. La tumeur se développe dans le myomètre, et si des mesures sont prises à temps, le pronostic peut être très positif.
  • Squamous. Il se développe sur les structures squameuses des parois utérines. Une telle tumeur est rarement diagnostiquée. Se manifeste le plus souvent comme une composante du cancer du col de l'utérus.
  • Papillaire. Les femmes à risque sont porteuses du virus du papillome. La tumeur est formée d'amas d'excroissances de papillomes. Dans la masse totale, la tumeur ressemble à une tête de chou-fleur.
  • Effacer la cellule. La tumeur affecte les glandulocytes et les structures glandulaires. L'adénocarcinome à cellules claires détecté aux premiers stades de développement peut être traité sans métastases supplémentaires.
  • Mixte. Une tumeur de ce type combine plusieurs néoplasmes cellulaires. Il peut se développer lentement ou rapidement, il est difficile à diagnostiquer. Il est impossible de prédire le «comportement» de l'adénocarcinome mixte dans le corps.
  • Muqueux. La tumeur contient dans ses cellules atypiques une grande quantité de mucine, c'est une formation nodulaire aux limites indistinctes. La radiothérapie est impuissante dans ces situations. L'adénocarcinome muqueux présente un risque élevé de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Séreux. Il se développe du cancer interépithélial de l'endomètre séreux au segment inférieur et au col de l'utérus. Ce type d'adénocarcinome utérin est considéré comme le plus agressif. L'adénocarcinome séreux n'est pas associé à un excès d'oestrogène. Les cellules tumorales sont de forme ronde avec un gros noyau. Dans certaines cellules, il peut y avoir plusieurs noyaux. Les femmes les plus sujettes au développement d'un adénocarcinome séreux sont celles qui ont accouché.

Raisons du développement de l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome de l'utérus par les oncologues fait référence à des tumeurs qui se développent dans un contexte de déséquilibre hormonal. Les cellules glandulaires de l'épithélium intra-utérin subissent un processus de dégénérescence et commencent à se diviser anormalement dans le contexte d'une concentration variable d'hormones stéroïdes sexuelles.

Avec une augmentation du taux d'œstrogènes dans le sang, les cellules de l'endomètre utérin se développent rapidement, augmentant ainsi la probabilité de développer une tumeur. Parmi les facteurs les plus courants provoquant la formation d'adénocarcinome utérin, on peut distinguer les suivants:

  • Anovulation. Libération altérée d'un ovule mature au milieu du cycle menstruel.
  • Infertilité. Tout un complexe de troubles organiques de la reproduction dans le corps.
  • Ménarche précoce et ménopause tardive. Règles trop précoces chez les filles avant l'âge de douze ans. Également apparition tardive de la ménopause. Ainsi, la durée accrue du cycle menstruel prolonge l'effet des œstrogènes sur l'endomètre de l'utérus, ce qui contribue à la formation de néoplasmes..
  • Irrégularités menstruelles. Absence ou suppression délibérée de l'ovulation, dans laquelle la concentration de progestérone dans le sang diminue fortement et la concentration d'oestrogène augmente. Les femmes à risque qui se sont consacrées aux grands sports.
  • Obésité. Il est scientifiquement prouvé que la graisse corporelle favorise la production d'œstrogènes supplémentaires. En conséquence, cela déclenche le mécanisme de prolifération de l'endomètre utérin..
  • Manque de travail. Les femmes qui évitent l'accouchement risquent de développer des processus tumoraux malins dans l'utérus..
  • Thérapie hormonale. La durée d'administration et les doses élevées de médicaments hormonaux affectent le niveau de développement des processus tumoraux.
  • Diabète. Les troubles endocriniens affectent qualitativement les fonctions des organes du système reproducteur féminin.
  • Processus tumoraux dans les ovaires ou polykystiques. Même les néoplasmes bénins dans les ovaires peuvent devenir le «début» d'un adénocarcinome de l'utérus.
  • Prédisposition héréditaire. La tendance au cancer des organes du système reproducteur féminin chez les femmes de plusieurs générations peut être héritée.
  • Exposition à long terme à des toxines dangereuses. Les femmes dont l'emploi principal est lié à une production dangereuse constituent un groupe à risque important pour le développement de maladies oncologiques des organes reproducteurs.
  • Mauvaises habitudes. Fumer et boire de l'alcool est extrêmement dangereux pour les femmes de tout âge. Les toxines et les produits de dégradation des produits du tabac et de l'alcool sont souvent à l'origine du développement de tumeurs utérines.
  • Déséquilibre dans l'alimentation. La consommation constante de viande frite trop grasse, de viandes fumées, de restauration rapide, de boissons gazeuses sucrées affecte négativement les fonctions du système reproducteur féminin.

Les symptômes de l'adénocarcinome de l'utérus

L'adénocarcinome de l'utérus est le plus souvent localisé sur le fond utérin et ne se manifeste pas pendant une longue période. Certains symptômes peuvent ne pas apparaître même au stade thermique.

Chez les patientes n'ayant pas atteint la ménopause, dans le contexte de la progression tumorale, des saignements excessifs surviennent, qui ne sont pas liés au cycle menstruel. Des saignements inhabituels peuvent survenir pendant la ménopause, souvent d'une teinte brun foncé.

Dans la plupart des cas, l'adénocarcinome de l'utérus commence à se manifester au deuxième stade du processus tumoral, au cours duquel la pathologie se développe dans le col de l'utérus. Des taches sanglantes devraient alerter une femme, en particulier lorsqu'elle acquiert une apparence aqueuse suivie de saignements abondants.

Chez les jeunes filles, l'adénocarcinome de l'utérus se manifeste par des règles trop longues et abondantes, ainsi que par des saignements utérins soudains au milieu du cycle. Les femmes qui entrent en phase de ménopause peuvent prêter attention à la reprise des règles après une longue période naturelle d'absence complète..

En plus des saignements et des irrégularités menstruelles visibles, vous devez faire attention aux symptômes suivants de l'adénocarcinome utérin:

  • douleurs tiraillantes dans la partie inférieure de la cavité lombaire et abdominale;
  • hypertrophie inhabituelle de l'abdomen;
  • décharge abondante de couleur séreuse avec une odeur désagréable;
  • inconfort et douleur coupante après les rapports sexuels;
  • augmentations fréquentes de la température basale;
  • les troubles du sommeil;
  • augmentation de l'anxiété;
  • diminution de la vitalité;
  • douleur à l'intérieur du périnée;
  • crampes en urinant;
  • fausse envie fréquente d'uriner;
  • constipation chronique.

Il convient de garder à l'esprit que la pathologie commence à se développer bien avant l'apparition des symptômes énumérés. Les adénocarcinomes hautement différenciés de l'utérus en général peuvent ne pas se déclarer en aucune façon jusqu'au stade très terminal. Les gynécologues lors d'examens de routine révèlent des processus tumoraux progressifs au stade initial dans le contexte des conditions précancéreuses de l'endomètre.

Méthodes de diagnostic de l'adénocarcinome de l'utérus

Il est possible de détecter l'adénocarcinome de l'utérus à l'aide d'études instrumentales et de laboratoire. Il comprend:

  • examen gynécologique;
  • biopsie de l'utérus;
  • hystéroscopie;
  • examen échographique de la cavité rétropéritonéale, de la cavité abdominale et des organes pelviens;
  • analyse sanguine générale;
  • chimie sanguine;
  • imagerie par résonance magnétique des organes pelviens;
  • tomodensitométrie de la cavité rétropéritonéale.

Dans les cas où la pathologie se développe de manière asymptomatique, un frottis (test de Papanicolaou) du col de l'utérus pour la présence ou l'absence de cellules mutantes dans le canal cervical et l'environnement vaginal révélera la véritable image des pathologies survenant dans les organes du système reproducteur féminin.

Une biopsie est considérée comme la plus accessible pour identifier les pathologies oncologiques, mais en raison du faible contenu d'information, aux premiers stades du processus malin naissant, les médecins ne sont pas pressés de poser un diagnostic final basé sur ses résultats.

Lorsque des néoplasmes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique complet des organes pelviens est prescrit.

Les méthodes progressives les plus modernes pour détecter les formations malignes dans l'utérus comprennent l'hystéroscopie. À l'aide d'un appareil équipé d'une sonde spéciale, un examen visuel est effectué dans la cavité utérine et un fragment de l'endomètre est prélevé pour une histologie ultérieure. Dans des conditions avancées, le médecin peut recourir au grattage des parois utérines pour des études plus détaillées du matériel biologique.

Traitement et pronostic de l'adénocarcinome utérin

Les oncologues modernes sont enclins à convenir que le plus grand effet thérapeutique est fourni par l'ablation complète de la cavité utérine et des appendices. La prochaine étape du traitement est la radiothérapie et la chimiothérapie. Il convient de noter que le résultat attendu peut être atteint au premier ou au deuxième stade du développement de la tumeur. Au troisième stade, l'anamnèse est prise et un compromis est fait en fonction de l'état général du corps de la femme. Dans tous les cas, après la résolution chirurgicale de la pathologie, une attention particulière est accordée à la rééducation postopératoire, qui prend 1 à 2 mois. Il est important de suivre quelques règles simples pendant cette période:

  • ajuster le régime;
  • passer du temps libre à l'air frais;
  • exclure le contact direct avec des substances toxiques;
  • éviter les situations stressantes;
  • limiter la vie sexuelle;
  • observer les règles d'hygiène intime;
  • augmenter les fonctions immunitaires du corps.

Les premiers jours après l'opération, le patient se plaint de:

  • certain inconfort dans la région pelvienne;
  • fatigue rapide;
  • vomissement;
  • désordres digestifs;
  • fausse envie d'uriner;
  • invalidité temporaire.

La radiothérapie pour l'adénocarcinome utérin est réalisée avant et après la résolution chirurgicale de la pathologie. La procédure elle-même peut être effectuée à distance ou en interne. Les dispositifs modernes permettent d'introduire un cylindre rayonnant dans la cavité utérine, dont les rayons agissent directement sur les zones touchées de l'organe. Ainsi, le processus de désintégration des cellules tumorales commence. Au premier stade du néoplasme, il est possible de se débarrasser complètement du foyer uniquement au moyen d'une exposition aux rayonnements. Lorsqu'une tumeur s'avère inopérable, la chimiothérapie et la radiothérapie deviennent le premier choix de traitement..

L'adénocarcinome de l'utérus étant classé comme une tumeur hormono-dépendante, des médicaments hormonaux sont prescrits pour l'éliminer, dans le but de réduire la concentration d'œstrogènes dans le sang..

Un pronostic positif d'adénocarcinome utérin ne peut être compté que dans les cas où la pathologie a été diagnostiquée et éliminée aux premiers stades de son développement. Les adénocarcinomes d'une forme hautement différenciée qui ont subi une élimination rapide et n'ont pas eu le temps de déclencher le mécanisme métastatique ont un pronostic favorable. Habituellement, un an après une opération réussie, la femme revient à sa vie antérieure. Ces patients ont 80 à 90% de chances de guérison complète..

Après une intervention chirurgicale pour adénocarcinome de l'utérus du deuxième degré de malignité, une femme est privée de la possibilité de concevoir et de porter un embryon. La réadaptation dans de tels cas prend une période plus longue, après quoi les chances de guérison complète fluctuent entre 60 et 70%.

Au troisième stade du processus oncologique dans la cavité utérine, le pronostic est généralement mauvais. De plus, il ne sera plus possible d'éviter les métastases avec cette évolution de la maladie. Souvent, pendant la chirurgie, il est décidé de retirer une zone ou toute la surface du vagin. Les chances de guérison chez les patients dans ce cas ne dépassent pas 40 à 50%.

Au quatrième stade de l'adénocarcinome de l'utérus, les médecins se battent pour sauver la vie de la femme par tous les moyens. Les indicateurs finaux sont influencés par la taille de la tumeur et l'étendue des métastases.

Prévention des maladies oncologiques du système reproducteur féminin

En fait, il n'y a pas de mesures préventives spécifiques pour l'adénocarcinome utérin, cependant, si de simples recommandations sont suivies, de nombreuses femmes parviennent à maintenir leur santé. Ce sont les suivants:

  • Contrôles réguliers avec un gynécologue. Pour les femmes en âge de procréer et à la veille de la ménopause, des examens gynécologiques doivent être effectués deux fois par an.
  • Examen échographique périodique des organes pelviens. L'échographie donne une image informative détaillée de l'état général des organes du système reproducteur féminin, révélant des pathologies procédant de type «caché».
  • Détection et traitement en temps opportun des maladies endocriniennes, qui sont directement liées aux fonctions reproductives des femmes.
  • Élimination des maladies pseudopathologiques du col de l'utérus et du corps utérin. Cela fait référence à l'érosion du col de l'utérus, des polypes et des papillomes dans le corps utérin.
  • Régime équilibré. Vous devez abandonner les aliments à forte teneur en cancérogènes et toutes sortes d'additifs chimiques, les fast-foods, les aliments salés, frits et fumés. Introduisez dans votre alimentation des aliments végétaux riches en oligo-éléments et en antioxydants. Cela vaut également la peine de contrôler votre poids. C'est l'obésité qui expose les femmes au risque de développer un cancer..
  • Surmonter les mauvaises habitudes. Les boissons alcoolisées et les produits du tabac ont un impact extrêmement négatif sur la santé des femmes.
  • Une activité physique qui aidera à corriger le poids, à améliorer l'apport sanguin et le trophisme des organes pelviens et, en général, aidera à renforcer les fonctions de protection du corps.

Les filles qui ont des cas de cancer du sein, de cancer de l'ovaire, de cancer du col de l'utérus chez les parents sanguins doivent être extrêmement attentives à elles-mêmes - une prédisposition héréditaire n'est pas exclue. Les maladies infectieuses souvent avancées des organes pelviens deviennent un mécanisme «déclencheur» pour le développement de pathologies oncologiques dans le système reproducteur féminin.

Attention! Cet article est publié à titre informatif uniquement et ne constitue en aucun cas un matériel scientifique ou un avis médical et ne peut pas servir de substitut à une consultation en personne avec un médecin professionnel. Consulter des médecins qualifiés pour le diagnostic, le diagnostic et le traitement!